Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2019

les dernières années de Michel Rocard racontée par son épouse

C'était Michel

Sylvie Rocard

éditions Plon

 

"Sylvie, ma dernière épouse m'a fait rencontrer le bonheur".

Michel Rocard a eu de nombreuses femmes dans sa vie, dont trois épouses. Quand il rencontre Sylvie, il vit maritalement avec une psychiatre. Député européen, il jouit d'une certaine liberté à Bruxelles et Strasbourg. Il a 64 ans, elle n'en a pas 50.Il vivra avec elle les 20 dernières années de sa vie.

Il lui fait découvrir le monde. Elle lui fait découvrir la Corse.

Sylvie Rocard dépeint un homme hyperactif, qu'un AVC ne diminue pas, curieux de tout, demandé dans le monde entier. Un portrait sensible et un peu émerveillé.

 

"Le drame français du chômage dépend largement d'un système mondial que la France ne peut desserrer ni infléchir seule." (MR)

"L'envie de changer le monde me tient depuis quatre-vint ans. Mais c'est plutôt raté." (MR)

"Sa vision de ce que pourraient être le service public et la conduite de l'Etat, à l'écoute du monde dans toute sa complexité, tout en cherchant à le changer pour le meilleur,traduit la puissance et l'universalité de ces idéaux qui le guidaient." (Barack Obama à l'occasion du décès de Michel Rocard)

 

08:29 Publié dans vie politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique

09/06/2018

De l'utopie chimérique à l'utopie réaliste

Rebelle jeunesse

Henri Weber

éditions Robert Lafont

 

Dirigeant de la Ligue communiste aux côtés d'Alain Krivine, enseignant à Vincennes, Henri Weber nous raconte son mai 68, et les années qui suivirent, jusqu'à sa rupture avec le gauchisme en 81.

On croise le tout-Paris médiatique.

Un livre facile à lire,  sympathique, à l'image de son auteur que j'ai connu député européen socialiste. Mais ceci sera l'objet d'un futur tome de ses mémoires.

 

"En 1974, la gauche unie revendiquait le pouvoir sur un programme de "rupture avec le capitalisme", ramassé dans son slogan : "Nationalisation, planification, autogestion."

"Ce qui a permis le succès de Libé, c'est qu'il s'est émancipé de toutes les organisations gauchistes."

"On ne pense bien que contre soi-même" (Jean-Paul Sartre)

"Le PS est une association d'élus entourés d'aspirants  à l'élection." (Georges Sarre)

 

 

08:42 Publié dans vie politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mai 68, politique

11/04/2018

La IIIe République

La République souveraine

La vie politique en France

1879/1939

René Rémond

éditions Fayard

 

De quand dater la naissance de la IIIe République ?

- 4 septembre 1870 : proclamation par le peuple de Paris de la République, après la déchéance de l'Empire ;

- 31 août 1871 : loi Rivet conférant au chef du pouvoir exécutif (Adolphe Thiers) le titre de "président de la République française" ;

- 30 janvier 1875 : amendement Wallon introduisant le terme République dans les lois constitutionnelles.

René Rémond fait partir cette "vie politique" au 30 janvier 1879, date de la démission du Maréchal de Mac-Mahon, suivie de l'élection du républicain Jules Grévy. Ce n'est qu'à partir de 1879 que les Républicains peuvent gouverner.

Malgré tous ses défauts la IIIe République dura soixante ans, record à battre par la Ve, née en 1958.

Pendant ces soixante ans, "la République est devenue l'identité de la nation."

République parlementaire dont les membres considéraient que "il n'est de République que parlementaire." Avec l'instabilité gouvernementale que cela implique...

"La République ne peut être que laïque" avec "l'enfermement du fait religieux dans la sphère des opinions privées individuelles."

"La IIIe République a été une étape sur le chemin de l'Etat de droit."

René Rémond est connu comme un spécialiste de l'histoire de la droite dans notre pays. Famille politique qu'il connait bien : "La droite reste attachée à un ordre qui légitime les inévitables inégalités, assigne à chacun une place dans la hiérarchie sociale et l'invite instamment à n'en point changer, exalte l'autorité, que ce soit celle du pouvoir politique, du chef de famille, du patron, des autorités traditionnelles, du clergé, des notabilités sociales."

Un livre utile alors que de nombreuses voix s'élèvent pour considérer que la Ve République a fait son temps et réclament une  VIe République.

 

 

08:56 Publié dans vie politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : politique

01/03/2018

SNCF : les privilégiés ?

Statut des cheminots

 

L'ancien cheminot que je suis se sent concerné par le débat actuel sur la disparition du statut des cheminots.

En période de chômage je comprends qu'un statut garantissant la stabilité de l'emploi puisse faire des envieux. Fonctionnaires, postiers, autrefois électriciens etc.Est-ce si mal d'avoir une certaine garantie de l'emploi ? Garantie qui ne fonctionne pas en cas de faute grave...

Tickets gratuits ? J'en ai profité. J'ai été heureux d'en faire profiter ma femme et mes enfants, tant qu'ils étaient à charge. J'ai été heureux d'en faire profiter mes parents, une fois par an. Moins bien que les voyages gratuits des compagnies aériennes, mais un indéniable avantage. On ne me fera jamais croire que cela "plombe" les comptes de la SNCF, mais je comprends que cela puisse faire des jaloux.

La retraite ? Elle devrait, comme pour les travailleurs du privé, être liée à la pénibilité, aux horaires de travail. Tout le monde sait que le travail en 3X8, ou le travail de nuit systématique est nocif pour la santé. Je concède qu'il n'y a aucune raison pour que celles et ceux qui travaillent à la SNCF dans des bureaux, avec des horaires de bureaux, partent plus tôt à la retraite. Ceux qui, comme moi, se sont longtemps levés de bonne heure, parfois à deux heures de la nuit, pour aller travailler,  savent qu'il n'est pas possible de tenir comme ça jusqu'à 65 ans.

Dernière remarque : quand j'ai quitté la SNCF, et tous les avantages de son statut, j'ai doublé mon salaire...

 

 

 

25/01/2018

Le mystère Jacques Chirac

"Président, la nuit vient de tomber"

Arnaud Ardoin

éditions du Cherche Midi

 

La nuit est tombée sur Jacques Chirac (sans se faire mal, pour reprendre une de ses plaisanteries préférées). Son corps ne répond plus, il ne se déplace plus qu'en chaise roulante. Son esprit non plus et il n'est plus possible, d'après l'auteur, d'avoir un échange suivi sur quelque sujet que ce soit.  Il a dépassé le stade pendant lequel il déclarait : "Je préfère faire le gâteux pour qu'ils me foutent la paix."

Le "mystère Jacques Chirac",  selon l'auteur,  est à chercher dans son magnétisme, qui ferait de lui un "guérisseur" corrézien,  sa connaissance des arts premiers, de l'Afrique et du Japon et de "cette philosophie chinoise qui semble avoir guidé ses pas tout au long de sa vie." En plus de sa connaissance du russe qui lui permettait de traduire les grands auteurs tels Pouchkine. Il tentera même de faire publier sa traduction d'Eugène Onéguine.

Ce livre n'apprend rien sur le parcours politique de Jacques Chirac ni sur ses relations avec les femmes, y compris son épouse, sa fille Claude, son autre fille Laurence qui aura été le drame de sa vie (huit tentatives de suicide).

 

"La vérité d'un homme, c'est d'abord ce qu'il cache" (André Malraux)

"Quelque part en Afrique de l'Est, voici plusieurs millions d'années, notre ancêtre commun s'est levé et a décidé de partir à la conquête de l'inconnu. Au gré de ses errances, les peuples et les cultures sont nés." (J. Chirac à l'UNESCO) "L'homme africain est entré dans l'histoire. Il y est même entré en premier." (J. Chirac)

 

 

08:42 Publié dans vie politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique