Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2020

Le temps des grinches

Le monde du crime sous Napoléon

1799/1815

Jean Tulard

éditions Vuibert

 

Comme tous les dictateurs,  Napoléon vantait les mérites de l'ordre dont il s'attribuait les mérites pour justifier son Coup d'Etat. Le régime napoléonien fut en fait le théâtre de l'éclosion d'une criminalité nouvelle : les anciens soldats,  les réfractaires et les déserteurs alimentent les bandes de brigands qui écument nos régions. "La géographie de l'insoumission recoupe celle du brigandage." "Les défaites multiplient le nombre des réfractaires et des déserteurs." Les attaques de diligences sont fréquentes Le blocus continental permet aux contrebandiers de prospérer. Ils forment souvent de véritables armées et livrent des batailles rangées.  La fausse monnaie circule en abondance. Une période de peur et de sang.

 

  "Mes préfets, mes évêques, mes gendarmes" (Napoléon)

"La rivalités des polices est toujours un bienfait pour le gouvernement"

"Sous Napoléon, la violence est partout. L'insécurité règne"

"La mort est la sentence la plus courante."

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.