Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2019

Les chefs d'Etat et leurs services secrets

Les hommes du Président

Rémi Kauffer

éditions Perrin

 

En photo de couverture, l'inamovible directeur du FBI, John Edgar Hoover,  entre les deux frères Kennedy. Les relations peuvent être difficiles entre les autorités politiques et les "services". Des soupçons pèsent sur le rôle de la CIA dans l'assassinat de JFK.

Le livre de Rémi Kauffer, journaliste spécialiste de ces questions, examine les relations de quarante dirigeants, d 'une vingtaine de pays,  avec leurs services de renseignements, de Churchill à Trump, de Mao à Poutine, etc.

Le livre est dédié au colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame ainsi qu'au général Philippe Rondot.

 

"Léon Blum fut le seul Président du Conseil des années 30 à prêter attention aux hommes du renseignement."

"A partir de l'après guerre le service secret va constituer un des fiefs des socialistes."

"Dire aux gouvernements la vérité vraie, et non telle ou telle autre qu'il leur plait d'entendre, voilà bien la mission fondamentale des services secrets sous toutes les latitudes et tous les régimes."

"Clinton privilégie l'espionnage économique."

"DAECH a prospéré jusqu'à attirer les ressortissants de 80 nationalités différentes dont 1700 Français."

"Un pays qui cesse de regarder le monde dans son ensemble pour ne plus s'intéresser qu'à lui même se réduit de lui même au rang de petite province."

"C'est le propre de l'histoire : jamais écrite d'avance, elle est faite par les hommes et les femmes avant tout."

 

 

30/07/2015

Carnets en guerre en hélicoptères

Envoyez les hélicos

Colonel Pierre Verborg

éditions du Rocher

 

Quand Pierre Verborg est sorti de Saint-Cyr, et qu'il a choisi l'ALAT, ses collègues l'ont "chambré : "Ah bon ? tu veux quitter l'armée ?"

A la guerre, les hélicoptères sont habituellement utilisés pour reconnaître le terrain en avant des troupes au sol, puis en soutien de celles-ci.

L'opération au Mali, pour bloquer puis chasser les islamistes qui, après avoir pris Tombouctou, fonçaient vers Bamako, illustre cette utilisation.

Le colonel Verborg raconte comment en Libye, les hélicoptères ont été un élément décisif. Partant d'un navire, combattant de façon autonome, puisqu'il était hors de question d'envoyer des troupes au sol,  en particulier parce que cela aurait été au delà du mandat de l'ONU.

Les hélicoptères coutent très cher. En cette période de restrictions budgétaires, le colonel Verborg, ancien commandant du fameux 5e régiment d'hélicoptères de combat, basé à Pau,  attaché à l'aviation légère de l'armée de l'air (ALAT) veut prouver qu'ils sont indispensables, et pas seulement pour des évacuations humanitaires. Il n'en cache pas certaines faiblesses : "le blindage de la Gazelle est une simple bulle de plexiglas.", et la majorité d'entre eux ne sont pas équipés de leurres permettant de détourner les missiles sol/air.

Toutes les opérations sont répétées des dizaines de fois sur les simulateurs du Cannet-des-Maures équipés de l'"entraîneur didacticiel d'instruction tactique hélicoptère" EDITH qui permet d'envisager tous les scénarios. "Il permet de tester les scenarii les plus improbables contre des ennemis les plus réalistes."...et de chercher les meilleures solutions !

"Le combat de l'hélicoptère est toujours spectaculaire, au point que le commandement  oublie parfois les prouesses réalisées par les personnels dans l'ombre."

"L'ALAT est l'arme de l'urgence".

 

07/02/2015

Plan Vigipirate et journaux gratuits

Bizarre. Je vais faire quelques emplettes dans un hyper marché où je me rends quelques fois. Dans la galerie marchande, je remarque qu'il n'y a plus le présentoir de journaux gratuits. En passant devant l'accueil je demande où ils ont été déplacés.

Réponse : " Ils ont été supprimés à cause du plan Vigipirate". Ces présentoirs de journaux gratuits représentaient donc une menace pour notre sécurité ?

Je vais prendre le train à la gare de Nîmes : les journaux gratuits sont à leur place habituelle. Pas de plan Vigipirate, ou pas de menace ?

J'arrive à Paris : idem : pas de suppression des présentoirs de journaux gratuits ? Ma sécurité est-elle en danger ? Ou un responsable de la sécurité d'un hypermarché veut prouver son existence en prenant une mesure inutile ? Ou reflet d'une ambiance qui tendrait à prouver que les terroristes ont gagné au moins la possibilité de nous empêcher de vivre normalement ?

14/07/2013

Défilé militaire

Quelle serait la situation dans le Sahel, dans le nord du continent africain, si l'armée française n'était pas intervenue de façon décisive alors que des colonnes armées de djihadistes descendaient sur Bamako ? Quelle serait notre sécurité en Europe si tout le Mali était devenu la base arrière des mouvements terroristes et trafiquants de drogue ? L'armée malienne est descendue en tête de cortège. La mission européenne a beaucoup de travail en perspective pour en faire une véritable armée opérationnelle, capable d'utiliser sa force pour d'autres choses que des Coups d'Etat. Une pensée pour les soldats qui sont tombés au combat. Soldats français, mais aussi, ne les oublions pas, soldats tchadiens.

23/11/2009

QG de l'OTAN

Réunion au Quartier général de l'OTAN

  

Les intervenants de l'OTAN étaient des diplomates, dont le Secrétaire général adjoint, Claudio Bisogniero,  et des analystes politiques.

 

 

Les relations UE / OTAN

 

La PESD a toute sa place dans l'architecture européenne de sécurité.

Chaque organisation a ses contraintes propres et ses spécificités.

L'avantage de l'UE est d'avoir une approche civilo-militaire. Aucune crise ne peut avoir une solution uniquement militaire. Il est important d'avoir une approche globale. Il faut  renforcer le "partenariat stratégique".

21 pays font partie des deux organisations.

Tous les pays de l'UE et de l'OTAN diminuent leurs budgets consacrés à la défense : il faut  mutualiser pour optimiser.

Les questions commencent par : qu'est-il possible de faire ensemble ? Comment le faire, en allant plus loin que Berlin + ?

Il y a, dans les opérations, OTAN et PESD,  de plus en plus de contributeurs qui ne sont ni de l'UE ni de l'OTAN.

Les pays neutres, et des pays non membres de l'UE, participent à des opérations PESD. Même les USA à EULEX.

 

 

L'Afghanistan

 

C'est la priorité n°1 de l'OTAN.

La situation est critique.

Il y a besoin de formateurs (militaires et police) autant que de combattants.

Le rôle des civils (UE et ONG) est essentiel.

Les rotations sont trop rapides : les gens ont à peine le temps de s'habituer et de comprendre qu'ils repartent.

Pour les Pachtounes, il n'y a pas de frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan.

Il y a un manque de coordination évident entre les intervenants : c'est le rôle de l'ONU. L'OTAN accepte d'être coordonnée avec les autres par l'ONU.

 

 

Les relations avec la Russie

 

Les relations sont difficiles depuis l'indépendance du Kosovo, et surtout depuis la guerre en Géorgie.

On peut se demander s'il y a des valeurs communes, mais il y a des intérêts communs, à commencer par l'Afghanistan, et les missiles nucléaires, ainsi que la lutte contre le terrorisme et la piraterie.

Sur l'Iran, la Russie semble jouer un jeu trouble sinon double. Elle est bien pourvue en protection contre d'éventuels missiles nucléaires iraniens. Ce qui n'est pas le cas pour les membres de l'OTAN.

La Russie participe à des opérations de l'OTAN, mais ne supporte pas l'adhésion à l'organisation de pays qui étaient dans le giron de l'URSS, en assimilant l'OTAN et les USA.

La présence de troupes russes en Géorgie et en Moldavie trouve que le Traité commun n'est respecté que d'un côté.

Mais la Crimée n'est pas la Géorgie, et il est possible d'espérer que la Russie n'y prendra pas une décision unilatérale.

La Russie a diminué sensiblement ses forces conventionnelles, nombreuses mais équipées par des technologies obsolètes.

Les armes nucléaires des pays de l'OTAN ont diminué de 95% depuis la fin de la guerre froide.

 

 

L'élaboration du nouveau "concept stratégique"

 

 

L'OTAN doit s'adapter au 21ème siècle, à la fin de la guerre froide, et à l'apparition de nouveaux défis comme le terrorisme, le cyber-terrorisme, le changement climatique, etc.

Le Sommet de Lisbonne, en novembre 2010, devra adopter un "nouveau concept stratégique".

Concernant les troupes, la priorité devient leur capacité à se "projeter", à se "déployer" sur des théâtres extérieurs, et non à protéger des territoires.

Les ministres examineront en mai une première mouture préparée par un groupe de 12 experts présidé par Madeleine Allbright. De nombreux séminaires seront organisés, avec des universitaires, des militaires, et l'Union européenne.

Il faudra tenir compte des changements intervenus dans le Traité de Lisbonne (clause d'assistance mutuelle).

L'OTAN a des partenariats avec de nombreux pays, y compris Israël et six pays arabes, mais l'article 10 ne prévoit l'adhésion que pour les pays "européens".