Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2020

Salomon, maître des djinns

Soliman le Magnifique

scénario : Clothilde Bruneau, Esteban Mathieu

historien : Julien Loiseau (maître de conférences en histoire de l'islam)

dessin : Cristi Pacurariu

couleurs : Andrea Meloni, Mad5 Factory

Le Monde / Glénat / Fayard

 

Il n'y a qu'un seul Dieu, il ne peut donc y avoir qu'un seul Empereur. Soliman n'a jamais reconnu Charles Quint comme empereur romano-germanique. Soliman a bénéficié de la faveur des armes, en particulier de l'artillerie la plus puissante de son temps, grâce aux innovations de ses artilleurs francs,   et donc de la main de Dieu.

A la tête d'un Empire allant de Buda à La Mecque ainsi que le Yémen, et de Tunis à Bagdad, il avait pour concurrents les Habsbourg, ainsi que le Shah d'Iran.

Il conduisit en personne dix expéditions en Europe et trois en Asie. Avec deux échecs : Vienne et Malte.

A la tête de ses troupes à plus de 70 ans, afin d'éviter d'être évincé par son fils le plus populaire au sein de l'armée, il n'a pas hésité à le faire exécuter, ainsi que les jeunes enfants de ce dernier.

Les Balkans ne cessèrent de former le coeur de l'Empire ottoman.

 

"Le canon de la loi doit toujours succéder au fracas des armes."

 

08:05 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.