Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2018

Douleur de la séparation, douleur de l'attente

La douleur

Emmanuel Finkiel

d'après l'oeuvre de Marguerite Duras

avec Mélanie Thierry, Benoît Magimel, Benjamin Biolay

 

1944 : l'Allemagne est en train de perdre la guerre. La lutte contre la Résistance se fait féroce. Robert Antelme, résistant et mari de Marguerite Duras est arrêté.

Marguerite contacte un policier français qui travaille pour la Gestapo afin d'avoir des nouvelles de son mari, et lui faire passer quelques affaires. Ebauche de séduction de part et d'autre. Jusqu'au refus par Marguerite du deal proposé : le policier français promet de faire son possible pour que Robert ne soit pas déporté si Marguerite lui "donne" le chef du réseau de son mari, un dénommé Morland (François Mitterrand).

1945 : la guerre est gagnée, les camps sont libérés et les prisonniers commencent à rentrer en France. Trop lentement pour les familles qui attendent sans toujours savoir si l'être cher est toujours vivant. Douleur de l'attente pour Marguerite. Mitterrand envoie une équipe pour récupérer Robert qui git parmi les mourants, interdits de sortie en raison de l'épidémie de typhus dont tout le monde craint la propagation.

Marguerite ne veut pas voir Robert tant elle est effrayée par l'état physique dans lequel il se trouve.

Quelques mois plus tard elle demandera le divorce.

Mélanie Thierry est remarquable et nous fait sentir tous les sentiments par lesquels passe Marguerite.

Benoît Magimel, très "Français moyen" nous montre ainsi que les salauds pouvaient être des gens ordinaires, aimant la littérature.

Benjamin Biolay, plus connu comme chanteur,  est également très bon.

 

 

08:27 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.