Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2017

Défendre les valeurs de la République

Principal de collège ou imam de la République ?

Bernard Ravet

éditions Kero

 

Derrière ce titre provocateur, un ancien Principal de collège, surtout de collèges "difficiles",  raconte son expérience.

Il s'est heurté, en particulier, à la montée du prosélytisme religieux musulman. Le livre a été écrit avant le procès d'Abdelkader Merah, le frère de l'assassin. Quand ce "grand frère" déclare : "je ne reconnais que la Loi de Dieu, pas celle des hommes", il n'est pas une exception. Bernard Ravet se heurtera souvent à des déclarations de ce genre.

"Leur truc , c'est de harponner les familles par le truchement de l'aide aux devoirs."

"La politique de la ville sert à financer des associations qui ne partagent pas les valeurs de la République."

Pour contrer cette dérive il se concentre sur "la promotion de l'égalité entre garçons et filles."

"L'obscurantisme est de retour. Des enseignants de sciences de la vie doivent de nouveau s'opposer à la contestation des thèses de l'évolution de Darwin par des élèves imbibés de sornettes créationnistes." Les professeurs de lettres ont du mal à parler de Voltaire et les professeurs d'histoire de la Shoah.

"Je rêve d'enseignants vus tout autant comme producteurs de sens et comme déclencheurs de désirs."

Mais "l'adversaire c'est la pauvreté, pas le religieux."

Plus que l'étude de l'ensemble des programmes, sa première préoccupation est la gestion de l'urgence sociale dans des zones pour lesquelles il n'hésite pas à utiliser le mot d'"apartheid". Il faut alors "gérer la survie" dans les  rapports de force d'une violence latente, avec "la référence constante à la réussite matérielle que procure l'économie parallèle."

"L'école n'est que le réceptacle de souffrances produites par des situations sociales qui lui sont extérieures."

Il ne baisse pas les bras. "Rien ne m'irrite plus que les discours défaitistes sur l'école."

Il constate, dépité, qu'il a reçu plus d'aide de la police que de sa hiérarchie et des syndicats enseignants. Même si "les RG ne songent pas à prévenir l'Education nationale quand ils identifient un individu potentiellement dangereux"...surveillant au collège.

Ses propositions ? "Pas de tolérance pour les ennemis de la tolérance !" Il faudrait "fermer les écoles coraniques où les enfants apprennent que les filles sont inférieures aux garçons et que la loi de Dieu prévaut sur celle  des hommes."

Il propose également de ne plus laisser financer les lieux de culte par des puissances étrangères. Effet pervers de la Loi de 1905...et de sa non-application par l'Eglise catholique qui aujourd'hui est la seule dont les lieux de culte sont entretenus par les contribuables.

 

 

 

 

12:10 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.