Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2021

Nièce d'Hitler

L'ange de Munich

Fabiano Massimi

éditions Albin Michel

 

Munich, 1931

Une jeune femme est retrouvée morte d'un coup de révolver dans la région du coeur, dans un appartement cossu de Munich. Fait divers, sauf que la jeune femme est la nièce d'un homme politique en pleine ascension : Adolf Hitler. Cet appartement est le sien, ainsi que le révolver. Deux chambres communicantes. Quelles étaient la nature de leurs relations ?

Le romancier mène l'enquête sur cette histoire vraie, par l'intermédiaire d'un policier de fiction. "Toujours dans le respect des sources existantes et avec la seule intention de raconter au mieux cette histoire qui est, dans l'ensemble, une histoire vraie.""A mon avis, le véritable coupable de la mort de Géli se cache dans cette forêt de "H", mais je n'en détiens aucune preuve." Les "H", ce sont Hitler lui même, Rudolf Hess, Himmler, Heydrich, Heinrich Hoffmann, photographe personnel d'Hitler (et, réalité ou fiction, témoin de toutes ses perversions sexuelles)...

"Geli n'est pas seulement un personnage de roman. Elle a bel et bien existé." "Peut-être qu'un roman rendra justice à sa vie."

Au delà de l'enquête policière qui voit défiler tous les ténors nazis, le roman nous plonge dans l'atmosphère de Munich en 1931.

 

08:20 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar, histoire

08/04/2021

Prisonnier de guerre

Une captivité partagée

Emile et Marie Hippeau

1940-1944

Jacques Gélis

 

Comme des milliers d'autres soldats français, Emile Hippeau a été fait prisonnier en juin 40. Pendant quatre ans il va d'espoirs en amères déceptions. Père de trois jeunes enfants, il espère être rapidement libéré. Prisonnier en France, affecté à des travaux agricoles, il ne comprend pas pourquoi il ne peut rentrer dans sa ferme pour y effectuer les travaux indispensables. Prisonnier en Autriche, devenue allemande, il est de nouveau affecté aux travaux agricoles. Il espère bénéficier de la "relève". Nouvel espoir déçu. Très travailleur, il souffre bientôt d'une hernie qui doit être opérée. Il espère bénéficier d'un rapatriement sanitaire...

Ses échanges de lettres avec son épouse qui se démène pour maintenir l'exploitation agricole à flots permettent de suivre sa vie de prisonnier, malgré la censure,  ainsi que les espérances des deux conjoints, sa femme ayant autant de mal que lui à comprendre l'incompréhensible. Son épouse a joué un grand rôle pour lui permettre de "tenir". "La captivité d'Emile Hippeau a vraiment été une "captivité partagée".

Jacques Gélis, professeur émérite d'histoire de l'université de Paris 8, auteur de plusieurs ouvrages, a dépouillé toutes ces lettres pour nous permettre de suivre cette période douloureuse, spécialement pour les prisonniers et leurs familles.

 

Le deux juillet 40, "sous la conduite d'un sous-officier français, sans allemands", ils montent enfin en camion et traversent lentement Angers. "Ils reçoivent alors un accueil tellement chaleureux de la part de la population qu'Emile, toujours sensible à la générosité des gens, en est fortement ému." "Nous sommes vraiment gâtés par toutes ces populations qui nous accueillent."

1942, Marie : "C'est l'esprit public qui se détériore profondément. Les gens deviennent égoïstes, envieux, médisants. Un climat de suspicion s'installe". Ce qui la révolte surtout, c'est l'indifférence." ; "Ici, ce qui nous fait le plus mal au coeur , c'est de voir des gens heureux..."

1944, Marie : "Dans l'embarras, on fait tout ce que l'on peut, et je m'en suis bien tirée." Comme en 14/18, le travail des femmes se substituant aux hommes absents a été extraordinaire. La place des femmes dans la société s'en trouvera bouleversée.

 

 

08:38 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire

29/03/2021

égalitarisme

Les "niveleurs", Cromwell et la République

présentés par Olivier Lutaud

collection archives Julliard

 

"Les bolcheviks sont les héritiers historiques des Niveleurs anglais" (Rosa Luxemburg, 1918)

Première apparition du terme en 1607.

Le parlement, à majorité presbytérienne,  penchant vers la droite, une grande partie de l'armée, restée républicaine, surtout les soldats de base, réclame des mesures sociales.

"les presbytériens qui, de persécutés étaient devenus en quatre ans persécuteurs."

"Cette armée représente la tête naturelle du corps naturel politique du peuple."

"Très tôt le lien a été vu qui mène de la "démocratie" religieuse à la démocratie tout court." "Le peuple a droit à des élections renouvelées, successives" ; "Toute légitimité et suprématie appartiennent au peuple."

"Aucun homme ne saurait gouverner quiconque, soit au spirituel soit au temporel, sans son libre consentement." "Par naissance tous les hommes sont égaux."

"Le Roi était pour le royaume, et non le royaume pour le roi."

"Rien de ce qui est contre la raison n'est légal."

Parmi les revendications les plus importantes de Niveleurs :

- "que la cruelle oppression des dîmes et de l'entretien forcé des ministres du culte, ces commerçants de choses divines,  soit supprimée ;

-- impôt sur le capital ;

- écoles gratuites ;

- un nombre convenable d'hôpitaux ;

- le rétablissement des terres communales

- liberté religieuse".

"Il n'y a pas d'autre piété que celle qui consiste à soulager la misère"

"Cromwell fait épurer le Parlement de sa majorité presbytérienne puis se retourne contre la Gauche niveleuse."

"Ce qui frappe l'historien est le drame économique et social. Deux guerres, mauvaises récoltes, intempéries, exactions militaires, spéculations, inflation, impôts indirects ont mis le pays au bord du gouffre."

 

08:16 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire

15/03/2021

Un siècle d'inventions

Les révolutions industrielles

1800/1900

Histoire de France en bande dessinée

éditions Hachette

 

"A l'aube du XVIe siècle, avec l'invention de l'imprimerie, les élites ne furent plus seules à posséder le savoir. Il s'agissait là d'une première "révolution" intellectuelle."

"A partir de 1800, tout va changer, la nature cède la place à la mécanique."

"La révolution industrielle française commence à Lyon en 1801 quand Joseph-Marie Jacquard améliore le métier à tisser." "Privés de gagne-pain, les canuts brisent les machines." "Leur révolte se soldera par des centaines de morts.

"A partir de 1851, l'exode rural pousse les hommes à s'enrôler dans les usines." "La misère ouvrière se généralise." Parfois adoucie par le paternalisme patronal.

En 1841, la loi interdit le travail des enfants de moins de 8 ans. En 1874, l'âge minimum est porté à 12 ans.

"S'assurer à la fois des matières premières et des débouchés pour les produits finis est la clef unissant le colonialisme à la révolution industrielle."

 

08:05 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire

07/03/2021

Révolte paysanne

Révolution

C.J. Sansom

éditions Belfond

 

1549 : Sud de l'Angleterre.

Le roi Edouard VI, fils d'Henri VIII,  a 11 ans. Le Conseil de Régence est présidé par Edward Seymour, frère ainé de Jane Seymour, mère du roi, duc de Sommerset, "Lord protecteur" d'Angleterre.

Edouard a deux "demi-soeurs", Mary, la catholique et Elizabeth fidèle à la religion de son père. La future Elizabeth 1ère envoie le "sergent royal" Matthew Shardlake,  déjà rencontré dans "Dissolution" et "Sang royal", enquêter sur un meurtre dont est accusé un membre de la famille Boleyn.

Pour l'auteur,  cette enquête policière est un prétexte pour raconter les révoltes paysannes provoquées par le mouvement des "enclosures", commencé quelques décennies plus tôt, les gentilshommes s'accaparant des terrains communaux pour y faire paître leurs moutons, privant ainsi les plus pauvres paysans,  remplaçant l'agriculture alimentaire par un élevage spéculatif.

La première demande des révoltés était "qu'aucun seigneur, aucun homme ne doit faire sien le terrain communal."

"Certains évènements peuvent sembler exagérés pour être vrais, mais ils ont véritablement eu lieu." (C.J. Sansom)

Henri VIII avait laissé l'Angleterre dans un état désastreux . Le pouvoir d'achat des ouvriers tomba d'un tiers en une décennie, causant un énorme appauvrissement. Mais le Lord Protecteur considère comme prioritaire la guerre contre l'Ecosse alliée à la France.

Même si les révoltes sont noyées dans un bain de sang, moins d'un siècle plus tard le mouvement des "Levelllers", républicain et égalitaire,  fera resurgir les idées de cette "Révolution".

Un livre pour celles et ceux qui aiment l'histoire mêlée à une enquête policière.

 

08:04 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, littérature