Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2022

Révélations sur le vrai bureau des légendes

Trahisons à la DGSE

Antoine Izambard et Frank Renaud

éditions Stock

 

Juillet 2020. Deux anciens espions de la DGSE sont lourdement condamnés par la justice française pour trahison au profit de la Chine. Du jamais vu dans l'histoire de l'espionnage français.

"Ce livre vise à montrer les difficultés pour les maîtres-espions tricolores d'évoluer face à ces grands prédateurs que sont la Chine, la Russie et les Etats-Unis."

"Au sein du ministère des armées, le niveau d'attention vis-à-vis de la Chine est aujourd'hui plus important que pour la Russie" (écrit avant la tentative d'invasion de l'Ukraine)

"Historiquement, la Russie a probablement été la puissance qui a donné le plus de fil à retordre aux services français"

Les Etats-Unis possède 17 agences de renseignements, lesquelles ont des moyens colossaux et ne reculent devant rien. En 2018, le renseignement américain a dépensé 81,5 milliards de $ pour ses activités, soit quasiment deux fois le budget alloué aux forces armées françaises."

"Nous avons besoin des Américains, de leur renseignement électronique ou satellitaire pour lutter contre le terrorisme au Sahel ou au Levant."

"MICE pour Money, Ideology, Compromise et Ego. Dans le monde brumeux de l'espionnage, ces quatre lettres indiquent les quatre leviers à actionner pour recruter une source ou retourner un agent secret."

"En France, le nombre d'agents participant à la politique publique du renseignement est passé de 15 000 à 18 000 entre 2014 et 2017., soit une hausse de 20% des effectifs. Et la tendance va continuer" Chaque mois, le magazine de l'armée de terre fait de la publicité pour inciter les militaires à rejoindre les services de renseignements. "Nous nous heurtons à la concurrence du privé où les salaires sont plus attractifs". "De plus, le contre-espionnage a été "cannibalisé" par la lutte contre le terrorisme."

"Les armées françaises disposent déjà de 3 000 cyber-combattants, un chiffre qui passera à 4 000 en 2025".

"Confrontée à une polarisation grandissante entre Washington et Pékin, notamment en Indochine, à une puissance russe revanchiste et à la menace terroriste et djihadiste, la DGSE recrute à tour de bras."

"Il est difficile de ne recruter que des héros" (Jean Rochet, directeur de la DST de 67 à 72)

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.