Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2020

Europol en action(s)

Le réveil de la bête

Jacques Moulin

Série noire / nrf / Gallimard

 

Les Etats membres, au nom de leur "souveraineté", ont beaucoup de mal à accepter une structure supra-nationale. Surtout en matière de police.

Mais les criminels se moquent de nos frontières et les franchissent sans problème. Surtout sur des problématiques comme la cybercriminalité et le terrorisme.

En 1999, enfin, a été mis en place "Europol", une agence de l'Union européenne chargée d'appuyer les polices nationales dans la lutte transfrontalière contre les trafics de drogue, la traite des êtres humains, en particulier la pédophilie, et , tout particulièrement contre le terrorisme et la cybercriminalité.

Europol est basé à La Haye. L'actuelle directrice est belge (et non allemande comme dans le roman).  Plus de mille personnes travaillent sous sa responsabilité. Europol doit rendre des comptes au Parlement européen. Nous sommes loin du FBI...mais c'est un début !

Dans le roman, un commandant de police, français, appartenant à la direction antiterroriste d'Europol, enquête sur l'ultradroite et ses tentacules au sein de l'Union européenne, susceptible d'actions violentes, comme on a pu le voir en Allemagne.

L'auteur est journaliste mais il ne se contente pas de décrire car il a suffisamment d'imagination pour provoquer des rebondissements et de l'action qui se déroule à Paris, et ses banlieues,  plus qu'à La Haye.

 

"Deniz bien connu, avec son mépris de caste affligeant.Toujours ce modèle français, bien académique, ou la "culture générale" sert de sésame. Quelle culture ? La leur, bien sûr, sagement transmise de génération en génération dans les lycées huppés de la République égalitaire. En fait, ils ne diffèrent guère dans leur rigidité des écoles coraniques, talmudiques et autres catéchismes. Juste un truc pour conserver l'élite. Des héritiers."

 

 

 

08:39 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar, europe

27/04/2020

Une fiction sur le Parlement européen

Parlement

sur france.tv

de Noé Debré

avec Xavier Lacaille, Liz Kingsman

 

Grand débat entre mes ex- collègues, retraités ou en activité.

Cette mini série de 10 fois une vingtaine de minutes fait-elle le jeu des anti-européens en caricaturant les membres du PE, ceux qui travaillent pour eux et le fonctionnement de l'institution ?

Ou faut-il la prendre comme une comédie qui n'a pas vocation à être un documentaire ?

Je dois dire que j'ai été passablement agacé. La comédie n'aurait-elle pas été aussi drôle en étant plus près de la réalité ?

Je crains que les téléspectateurs imaginent que le parlement fonctionne comme montrer dans cette fiction.

J'ai été également agacé par les personnages caricaturaux. J'ai passé plus de trente ans au Parlement européen, j'ai fréquenté des parlementaires européens de presque tous les groupes politiques, de presque toutes les nationalités, mais aucun qui, même de loin, ressemble à l'abruti qui nous est montré.

Et je peux dire la même chose des assistants parlementaires, des fonctionnaires et des conseillers politiques des groupes. La seule qui soit crédible est l'assistante britannique.

Dommage. Une occasion manquée...

 

18:50 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : série télé, europe

11/10/2019

Un des pouvoirs du Parlement européen

Les Français viennent de découvrir un des pouvoirs du Parlement européen : accepter, ou non, chacun-e des Commissaires choisi-e-s par les Etats membres.

Imaginons, en France, chaque membre du gouvernement passant devant la commission parlementaire responsable des compétences du futur ministre. Avec la possibilité de dire :" pourquoi pas ministre, de l'éducation par exemple, mais pas ministre de l'agriculture...ou inversement.

Cela existe au niveau européen depuis plusieurs législatures, et, à chaque fois, l'Etat membre avait la possibilité, soit de nommer une autre personne, soit de proposer la nomination à un autre poste.

Cela ne gênait pas les gouvernement français, puisque jamais un candidat choisi par le Président français de l'époque n'avait été refusé.

Tant qu'il s'agissait d'un Roumain, d'un Bulgare, d'un Hongrois, même d'un Italien, les médias français en parlait peu, ou même pas du tout.

Il a été peu question de ce pouvoir pendant les élections au Parlement européen. Il est vrai que l'Europe n'était pas le point principal des différents partis. Le Parlement européen encore moins.

Et si maintenant le Parlement français revendiquait le même pouvoir à l'égard des membres du gouvernement de notre pays ?

 

20:28 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe

08/03/2019

meurtres au parlement européen

Les compromis

Maxime Galligaro et Eric Cardère

éditions Rivages / noir

 

Dans moins de trois mois, les élections au Parlement européen. Mais comment fonctionne cette institution ? Pour le savoir, rien de mieux que ce roman policier !

Deux meurtres au Parlement européen. Et comme celui-ci se partage entre Bruxelles et Strasbourg, il y en a un dans chacune de ces villes. "Les lieux deviennent vivants" écrit Daniel Cohn-Bendit dans sa préface.

Les auteurs ont travaillé quelques années dans la "maison", comme assistants parlementaires. Ils ont manifestement le sens de l'observation. Leurs quelques erreurs sont secondaires.

Les "compromis" sont ceux que passent les groupes politiques pour arriver à une majorité.

 

"Les conseillers (des groupes politiques) sont le chaînons manquant entre l'assistant et l'élu. Ils travaillent directement pour un groupe parlementaire. Quand j'étais arrivé au Parlement, j'avais été intimidé par leur aisance, par leur manière très directe de parler aux députés- ce que les assistants parlementaires aimeraient, mais ne peuvent pas faire. Politiques, mais pas élus, ils ont un pouvoir considérable." J'ai fait ce métier pendant plus de trente ans, je ne savais pas que nous donnions cette image...

"La Commission européenne, c'est fait pour taper dessus."

"Dans un Parlement, s'il y a des assistants, c'est bien qu'il y a des assistés."

"Ceux qui pensent que la flatterie ne mène à rien n'ont jamais côtoyé de politiques."

"Pour un assistant, la journée se termine quand le patron passe la porte du bureau". Ce n'est même pas vrai, surtout depuis l'invention des téléphones portables !

"Le prix d'éloquence sera donné au laconisme." (Saint-Just)

15:55 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar, europe

27/02/2019

Bruxelles, la belle

La capitale

Robert Menasse

éditions Verdier

 

L'action se passe à Bruxelles, sous les lampions de la place Sainte-Catherine, ou dans les locaux de la Commission européenne et du Conseil. Le Parlement européen étant quelque peu oublié...

Mais "la capitale" n'est pas Bruxelles mais Auschwitz.

"L'Union européenne doit construire une capitale, et elle doit s'offrir une capitale idéale."

"Le nationalisme et le racisme avaient donné le jour à Auschwitz et ne devaient plus jamais se répéter. Ce "jamais plus" était la base de tout le reste." "Plus jamais Auschwitz", voilà le socle sur lequel l'oeuvre d'unification européenne a été unifié."

"Pour tout membre de la Commission désireux de faire avancer un projet, constater que personne ne s'y intéressait était un grand soulagement."

"Tout le monde commençait par approuver l'idée, puis la soumettait à un tel bombardement d'objections de détail et de proposition de changements qu'il n'en restait plus rien."

 

"On élaborait tant de compromis infiniment laborieux que personne ne comprenait que ceux-ci préservaient ses intérêts."

 

"Le maladroit, rien d'étonnant, il passe son temps à lire"

"Le XXe siècle aurait dû être la transformation de l'économie nationale du XIXe siècle en économie de l'humanité du XXIe" Une petite élite politique a oublié l'énergie criminelle du nationalisme et les conséquences que l'on avait déjà tirées de cette expérience."

"Les gens sont comme ça, ils veulent se définir par leur appartenance à une nation, ils veulent décider qui en fait partie et qui n'en fait pas partie, ils veulent se sentir mieux que les autres et ils veulent, quand ils ont peur des autres, leur fracasser le crane."

"Des Etats-Nations concurrents au sein d'une union, cela bloque à la fois la politique européenne et la politique des Etats."

 

Sous couvert d'un roman policier l'auteur donne une vision assez pessimiste du fonctionnement des institutions européennes.

 

 

08:14 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, europe