Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2021

1962

Palavas la blanche

Christophe Léon

éditions du Rouergue

 

1962, année douloureuse pour les Français vivant en Algérie. J'en ai connu qui ne supportaient pas la commémoration du 19 mars, date des Accords d'Evian, et donc de la fin de la guerre d'Algérie.

Ce roman raconte le transfert d'une femme et de ses trois enfants d'Alger "la blanche" à Palavas-les-flots. Le père est passé dans la clandestinité afin de lutter, avec l'OAS,  pour l'Algérie "française".

Il raconte le mauvais accueil dont aurait été victimes les "rapatriés".

Je n'ai pas ce souvenir. Mais je me souviens d'une femme de médecin, responsable de l'association des parents d'élèves de mon lycée, m'affirmant : "là bas, nous ne fréquentions pas "ces gens là" ! Il m'a fallu un peu de temps pour comprendre que "ces gens là" était la communauté française d'Algérie de confession juive.

 

"Il y a des ordres, les cartes d'identité ne suffisent pas, il faut des extraites de naissance, des livrets de famille, des tampons, des signatures, des références, des points de chute. "

"Ce sont nos premiers morts, des instituteurs, en 1954, dans le car qui les conduisait vers leur école dans le bled, une rafale de pistolet mitrailleur, ils n'avaient pas vingt-cinq ans."

 

 

 

17:54 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : litérature

27/01/2017

Corée : entre le Nord et le Sud

L'empire des lumières

de Kim Young-ha

éditions Philippe Picquier

 

Kim Kiyeong a été envoyé clandestinement au Sud par le régime de Corée du Nord pour une mission d'infiltration. Vingt ans plus tard, il reçoit l'ordre de son retour.

Mais, en vingt ans, il a fait sa vie, s'est marié, sans rien dire à son épouse de sa véritable identité, eu avec elle une fille. Il n'a aucune envie de repartir. D'autant que, pour maintenir son pouvoir absolu, le régime a multiplié les purges...dont son chef direct a été la victime.

Retera ou partira ? Le livre tient le lecteur en haleine. 

L'occasion d'évoquer la vie dans chacune des deux parties de la péninsule coréenne.

Comme tous les livres coréens traduits en français que j'ai pu lire, ce roman baigne dans l'histoire de la Corée, de la guerre civile, de la division du pays, des difficultés au Nord et au Sud, sans manichéisme.

 

08:40 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : litérature

18/10/2009

Madame désire ?

Madame désire ?

 

Grégory Mardon

 

Editions "Fluide glamour"

 

Les célèbres éditions "Fluide glacial" ont lancé une collection spécialisée "glamour".

Honnêtement cet album est plus proche du "hard" que du "glamour". Même si les pages les plus "crues" sont fermées et doivent être ouvertes au coupe papier, comme les livres d'autrefois, cet album n'est pas à laisser entre toutes les mains.

 

Deux jeunes gens à bicyclette, profitant des premiers congés payés,  arrachés par le Front populaire, se retrouvent dans un château perdu dans la forêt, où une méprise leur permet de se faire passer pour les domestiques attendus.

 

Le maître de maison est absent. Aucun des fantasmes sur les relations possibles entre la marquise et ses domestiques ne sont oubliés, mais depuis "L'amant de Lady Chaterlay"...

 

Supposé être "de gauche" puisque le marquis y est caricatural et que quelques phrases du dialogue rappellent la condition prolétaire, le scénario est surtout prétexte à scènes de "galanterie".

 

Album en "noir et blanc", dans tous les sens du terme !

 

09:04 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : litérature, bd

21/09/2008

Moi, Mona Lisa

Moi, Mona Lisa

 

Jeanne Kalogridis

 

Presses de la Cité

 

 

Tout le monde connait le tableau, mais les historiens ne savent pas grand chose de celle qui incarna  "La Joconde", dont "la vie est aussi mystérieuse que son sourire".

 

Bonne occasion pour laisser courir l'imagination d'une romancière qui n'en manque pas.

Ce livre, probablement mon préféré parmi mes lectures de cet été, est l'occasion de se promener à Florence à la fin du XVe siècle : fin du règne de Laurent le Magnifique, assassinat de son frère Julien, montée en puissance de Savonarole, intégriste religieux qui ne supporte pas que l'art ne soit plus exclusivement religieux, dans un siècle qui a du mal à sortir des superstitions moyenâgeuses.

Les femmes ont bien du mal à décider pour elles mêmes : pères puis maris s'en chargent pour elles !

C'est la Renaissance, et se croisent à Florence des artistes inoubliables comme Botticelli, Michel-Ange...et bien entendu Léonard.

Il y a l'Histoire, donc des intrigues politiques, des histoires, avec de l'action, du "suspens", de l'Amour...

 

 

08:41 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : litérature, histoire