Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2020

Reine vierge ?

Elisabeth 1ere

scénario : Vincent Delmas

historien : Michel Duchein

story-board : Christophe Regnault

dessin : Andréa Meloni

couleurs : Arancia Studio

Le Monde / Glénat / Fayard

 

 

Fille d'Henri VIII et d'Anne Boleyn, elle monte sur le trône au décès de sa demi soeur aînée, Marie Tudor, ultra catholique restée dans l'Histoire avec le surnom de "Bloody Mary", Marie "la sanglante".

Elisabeth tentera d'apaiser les querelles religieuses. "Mon intention n'est pas d'ouvrir une fenêtre sur l'âme des hommes". A une courte majorité le Parlement décide de faire d'Elisabeth le "gouverneur suprême de l'Eglise d'Angleterre" et exige un souverain anglais et protestant.

Le Roi de France, mal inspiré proclame Elisabeth bâtarde puisqu' enfant d'une union non reconnue par l'Eglise, et proclame que la véritable Reine d'Angleterre est Marie Stuart, Reine d'Ecosse, veuve du Roi François II. Une lutte à mort s'engage entre les deux Reines.  Le Pape s'en mêle également :"Nous délions ses sujets de toute obéissance envers elle, et nous interdisons à tous de lui obéir, sous peine de malédiction."

Sa vie sexuelle est , et restera, un mystère. "Si vous vous mariez, vous ne serez plus que Reine, tandis que si vous restez seule, vous serez à la fois roi et reine" lui souffle un conseiller.

La BD, à travers les dialogues, montre les opinions contradictoires de cette époque troublée mais dont le bilan peut être considéré comme globalement positif.

 

"Ma première résolution sera de lutter contre la vie dispendieuse de la Cour. Je veux que chaque denier du trésor soit dépensé dans le souci du bien-être de mon peuple. Les guerres sont terriblement coûteuses, c'est pourquoi je défendrai l'Angleterre mais ne chercherai pas à étendre ses frontières."

 

08:00 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire

07/02/2020

Face au crime

La brigade du Tigre en Languedoc-Roussillon

François Barrère

éditions Privat

Les "Brigades du Tigre", créées par le "Tigre" Clemenceau en 1907,  sont connues à travers le cinéma et la télévision. Leur originalité, par rapport à la police et la gendarmerie "traditionnelles" est de s'appuyer sur des moyens très modernes, à l'époque : la photographie, les empreintes digitales, et surtout la voiture pour ne pas être semés par les bandits, en particulier la célèbre "Bande à Bonnot." qui commet le premier hold-up en voiture de l'histoire du crime en France. L'administration recommande aux policiers de ne pas dépasser les 40 km/heure.Le premier laboratoire de police scientifique est créé à Lyon en 1910. Chaque brigade mobile est dotée d'un "inspecteur photographe".

La Brigade du Tigre, et ses annexes régionales, telle celle de Montpellier, intervient sur toutes les affaires sensibles. Pendant la guerre de 14/18, les affaires sont militaires. Probable séquelle de l'affaire Dreyfus, la responsabilité de la traque des agents envoyés sur notre territoire par les puissances étrangères passe du ministères des armées à celui de l'intérieur. Vers la fin de la guerre ce sont les déserteurs, de plus en plus nombreux qui sont recherchés.

"Notre" Brigade commence par enquêter sur le vol d'un troupeau de brebis...et arrête les voleurs en moins de 24 heures chrono. Les gendarmes ne pouvaient-ils pas résoudre le problème ?

Ses créateurs voulaient que la Brigade du Tigre soit exclusivement destinées aux enquêtes judiciaires, sans toucher à la politique. Mais au milieu des années 20, et plus encore dans les années 30, la Brigade est d'autant plus sollicitée que la région subie les contre coups de la guerre d'Espagne, les clans opposés n'hésitant pas à s'affronter en France. Le "Mouvement séparatiste catalan" cache des armes et des bombes destinées à franchir la frontière vers Barcelone. "La Brigade est de plus en plus contrainte à délaisser le crime de droit commun pour se plonger dans des enquêtes plus politiques que policières." Treize bombes sont découvertes dans la région. L'enquête montre qu'elles ont été déposées par des Italiens aux ordres du gouvernement fasciste de Mussolini.

A travers ces problèmes policiers le lecteur peut se faire une idée de la vie de nos aïeux en Languedoc et en Roussillon il y a un siècle.

 

17:10 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, police

26/01/2020

De Cluny à la première croisade

Chevaliers, moines et paysans

Florian Mazel et Vincent Sorel

Histoire dessinée de la France (6)

éditions La Découverte et La revue dessinée

 

"Ce qui est au coeur de cette période, c'est la religion et l'Eglise". Ce sont les religieux qui ont "l'accès au salut divin". Un sacré chantage... "Le monde entier se revêtait d'une blanche robe d'églises." (Raoul Glaber, XIe siècle). Au XIIe sècle, l'abbaye de Cluny devient "le plus grand édifice chrétien d'Europe".

Pour écarter l'héritier carolingien, et devenir "Roi des Francs", "par la grâce de Dieu, guide du peuple chrétien et protecteur de l'Eglise,  Hugues Capet a "le soutien des évêques, indispensable depuis Clovis."

"De nouvelles cathédrales sont bâties, les usages féodaux et la langue française se diffusent."

"Les relations ente les nobles et les communautés religieuses consolident la domination des puissants." "La société féodale est une société d'héritiers et la mobilité sociale y est faible."

"L'amour courtois est généralement un amour aldultère qui pousse l'amant vers une dame souvent mariée." "L'idéologie courtoise fait passer le désir amoureux avant le mariage, ce qui constitue une contestation de l'ordre ecclésiastique."

"Les stratégies matrimoniales sont un des fondements de la domination aristocratique. Au XIIe siècle le mariage devient un sacrement. L'idée, c'est de rendre l'Eglise indispensable pour la conclusion de toute alliance matrimoniale." "La répression de l'adultère, qui relevait des cours laïques glisse de plus en plus souvent vers les cours épiscopales."

 

Florian Mazel est professeur à l'université de Rennes. Il a coordonné "Histoire mondiale de la France".

Vincent Sorel, diplômé des arts décoratifs de Strasbourg est auteur de BD et illustrateur pour la presse et l'édition jeunesse.

Le résultat est un livre facile à lire et qui, loin de se contenter de parler de batailles, raconte la société de l'époque.

 

 

 

 

09:27 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire

16/01/2020

Tour du monde...en cinq ans !

Darwin

Scénario : Christian Clot

Dessin : Fabio Bono

Couleurs : Dimitri Fogolin

Les grands personnages en bandes dessinées

Le Monde / Glénat / Fayard

 

1831 : Charles Darwin a 22 ans, il vient de terminer des études devant le conduire à une carrière de Pasteur. A la suite d'un concours de circonstance il embarque pour un tour du monde sur le Beagle, sans savoir que ce fabuleux voyage de découvertes et d'observation va durer plus de cinq ans.

16:33 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, darwin

08/01/2020

Julia et Alphonse dans l'Essonne

Alphonse Daudet entre Gard et Essonne

Association pour la protection et la mise en valeur de Calvisson et de la Vaunage

Cercle littéraire et historique de Draveil

 

Alphonse Daudet est né à Nîmes. Il n'a jamais été un "petit chose" et n'a jamais habité dans un moulin. Il est le descendant de riches soyeux, riches surtout du côté de sa mère. Mais à la fin du XIXe siècle, les affaires des soyeux périclitent.

Après de courts séjours à Alès et Lyon, il "monte" à Paris où il rencontre et séduit Julia Allard, avec qui il se marie. Ses témoins sont Paul Dalloz, directeur du "Moniteur universel" et Frédéric Mistral. Julia apporte en dot une petite fortune qui permettra à Alphonse de ne travailler à rien d'autre qu'à ses livres. Il a 37 ans quand le succès arrive enfin. La vie de la famille se partage entre Paris, dans un appartement de l'Hôtel Lamoignon, puis place des Vosges, et leur maison de Champrosay, qui était alors dans le département de Seine et Oise, aujourd'hui disparu. Les Daudet y reçoivent volontiers leurs amis écrivains et peintres, Frédéric Mistral, Edmond de Goncourt, Pierre Loti, Edouard Manet, Claude Monet, Auguste Renoir.

Leurs promenades les amènent aux bords de la Seine ou dans la forêt de Sénart.

Après la disparition de Julia et d'Alphonse, leurs légataires découvriront qu'une grande partie des brouillons, en particulier ceux des "Lettres de mon moulin" était rédigée de la main de Julia...

 

08:41 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, histoire