Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2018

Guerre, amours et trahisons

Les chemins de la fraternité

Jean-François Nahmias

éditions Albin Michel

 

La guerre de 1870, la défaite, la chute de l'Empire, le refus de la défaite, la République, l'élection d'une assemblée qui veut la paix,  la Commune ("une ville entière de rêveurs").

Puisqu'il s'agit d'un roman, ce cadre historique est complété d'histoires d'amours et de trahisons.

 

"Ma vengeance, c'est la fraternité" (Victor Hugo à l'Assemblée Nationale, 1er mars 1871)

"Il ne manque pas un bouton de guêtre" (Maréchal Le Boeuf, ministre de la guerre)

"C'était un désastre sans précédent au XIXe siècle. La responsabilité en incombait au haut commandement, mais plus encore au gouvernement et, en premier lieu, à l'impératrice : de bout en bout, tant sur le plan politique que militaire, elle avait pris toutes les mauvaises décisions."

"A l'unanimité moins six voix, l'Assemblée vote la déchéance de Napoléon III et celle de sa dynastie."

"En 1848, à Vienne, a eu lieu un soulèvement libéral. Le général Windischgrätz, chargé de la réprimer, a choisi de quitter totalement la ville et de laisser se développer l'émeute,  pour revenir en force. Tous les insurgés ont été exterminés."

 

 

09:02 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, histoire

31/08/2018

immigrés de force

Les Linh Tho

immigrés de force

Mémoires de Viet Kieu

Pierre Daum et Clément Baloup

éditions "La boite à bulles"

Adapté de l'ouvrage de Pierre Daum "immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939/1952)

 

Une page peu connue de l'histoire du colonialisme français. En 1939, plus de 20 000 jeunes Indochinois ont été réquisitionnés, arrachés à leur famille, pour participer à "l'effort de guerre". Traités plus comme des esclaves que comme des auxiliaires.

En 1941, 5 000 ont été rapatriés. Les 15 000 autres ont été parqués dans des camps, et affectés à divers travaux, essentiellement agricoles. Beaucoup d'entre eux, avec l'accord du Maréchal Pétain, furent affectés à la relance de la riziculture en Camargue. Avec un certain succès car ils employaient des procédés que les Camarguais ne connaissaient pas.

En 1952, ces Indochinois furent rapatriés, mais un peu plus de 2 000 d'entre eux (10% de ceux venus en 39) restèrent en France et y ont créé des familles. En général ils parlèrent très peu de leurs vies à leurs enfants et petits enfants

"Pour mémoire, il y avait déjà eu 100 000 Indochinois requis pour les besoins de la guerre en 1914/1918. Personne ne s'en souvient aujourd'hui."

 

 

 

09:16 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire, indochine

29/08/2018

Ravaillac et Henri IV

Ils ont tué Ravaillac

Thierry Bourcy et François-Henri Soulié

10/18 "grands détectives" n°5307

 

Ravaillac a tué Henri IV, rue de la Ferronnerie, à proximité de l'auberge du "Coeur couronné". La question n'est pas là. La question est de savoir si l'assassin a agi seul. Les historiens se sont beaucoup interrogés sur l'éventuelle responsabilité de la Reine, couronnée la veille. Nommée Régente par son époux qui devait  partir à la guerre contre l'Espagne. Guerre immédiatement annulée par la très catholique Marie de Médicis.

Pour les deux romanciers, la réponse est claire : il y a eu complot, organisé par le Duc d'Epernon, qui était dans le carrosse royal au moment du drame. Non seulement il n'aurait rien fait pour détourner la main du meurtrier, mais il aurait même donné le signal à Ravaillac. Concini, le favori de la Régente, aurait pris les dispositions pratiques.

Ces comploteurs pouvaient-ils prévoir que le carrosse serait bloqué par un embouteillage à cet endroit ?

Quelles sont les preuves historiques ?

Ravaillac a été rapidement exécuté. Sans révéler les noms de ses éventuels donneurs d'ordre.

L'enquête est parsemée des cadavres de celles et ceux qui pourraient témoigner à charge.

Les auteurs insistent sur le clivage entre catholiques et protestants. Souvenirs de la Saint-Barthélémy et de l'Edit de Nantes.

 

09:18 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar, histoire

23/08/2018

68, les archives

68, les archives du pouvoir

Archives nationales

Hotel de Soubise, rue des Francs-Bourgeois

judqu'au 17 septembre

 

De mars à juillet, les archives du pouvoir en place. Des dizaines de notes des Renseignements généraux, par ordre chronologique.

Il y a également des reportages, des journaux télévisés.

Beaucoup de documents des Comités de Défense de la République, gaullistes. Mais peu de documents des partis de gauche de l'époque.

 

09:21 Publié dans expo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expo, histoire

27/06/2018

Carnaval à Venise

Le carnaval des vampires

Olivier Barde-Cabuçon

Actes Sud / actes noirs

 

Jean-François Parot est décédé. Nous ne saurons jamais quelle aurait été l'attitude de son héros, Nicholas Le Floch, Marquis de Ranreuil, policier émérite pendant la Révolution.

Cela laisse un peu plus de place au "Commissaire aux morts étranges", chevalier de Volnay, qui souffrait un peu de la comparaison.

J'ai bien aimé, "Le moine et le singe-roi", qui se passait dans le parc de Versailles, sous les fenêtres de Louis XV (le "singe-roi"). Je suis plus réservé sur ces aventures vénitiennes. Probablement plus à cause des "vampires" que de la Sérénissime.

1760, c'est le Carnaval, "Des femmes charnelles exposaient une nudité conquérante."

"Pour elle, jusqu'à présent, les vrais vampires étaient ceux qui s'enrichissaient sur le dos des autres."

"Il convient de se méfier des vampires qui vous sucent le sang mais il en existe d'autres qui n'ont pas soif de sang mais d'argent et de pouvoir."

"Un vieux mythe de l'espèce humaine : la régénérescence par du sang neuf."

"Réfléchir, c'est commencer à désobéir."

"En matière de sentiments, on ment souvent autant que l'on se trompe soi-même."

"Venise a été la première à introduire le café en Europe. Elle l'a arraché à son ennemi héréditaire, l'Ottoman".

 

08:06 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : polar, littérature, histoire