Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2021

Berlin au début de la seconde guerre mondiale

Les promises

Jean-Christophe Grangé

éditions Albin Michel

 

Pour son premier roman historique,  JC Grangé a choisi la période du début de la seconde guerre mondiale, quand les troupes allemandes se lancent à l'assaut de la Pologne.

Il traite de deux sujets caractéristiques du nazisme : le sort réservé aux Tsiganes, et aux malades mentaux. Dans un souci de "purification" de la population.

Des épouses de dignitaires nazis sont assassinées et sauvagement mutilées, l'une après l'autre.

L'enquête est menée par un improbable trio : un membre de la Gestapo ("la conquête de l'espace vital, la destruction des races inférieures, tout ça il n'en avait rien à battre") , un psychanalyste mondain ayant eu toutes les victimes comme patientes, une psychiatre héritière d'une grande fortune, travaillant dans un asile d'aliénés. Ils se rejoignent aux environs de la page 200. Rebondissements garantis jusqu'à la page 650.

"Le tueur suit une logique et nous devons essayer de la comprendre" Quoi de mieux que deux psy pour cela ?

Il est furtivement question des Sarmates, comme dans le dernier Astérix.

 

"Aujourd'hui, il était admis que la Maison brune était née de la capitulation allemande, de cet immonde traité de Versailles, de l'humiliation du peuple germanique. Peut-être, mais le nazisme était surtout né de la bière."

"Clémenceau, au moment de la signature du traité de Versailles avait exigé la présence de cinq "gueules cassées" françaises."

"Ces soldats allemands, blessés psychiques,  étaient sous le choc de leurs propres exactions."

 

08:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar, histoire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.