Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2021

New-York à Paris

Chefs d'oeuvre photographiques du MOMA

la collection Thomas Walter

musée du Jeu de Paume , Paris

jusqu'au 13 février

 

Thomas Walter était un collectionneur allemand,  un temps installé à New-York, collectionneur spécialisé dans les photos de la première moitié du XXe siècle.

230 d'entre elles, prises par une centaine de photographes, sont présentées au Jeu de Paume.

On voit clairement les progrès techniques réalisés entre les deux guerres. Progrès qui permettent de mieux saisir les mouvements. Progrès qui permettent à la presse grand public d'incorporer des photos. Le métier de photo-reporter peut naître. En particulier dans le domaine du sport. Dans cette période fascinée par la culture physique, surtout en Allemagne, la photographie se met au service de l'exaltation du corps.

Les progrès techniques permettent également des jeux de lumières. L'enseignement de la photographie comme art est instauré en 1929.

L'appareil photo peut devenir le prolongement de l'oeil ou de la main.

Une exposition qui plaira à tous les amateurs de photos.

 

15:33 Publié dans photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photos, expo

23/09/2021

Henri Cartier-Bresson au musée Carnavalet

Revoir Paris

Henri Cartier-Bresson

Musée Carnavalet

 

Le musée Carnavalet, musée de l'histoire de Paris,  vient d'être superbement restauré. Les visites des expositions permanentes y sont gratuites, mais, pour la réouverture, le musée propose une exposition de photos d'Henri Cartier-Bresson consacrées à Paris et sa proche banlieue.

Ces photos répondent à celles d'Atget. Elles permettent de voir concrètement l'évolution de la photographie, et de Paris, et de sa proche banlieue.

L'humain est au coeur des photos de Cartier-Bresson.

La série présentée qui m'a le plus marquée est celle présentant les photos de la Libération de Paris.

Un seul regret : malgré les réservations en avance il y a beaucoup de monde et il est souvent malheureusement impossible de s'approcher. Je ne sais pas comment la "jauge" a été calculé mais il était absolument impossible de respecter la distance de précaution sanitaire. Mais puisque tout le monde avait son "passe-sanitaire"...

 

08:22 Publié dans photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photo, paris, expo

19/09/2021

Atget chez Cartier-Bresson

Voir Paris

Fondation Henri Cartier-Bresson

 

Tandis que le musée Carnavalet expose des photos de Paris d'Henri Cartier-Bresson, la Fondation HCB présente des photos de Paris d'Eugène Atget.

La différence entre les deux photographes ? Un demi siècle ! Avec ce que cela comporte de différences de techniques photographiques, et de changements de Paris.

Le Paris du début du XXe siècle n'a pas grand chose à voir avec celui d'aujourd'hui. Surtout les quartiers populaires et périphériques (les "fortifs" ) avec lesquels Atget se sentait en empathie. Là où habitaient les chiffonniers.

Il y a quelques automobiles, mais encore beaucoup de chevaux.

Les rues semblent quasi-désertes. Mais l'absence de présence humaines dans les rues et ruelles n'empêche pas de photographier les artisans en plein travail...et les prostituées de la rue.

Tirages réalisés avec un négatif en verre.

Atget ne se considérait pas comme un artiste : "ce ne sont que des documents"

 

 

08:02 Publié dans photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photos, expo

22/05/2021

le fessier, célébré à l'envi

L'empire des sens

de Boucher à Greuze

Musée Cognacq-Jay

 

Pour la réouverture des musées, enfin, j'ai choisi un petit musée peu connu, centré sur le XVIIIe siècle, fondé par Mr Cognacq et Madame Jay, fondateurs de la Samaritaine, et collectionneurs passionés.

Le 250e anniversaire de la mort de François Boucher, peintre de Louis XV,  est l'occasion de cette exposition de tableaux de corps "biens en chair". "Comme la porte d'Aix" disent les Marseillais. Les critères de beauté de l'époque n'étaient manifestement pas les mêmes qu'aujourd'hui.

Avec Watteau, Greuze et Fragonard, Boucher peint les alcôves où s'égarent le coeur et l'esprit. Les désirs charnels depuis la naissance du désir jusqu'à son assouvissement. En écho avec la littérature libertine de l'époque.

Ces oeuvres chantent le corps nu de la femme qui s'abandonne, hypnotise les regards et réveille les sens. Les corps nus dévoilés dans leur intimité, les courbes voluptueuses, les jambes enchevêtrées, le tourbillon des drapés qui masquent en même temps qu'ils soulignent et dévoilent,  soulignent la volupté audacieuse des fessiers.

Le voyeur n'est autre que celui qui regarde le tableau. Le thème du peintre et son modèle offre des opportunités pour évoquer le désir né du plaisir de voir.

La dernière salle de l'exposition, "erotica",  présente plus de 60 estampes à caractères ouvertement pornographiques, présentant des sexes et l'acte sexuel. Joyeuses orgies, échafaudages de corps. La production est clandestine donc anonyme.

Tout est prétexte au plaisir.

De toute l'exposition, combien d'oeuvres pourraient passer le filtre de Facebook ?

 

16:19 Publié dans expo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expo

12/12/2019

Voyages en Chine

Chine 1948/49 ; 58

Henri Cartier-Bresson

Fondation Henri Cartier-Bresson

79 rue des Archives, Paris

jusqu'au 2 février

 

Henri Cartier-Bresson s'est rendu en Chine en 1948 pour un reportage commandé par le magazine Life. Il y reste jusqu'à la victoire militaire des communistes, totale en octobre 49. Il parcourt plusieurs villes du pays ; Pékin, Canton, Shanghai, Nankin.

Pendant 10 mois, il est au contact de la population qu'il photographie dans ces moments de désordre et d'incertitude sur l'avenir, tout en montrant la vie traditionnelle qui semblait alors immuable.

5 000 prises de vue, 500 retenues par l'agence Magnum.

Dix ans plus tard, HBC retourne en Chine pour un séjour de quatre mois. C'est le moment du "Grand bond en avant", dont nous savons aujourd'hui qu'il fut catastrophique. Mais HBC est strictement contrôlé. Il ne peut photographier que des sites sélectionnés, à la gloire du régime.

 

 

08:43 Publié dans expo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expo