Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/02/2018

La Conférence de la paix de 1919

Les artisans de la paix

Margaret MacMillan

Comment LLoyd George, Clemenceau et Wilson ont redessiné la carte du monde

 

Quand la Conférence de la paix se réunit à Paris au début de 1919, quatre Empires ont disparu : d'abord le russe, en 1917, pour cause de révolution, le Reich allemand, et peut-être surtout l'Empire austro-hongrois et l'Empire ottoman dont les désintégrations vont donner naissance à de nouveaux pays...et à de nouveaux conflits.

De cette Conférence sortira le bien connu Traité de Versailles, avec l'Allemagne (plus un Traité annexe sur la Pologne), mais aussi le Traité de Saint-Germain-en-Laye, avec ce qui subsiste de l'Autriche, le Traité de Trianon avec la Hongrie, le Traité de Neuilly avec la Bulgarie, le Traité de Sèvres avec l'Empire ottoman. Traité jamais ratifié, jamais appliqué qui prévoyait un Etat arménien et l'autonomie pour les Kurdes.

Dans tous les cas,  des Traités n'étaient pas à négocier, et les "héritiers" des empires dissous se disputaient le tracé des frontières. 30 millions de personnes se trouvèrent laissées dans des Etats où elles représentaient une minorité ethnique.

Les nouveaux gouvernements, démocratiquement élus plaidèrent, en vain, qu'ils n'étaient pas responsables des décisions de leurs dirigeants antérieurs.

Le partage de l'Empire ottoman est probablement celui pour lequel les puissances occidentales se montrèrent le plus irresponsables, bien décidés à ne tenir aucun compte des populations concernées, sur fond de rivalité franco-anglaise.

Tout le monde connait la suite :

Mustapha Kémal (Attaturk) réveilla le nationalisme turc et, à la tête de l'armée, obtint l'annulation du traité de Sèvres à la Conférence de Lausanne, trois ans plus tard, au détriment des Arméniens, des Kurdes et des Grecs.

le Traité de Versailles servit de prétexte à Hitler comme arme de propagande, rejoint par l'Italie de Mussolini qui considérait qu'elle n'avait pas reçu "sa juste part", et par la Bulgarie traumatisé par ses défaites.

 

 

08:50 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.