Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2019

La dictature de Corée du Nord

L'étoile du Nord

de D.B. John

éditions Equinox / Les Arènes

 

Les destins de trois personnages vont se croiser :

Jee-Min, alias Jenna Williams, brillante universitaire à Washington, de mère coréenne et de père afro-américain. Elle accepte de mettre au service de la CIA ses connaissances de la Corée, et ses capacités d'analyse.

Cho Sang ho est nommé colonel et responsable des négociations avec les USA. Il découvre qu'il y a un gouffre entre ce que raconte le régime, aussi bien sur la Corée que sur les USA.

Madame Moon est une paisible grand-mère, ancienne cuisinière qui fait la cuisine dans un marché dans une petite ville non loin de la frontière avec la Chine, par où passent beaucoup de fugitifs, malgré la surveillance et la répression.

Sous la forme de ce roman, qui pourrait être adapté au cinéma car il y a de l'action, l'auteur parle de la dictature de la Corée du Nord :le goulag, les enlèvements, la fausse monnaie, le trafic de drogues, les expérimentations d'armes chimiques.

Avec cette question, qui peut être posée également pour d'autres pays, comme Cuba : les sanctions ne sont-elles utiles que pour donner une excuse au régime qui mobilise la population en se plaçant en victime des régimes capitalistes ? Avec une certitude : les populations souffrent et les sanctions n'ont jamais fait tomber une dictature !

 

 

04/03/2019

Richard et Aliénor

La révolte

Clara Dupont-Monod

éditions Stock

 

Les biographies d' Aliénor d'Aquitaine ne manquent pas. Isaure de Saint-Pierre avait intitulé son roman "Aliénor l'insoumise."  Clara Dupont-Monod s'inscrit dans cette veine.

Aliénor n'était pas une épouse soumise pour Louis VII, roi de France qui l'a répudiée parce qu'elle ne lui "donnait" pas d'héritier mâle. Mais  c'est contre son second mari, Henri Plantagenêt, roi d'Angleterre qu'elle organise la révolte avec ses fils. Révolte que le Plantagenêt a écrasé sans pitié.

L'originalité du livre de Clara Dupont-Monod est qu'elle imagine Richard "Coeur de Lion" parlant de sa mère.

Au delà de la relation fils/mère, le portrait d'une femme belle, intelligente, cultivée,  libre, même quand elle est enfermée par son mari.

 

"Elle aimait la littérature, lui (Louis) les Evangiles ; elle demandait des fêtes et des guerres, il voulait la paix et le dialogue. Elle croit au pouvoir, lui à Dieu"

"N'aime jamais. Admire, dévore, enchante, mais n'aime jamais, ou tu seras dépouillé".

"Le monde déçoit ceux qui le voudrait meilleur"

 

 

 

13:47 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, histoire

02/03/2019

Sous le glacier...

Ce que savait la nuit

Arnaldur Indridason

éditions Métailié noir

 

Réchauffement climatique en Islande : les glaciers fondent...et un cadavre vieux de trente ans apparait. Ce n'est pas le commissaire Erlandur, personnage central des premiers romans d'Indridason, qui est en charge de l'enquête mais l'ex-commissaire Konrad qui, tout à fait officieusement, reprend l'affaire qi'il n'avait pas su résoudre à l'époque.

Un décès suspect intervient et des connections vont se révéler entre les deux affaires.

Comme toujours avec Indridason, l'Islande est un personnage principal du roman.

 

18:17 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, polar

27/02/2019

Bruxelles, la belle

La capitale

Robert Menasse

éditions Verdier

 

L'action se passe à Bruxelles, sous les lampions de la place Sainte-Catherine, ou dans les locaux de la Commission européenne et du Conseil. Le Parlement européen étant quelque peu oublié...

Mais "la capitale" n'est pas Bruxelles mais Auschwitz.

"L'Union européenne doit construire une capitale, et elle doit s'offrir une capitale idéale."

"Le nationalisme et le racisme avaient donné le jour à Auschwitz et ne devaient plus jamais se répéter. Ce "jamais plus" était la base de tout le reste." "Plus jamais Auschwitz", voilà le socle sur lequel l'oeuvre d'unification européenne a été unifié."

"Pour tout membre de la Commission désireux de faire avancer un projet, constater que personne ne s'y intéressait était un grand soulagement."

"Tout le monde commençait par approuver l'idée, puis la soumettait à un tel bombardement d'objections de détail et de proposition de changements qu'il n'en restait plus rien."

 

"On élaborait tant de compromis infiniment laborieux que personne ne comprenait que ceux-ci préservaient ses intérêts."

 

"Le maladroit, rien d'étonnant, il passe son temps à lire"

"Le XXe siècle aurait dû être la transformation de l'économie nationale du XIXe siècle en économie de l'humanité du XXIe" Une petite élite politique a oublié l'énergie criminelle du nationalisme et les conséquences que l'on avait déjà tirées de cette expérience."

"Les gens sont comme ça, ils veulent se définir par leur appartenance à une nation, ils veulent décider qui en fait partie et qui n'en fait pas partie, ils veulent se sentir mieux que les autres et ils veulent, quand ils ont peur des autres, leur fracasser le crane."

"Des Etats-Nations concurrents au sein d'une union, cela bloque à la fois la politique européenne et la politique des Etats."

 

Sous couvert d'un roman policier l'auteur donne une vision assez pessimiste du fonctionnement des institutions européennes.

 

 

08:14 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, europe

31/01/2019

Au temps de la Ségrégation

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Prix Pulitzer 1961

Harper Lee

adapté et illustré par Fred Fordham

éditions Grasset

 

Un classique de la littérature américaine, délicatement adapté en BD,  après l'avoir été au cinéma (avec trois Oscars)

L'action se passe en Alabama où sévit la Ségrégation, pendant la grande Dépression de 1930.

Atticus est veuf, et élève seul ses deux enfants pré-adolescents. Avocat, il est "commis d'office" pour défendre un homme noir accusé d'avoir violé une femme blanche. Malgré les attaques haineuses dont il est l'objet, il fait son travail de défenseur et démontre l'innocence de l'accusé pendant le procès. Malgré sa brillante démonstration, le jury condamne le pauvre homme. Atticus et ses enfants sont marginalisés par une grande partie de la communauté blanche de la ville.

Malheureusement, malgré les combats menés, les préjugés restent tenaces.

 

"Une inoubliable histoire de courage et de conviction, sur le devoir d'agir quel qu'en soit le prix." Barack Obama.

 

 

08:50 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, littérature