Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2018

Les Etats-Unis n'ont jamais perdu un marché

Rackett

Dominique Manotti

éditions Les arènes, collection Equinox

 

Depuis "Sombre Sentier" en 96, Dominique Manotti est devenue une des meilleures spécialistes du roman policier à connotation sociale et politique. Avec D.O.A. avec qui elle  a cosigné "L'honorable société", Grand prix de littérature policière 2011.

Et voilà que j'apprends que dans la vraie vie Dominique Manotti se nomme Marie-Noëlle Thibault. Oui, celle-là même que j'ai eu comme enseignante en histoire économique à Vincennes , Paris VIII.

Dans Rackett, l'auteure montre qu'elle maîtrise bien les rouages économiques.

Imaginez qu'une entreprise américaine veuille acheter une entreprise française stratégique. Comme Alstom.

Imaginez que l'on découvre un gigantesque système d'espionnage par la NSA américaine, via nos ordinateurs et nos téléphones portables.

Imaginez que les Américains considèrent que leur système judiciaire a une compétence universelle.

Un vrai roman policier, avec des meurtres, traquenards, chantages, et une enquête menée par une commandante de police d'origine immigrée. Contrairement à beaucoup de romans policiers, il n'y a pas de guerre entre les services de police. On dirait un roman destiné au Prix du Quai des Orfèvres.

Là où il y a disfonctionnement, ce n'est pas au niveau de la police  sur le terrain, mais dans la haute fonction publique. Les énarques ne peuvent s'empêcher de penser au déroulement de leur carrière, au moment où ils iront "pantoufler" dans le privé , en sortant d'un cabinet ministériel, ou d'un poste de haute responsabilité de l'Etat.

Le style est direct. Le suspens garanti.

 

08:13 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar, littérature

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.