Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2018

Autre temps, autres moeurs

L'amour au Moyen-Âge

Tour Jean Sans Peur

 

L'ouverture se fait par une image du XVe siècle représentant une dame dévêtue entre deux messieurs. Mai 68 n'a donc pas inventé le triolisme !

Au Moyen-Âge, l'Eglise est toute puissante et l'étique sexuelle est fondée sur le refus du plaisir. Seule la procréation peut excuser le plaisir sexuel. La masturbation n'est donc pas admise, car la précieuse semence masculine ne saurait être perdue. Pour cette raison le coït interrompu est interdit. Tout acte sexuel doit aller à son terme en vue d'une procréation.

Le seul moyen de régulation des naissances est l'abstinence pendant les deux tiers de l'année : dimanche, fêtes de certains Saints, et, bien entendu pendant le Carême et la Semaine Sainte.

Il faut des fesses blanches et grosses. L'arrière train féminin n'est pas seulement un objet de désir, mais aussi une promesse de puissance de travail.

Parmi les 24 positions recensées par un traité médical du XIVe siècle, la seule autorisée par l'Eglise est le face à face, l'homme au dessus. Pas question de mettre en valeur les fesses !

Le mariage des prêtres est interdit depuis le XIIe siècle. Mais ils ont droit de rendre visite aux prostituées : "Jouir en payant, c'est jouir sans péché" . Elles se repèrent à leurs cheveux non dissimulés.

On apprend également à cette exposition que le droit de cuissage n'existait pas.

 

 

08:33 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, expo

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.