Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2022

Procès de Pétain, procès de la collaboration

1945

Le procès de Pétain

scénario : Philippe Saada

scénario et dessin : Sébastien Vassant

dossier historique : Farid Ameur

édition : Le Monde et Glénat

 

Un peu plus d'un an après le débarquement en Normandie, un an après la libération de Paris, trois mois après la capitulation de l'Allemagne nazie, le Maréchal, 89 ans,  se trouve devant un tribunal très politique.

Défilé de témoins, acquis à l'accusation ou à la défense. Aucun n'est neutre.

Thèse de l'accusation : Pétain a totalement collaboré avec l'ennemi. Hypothèse que j'ai entendu, enfant, de la part de mon père : Pétain un vieux réactionnaire qui a profité de la défaite pour prendre le pouvoir et mettre ses idées de Droite extrême en pratique. "La République est morte, cela vaut bien un défaite" (le Procureur Mornet)

Thèse de la défense : il a évité le pire aux Français. Hypothèse que j'ai entendu, enfant,  de la part d'une de mes grands-mère : le Maréchal et le Général de Gaulle étaient complices pour se partager les rôles.

 

"l'indemnité d'occupation de deux milliards par jour que payent les Français pour entretenir les troupe allemandes est excessive."

"la demande par Hitler que la France leur livre les réfugiés allemands qui avaient fui le régime nazi, c'est le premier déshonneur du régime de Pétain"

"Pétain multiplia les communiqués" ; "il pouvait au moins se taire !"

"en Algérie et au Maroc, les troupes alliées se trouve face à l'armée française qui ouvre le feu, comme l'avait ordonné Pétain" "Pétain persiste à faire tirer sur les troupes anglaises et américaines envoyées pour libérer le pays."

"le statut de monarque l'enivre"

"les mesures raciales ont été aggravées en 42 par un gouvernement qui était un gouvernement français"

"en mars 1942, le premier convoi de déportation quitta la France, 78 suivront"

"la loi du 20 janvier 1944 autorisa la milice à prononcer des condamnations à mort de, façon tout à fait sommaire, prononcées par un jury de trois miliciens"

 

 

 

 

 

16:18 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bd, histoire

Commentaires

La fameuse théorie du "Glaive" incarné par De Gaulle et du "bouclier" incarné par Pétain.

Thèse qui s'effondre dès que l'on rappelle que Vichy, et donc Pétain, a fait condamner De Gaulle à mort par contumace...

Écrit par : Frédéric Dubuisson | 29/04/2022

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.