Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2017

Mieux comprendre l'Inde et le Pakistan

Les mondes  de l'Inde

Numéro spécial de l'Histoire

 

Une fois de plus, le passé permet de mieux comprendre le présent.

Le magazine l'Histoire propose un numéro très complet aux articles multiples avec de nombreuses illustrations.

L'Inde, plus grande démocratie du monde ne pourra l'être effectivement tant que le système des castes perdurera. Et il est encore très vivant dans le monde rural.

Comme le prouve l'actuel gouvernement nationaliste, la religion joue un rôle important, et le bouddhisme n'y a pas prospéré. "Nul n'est prophète en son pays..."

Envahie par les Moghols puis les Britanniques,  l'Inde a su garder ses spécificités au sein de l'ensemble de l'Océan "Indien".

 

 

08:41 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, inde

04/09/2017

Un destin allemand

Le testament Aulick

Pierre Servent

éditions Robert Laffont

 

Pierre Servent est un journaliste spécialiste des questions militaires. Ancien enseignant à l'Ecole de guerre. Entre autres interventions, il est "l'expert"  militaire (colonel de réserve) lors des défilés du 14 juillet.

Il nous propose dans ce roman le récit de la vie d'un jeune Allemand francophile, ("les Bavarois sont très francophiles") étudiant à Montpellier (avant Erasmus ! "toutes les bonnes familles faisaient faire à leurs rejetons des séjours dans ce pays voisin") qui se retrouve de 1914 à 1918 dans la boue et la sauvagerie des tranchées.

En 1918, il participe,  avec les débris de la VIIIe armée allemande de la Baltique, au côté des Russes "blancs, " dans la lutte contre les "rouges" dans les pays baltes. "Les Barons baltes d'origine allemande y sont d'ailleurs implantés depuis sept siècles.""Plusieurs de ces ex-combattants de la Baltique se retrouveront dans la garde rapprochée d'Hitler."

Après la défaite, qu'il ne comprend pas, il déprime et se fait enrôler par un camarade de combat dans le parti nazi, bien qu'il ne soit pas antisémite.

Parfaitement francophone, il est envoyé à l'ambassade d'Allemagne à Paris. Puis, à la fin de la guerre, à Budapest. Il décrit dans son "testament" les horreurs commises par les nazis allemands et hongrois ( les "Croix fléchées") avant l'arrivée de l'armée soviétique.

Le document, qui a pu être transmis à sa femme par un prêtre et un rabbin, est retrouvé chez un antiquaire de Montpellier par un professeur d'histoire, aidé, en particulier pour la traduction,  par sa collègue qui enseigne l'allemand.

Les relations entre les deux profs sont tellement "cousues de fil blanc" qu'elles en sont décevantes.

"Comment un pays, connu comme l'une des terres de prédilection du romantisme, a-t-il pu se donner corps et âme à un personnage comme Hitler ? Dans ces années là, l'Allemagne est sans doute en Europe l'un des Etats au plus haut niveau culturel, avec un système éducatif et universitaire de très grande qualité."

 

08:21 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, histoire

23/08/2017

Une histoire de France qui sort de l'ordinaire

Histoire mondiale de la France

sous la direction de Patrick Boucheron

éditions du Seuil

 

"Ce ne serait pas trop de l'histoire du monde pour expliquer la France." (Jules Michelet)

Mais,  contrairement à ce glorieux ancêtre, les auteurs ne considèrent pas cette "glorieuse patrie" comme "le pilote du vaisseau de l'humanité."

"Expliquer la France par le monde, une France qui s'explique avec le monde. La France n'existe pas séparément du monde."

Une façon innovante de parler de l'histoire de ce qui est devenu la France : 122 auteurs pour 146 dates. Presque tous des historiens universitaires, mais il y a également l'écrivain congolais Alain Mabanckou qui parle d'Aimé Césaire.

Comme le pointillisme en peinture, ces touches rassemblées composent un tableau attractif. "Tellement plus intéressante ainsi !".

Ne faut-il pas avoir, au préalable, un bonne notion de l'Histoire de France pour goûter cette histoire décalée et ces éclairages sur des points spécifiques de l'histoire mondiale de la France ?

 

Un livre qui se lit "au hasard des envies et des souvenirs."

 

08:38 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire

01/08/2017

Dans les Cévennes après la révocation de l'Edit de Nantes

La nuit des Camisards

de Lionel Astier

mise en scène Gilbert Rouviere

 

Le spectacle commence par la proclamation de l'édit de Fontainebleau, plus connu sous le nom de "révocation de l'édit de Nantes" (1685).

Louis XIV a écouté ses courtisans qui lui affirmaient qu'il restait peu de tenants de la "religion prétendue réformée" en son royaume de droit divin. Il met fin à la tolérance concernant la liberté de cultes.

Un saut dans le temps amène les spectateurs en 1702. La répression royale bat son plein. Les récalcitrants sont envoyés aux galères. Certains font mine de se convertir, assistent aux messes, mais se retrouvent clandestinement dans le "désert".

C'est pour cette raison que la pièce est jouée en plein air, dans un lieu de rassemblement,  après une courte déambulation. Les acteurs prennent la fuite à l'arrivée des forces de répression.

Heureusement, le texte n'est pas manichéen, et il existe des "fous de Dieu" dans les deux camps, certains d'être les messagers de la volonté divine.

La notion de "liberté de conscience", bien connue aujourd'hui en Europe n'est manifestement alors qu'une idée vague sinon incongrue.

Le spectacle est joué depuis bientôt dix ans, avec le même succès. Après les carrières de Junas, il est actuellement au Pont-du-Gard.

 

16:58 Publié dans Téâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : théâtre, histoire

22/07/2017

Meurtre dans les jardins de Versailles

Le moine et le singe-roi

Olivier Barde-Cabuçon

Une enquête du commissaire aux morts étranges

éditions Actes noirs / Actes Sud

 

Le "moine", c'est le père du Chevalier de Volnay. Il est habillé d'une robe de bure en signe de pénitence, mais n'a rien de religieux Un exemple parfait d'esprit libre du "siècle des Lumières". Dans ce volume,  il vole largement la vedette au "commissaire aux morts étranges", en particulier par son impertinence. Son idéal "serait que les hommes se régulent entre eux sans avoir besoin de divin ou d'absolu."

Le "singe-roi" n'est rien moins que le roi Louis XV. "Souverain butant contre son mur d'ennui." "Pas d'enthousiasme, encore moins de conviction." "Il continuait d'autant plus ses débauches qu'il croyait au pardon divin."  "C'était le temps de la colère." (du peuple !)

Même époque que les romans de Jean-François Parot, mais pas du tout le même esprit. Pas le même style d'écriture non plus. Parot m'agace souvent par sa trop grande admiration pour Louis XV puis XVI. Mais son style est original  par son décalage avec l'écriture contemporaine habituelle.

Je n'avais pas particulièrement apprécié la première enquête de ce commissaire spécial, lui aussi sous les ordres de Sartine. J'ai donc été heureusement surpris par ce nouvel opus. Avec un petit bémol : Diane de Poitiers n'était pas la maîtresse d'Henri IV mais d'Henri II, avec la particularité, rare déjà à l'époque, d'une grande différence d'âge inverse au sens habituel. Mais il s'agit probablement d'une coquille typographique...

 

"A Versailles, on ne parle pas, on médit."

"On ne pense ici qu'à comploter, manipuler, se gaver et forniquer."

"Ici, l'apparence a plus d'importance que la réalité. Cette étiquette entérine la soumission de la noblesse à l'autorité du roi."

"Il n'existe pas de droit naturel mais seulement un droit régalien. C'est la raison d'Etat qui décide de tout."

 

08:23 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, histoire