Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2017

Voyage à Tahiti

Gauguin

d'Edouard  Deluc

avec Vincent Cassel, Tuhei Adams

1891 : les tableaux de Gauguin ne se vendent pas. Il vit dans une grande pauvreté, incapable de subvenir aux besoins de sa femme et ses cinq enfants, pris en charge par la famille de sa femme. Celle-ci ne le suit pas dans on rêve d'un voyage dans le Pacifique, à la recherche d'autres paysages, d'autres couleurs.

Le film est tiré des carnets personnels du peintre. Il n'est donc pas question de l'aspect sulfureux du personnage et des relations qu'il avait avec des très jeunes filles à peine pubères, malgré sa syphilis,  mais de l'histoire d'amour avec son modèle qui deviendra sa femme, et de l'infidélité de celle-ci qui n'avait que 13 ans. Tahei Adams en a 17 mais elle nous donne l'impression de sortir  d'un tableau de Gauguin tant elle est criante de vérité.

Vincent Cassel nous montre un Gauguin sur de son talent mais malade (cardiaque et diabétique en plus de la syphilis) , obligé de devenir docker pour pouvoir manger et payer son loyer avant d'être "rapatrié sanitaire" vers la métropole car ses oeuvres ne se vendent toujours pas, ni à Tahiti ni à Paris.

Le rythme est moins trépidant que dans "Le mariage à Mendoza" du même Edouard Deluc.

 

21:14 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.