Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2017

De la tolérance religieuse

Une colonne de feu

Ken Follet

éditions Robert Laffont

 

J'ai bien aimé "Les piliers de la terre", un peu moins "Un monde sans fin".  Je regrettais dans ces deux romans leur manichéisme. Les méchants sont vraiment méchants et les gentils sont des héros. Autre reproche : les "rebondissements" tout à fait prévisibles. Etonnant de la part d'un auteur de "thrillers". Ces deux regrets sont également valables pour ce troisième volet de la cité imaginaire de Kingsbridge.

Cinq cent ans de la Réforme, mais aussi actualité de l'extrémisme religieux.

"Quand un homme est convaincu de connaître la volonté de Dieu, et qu'il est résolu à l'accomplir à tout prix, il devient l'être le plus dangereux du monde."

Il y a donc deux catégories : les extrémistes religieux, très méchants, et les tolérants qui sont les héros. Inconvénient : tous les méchants sont catholiques ! Avec en tête de liste la famille de Guise, ce qui est mérité. Mais tous les catholiques ne sont pas méchants. Catherine de Médicis et Charles IX sont classés dans la catégorie des tolérants et sont totalement exonérés par l'auteur des massacres de la Saint Barthélémy !

En Angleterre Marie, fille de Catherine d'Aragon, surnommée "Marie la sanglante", catholique, est dans le camp du mal,et Elizabeth I, protestante,  dans le camp des gentils, ne tuant les catholiques, dont Marie Stuart, Reine d'Ecosse, que pour sauver son trône.

Il est curieux de Ken Follet ne distingue pas les Protestants des Anglicans. Henri VIII, père de Marie et d'Elizabeth pourchassait les Luthériens autant que les catholiques.

 

09:15 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, histoire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.