Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2021

Violences commises au nom de Dieu

Sacrées guerres

de Catherine de Médicis à Henri IV

Jérémie Foa et Pochep

Histoire dessinée de la France

éditions La découverte / La revue dessinée

 

Attentats, massacres, radicalisations religieuses, cinquante ans de guerres civiles au nom de Dieu...au XVIe siècle. Bien entendu la Saint Barthélémy mais aussi, moins connue, la "michelade" de Nîmes pendant laquelle les protestants ont mis à mort quelques 80 catholiques.

Les auteurs réhabilitent quelque peu Catherine de Médicis "qui invente la tolérance", "la clémence et la temporisation pour le moins". "Quand j'arrive au pouvoir, je vois bien que toute la stratégie répressive de mon forcené de mari (Henri II) est un désastre !" ; "j'accorde la liberté de conscience, la liberté de culte" ; en 1576,  Henri III restaurera la liberté de conscience et de culte, sauf à Paris ; "j'ai sous-estimé l'angoisse eschatologique, l'attente imminente de la fin du monde qui travaillait l'Europe entière." "Il faut se sacrifier pour apaiser la colère de Dieu."

"une des raisons majeures de la résistance des souverains français au protestantisme : cette religion est une négation de leur sacralité, donc de leur légitimité."

"Les mignons sont des hommes issus de la noblesse seconde qu'Henri III hisse à ses côtés pour contrer le pouvoir de la haute aristocratie, et se forger un réseau d'obligés...ces derniers lui doivent tout..." "Le mignon, c'est l'abandon de l'idéal classique médiéval."

11:03 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.