Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2018

Balade en Islande

Heimaey

Ian Manook

éditions Albin Michel

 

Après la Mongolie de Yeruldelgger, Ian Manook nous amène en Islande. 300.000 habitants, deux millions de touristes par an. Et, à le suivre dans les péripéties de ce roman, je pense que ce pays, le seul pays européen où je ne sois jamais allé, mérite d'être visité.

Un père emmène avec lui sa fille, jeune adulte, afin de se rapprocher d'elle, tout en étant à la recherche de ses souvenirs de jeunesse. Rebondissements garantis, prétextes pour parcourir le pays dans tous les sens, y compris jusqu'à la petite île de Heimaey. Et sur la route, il y a des morts. Ceux d'aujourd'hui, et ceux d'hier.

 

"La mort est un costume que tout le monde portera." (proverbe)

"Nous avons tous besoin de croyances pour affronter cette si rude et si courte vie."

"Elle a le corps des femmes heureuses."

"Une île à cheval sur deux plaques tectoniques. Cent trente volcans dont au moins trente systèmes actifs. Certains sous le plus grand glacier d'Europe. Vingt-cinq mille tremblements de terre par an. A quelle certitude voulez-vous vous raccrocher ?"

"Sous prétexte d'utiliser ces énergies naturelles et non polluantes, nous importons du bout du monde de la bauxite, que nous ne produisons pas, pour fondre de l'aluminium dont nous n'avons pas besoin."

"Le courage n'est rien sans la réflexion." (Euripide)

"La galanterie n'est qu'un reliquat de la culture machiste du genre masculin dominant."

"La vengeance est une justice sauvage."

 

 

 

15/12/2018

Bohême-Moravie

Munich

Robert Harris

éditions Plon

 

Septembre 1938. Mussolini a servi d'intermédiaire entre Chamberlain et Hitler afin de trouver un accord sur les Sudètes, cette partie de la Tchécoslovaquie majoritairement peuplée de citoyens d'origine allemande, mais attribuée à la toute nouvelle Tchécoslovaquie,  après la Première Guerre mondiale.

Daladier, Président du Conseil des ministres,  est également invité. Il parlera rapidement de "traquenard". Robert Harris lui attribue un rôle très effacé.

Le chantage d'Hitler est simple : soit les Tchèques quittent les Sudètes, soit c'est la guerre. Seulement vingt ans après la fin de la grande tuerie. La France et le Royaume-Uni avaient promis, par Traités, de défendre la Tchécoslovaquie contre d'éventuels agresseurs. La diplomatie française, passant des accords de défense multiples, est en complète contradiction avec la stratégie de l'Etat-Major, entièrement défensive.

Les opinions publiques française et britannique ne veulent pas "mourir pour les Sudètes." Les foules acclament Chamberlain et Daladier à leur retour dans leur capitale respective. Chamberlain semble penser sérieusement avoir sauvé la paix. Daladier, plus lucide, déclare en petit comité "Ah les cons, s'ils savaient". Il était persuadé qu'il se ferait conspuer à son retour en France. L'Assemblée nationale approuve massivement l'accord de Munich.

Churchill, adversaire de Chamberlain au sein du parti conservateur déclare : "Ils avaient le choix entre le déshonneur et la guerre. Ils ont choisi le déshonneur, et ils auront la guerre."

Dommage que Robert Harris ne reprennent pas ces citations de Daladier et Churchill.

Moins de six mois plus tard, Hitler raye de la carte d'Europe la Tchécoslovaquie en instaurant un protectorat allemand sur la Bohème-Moravie, et en donnant son indépendance à la Slovaquie, dirigée par un gouvernement pro-nazi.

D., de Robert Harris sur l'affaire Dreyfus,  est un de mes livres préférés. J'ai été un peu déçu par Munich qui n'est pas mauvais quand même.

 

"Chamberlain était aussi égocentrique que Hitler : le Premier ministre amalgamait toujours l'intérêt national et lui-même."

 

 

08:49 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, littérature

11/12/2018

Tirailleurs sénégalais dans la guerre de 14/18

Frère d'âme

David Diop

Prix Goncourt des lycéens

éditions du Seuil

 

Le Goncourt des lycéens est généralement un bon choix. Celui de cette année ne déroge pas à cette règle.

30 000 soldats venant des pays d'Afrique colonisés par la France sont morts "pour la France" pendant la première guerre mondiale.

Ce roman se présente comme le journal d'Alpha Ndiaye. Son "plus que frère", "frère d'âme" est tué sous ses yeux. Il se sent responsable. Sa raison vacille au point de l'envoyer à l'arrière du grand massacre où il se remémore sa jeunesse africaine.

Le style est poétique, dans la veine de la littérature africaine francophone.

L'auteur est actuellement maître de conférence à l'université de Pau.

 

"La nuit tous les sangs sont noirs"

09:04 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature

07/12/2018

Cap Nord en Afrique du Sud

La mort selon Turner

Tim Willocks

éditions Sonatine

 

L'action se passe dans la province du Cap-Nord, là où la terre devient particulièrement aride. Comme "Les milices du Kalahari" de Karin Brynard, dont j'ai déjà parlé.

Turner est un policier noir de la police criminelle. Il enquête sur la mort accidentelle d'une SDF. Tuée par un "Afrikaner", blanc et riche,  ivre, qui ne s'est même pas rendu compte de l'accident.

Une nouvelle occasion de prendre conscience de la situation humaine post-apartheid en Afrique du Sud.

Turner veut, avec obstination,  que justice soit faite. Il sèmera la morts tout au long de l'enquête.

Le récit contient également une leçon de survie dans le désert où la seule eau qui puisse être trouvée est celle contenue dans un cadavre. En l'occurrence celle du shérif.

Tim Willocks est l'auteur de "La Religion" qui raconte le siège de Malte par l'armée ottomane.

 

09:33 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar, littérature

27/11/2018

Non-sens

Alice au pays des merveilles (2)

d'après Lewis Carroll

Adaptation : David Chauvel

Dessins/ Couleurs Xavier Collette

éditions Le Monde et Glénat

Les grands classiques de la littérature en bande dessinée

 

Ce deuxième tome est centré sur le procès du valet de coeur que la reine de coeur veut faire décapiter, comme tant d'autres. Au moment où Alice risque sa tête, elle se réveille dans la vraie vie.

Un parfait exemple du non-sens anglais, le renversement de toute logique. Probablement amusant pour le brillant mathématicien d'Oxford qu'était Lewis Carroll.

Ce 48e album de la collection des classiques de la littérature en BD, semble être le dernier, pour l'instant.

 

 

 

 

09:11 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, littérature