Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2019

De Charles X à Louis-Philippe

L'été des quatre rois

Camille Pascal

Grand Prix du Roman de l'Académie Française 2018

éditions Plon

 

Quatre rois : Charles X, Louis XIX, Henri V et Louis-Philippe. Difficile de maintenir le suspens puisque l'on connait la fin. Restent toutes les péripéties pour y parvenir.

Juillet 1830 : Charles X, poussé par les ultras, "plus royalistes que le roi", publie des "Ordonnances" mettant en cause, entre autres,  la liberté de la presse, le corps électoral...Contrairement aux assurances de son premier ministre, Polignac, le peuple de Paris se révolte.

Hugo, Stendhal, Dumas, sont témoins. Lafayette, Thiers, Chateaubriand, Talleyrand, Guizot sont acteurs.

Quand Charles X se résigne à abdiquer, il nomme pour lui succéder, non pas le Dauphin, son fils, qu'il considère comme incapable, mais son petit-fils, le Duc de Bordeaux,  fils posthume de son fils ainé, le Duc de Berry.  Il est exagéré d'écrire qu'ils succéderont sur le trône à Charles X. Le Dauphin, restera Duc d'Angoulême,  sans jamais devenir Louis XIX, sauf le temps d'abdiquer en faveur de son neveu. Et le petit Duc de Bordeaux, malgré tous les efforts de sa mère, Duchesse de Berry, devra se contenter d'être le dernier prétendant au trône de la branche aînée des Bourbons. Pour Louis-Philippe, l'Histoire se terminera dix-huit ans plus tard.

 

"L'homme avait été un si piètre préfet de police sous l'Empire que de tels états de service méritaient, à eux seuls, la confiance des Bourbons qui la plaçaient toujours mal."

"Le roi régnait par la volonté de dieu."

"Le Duc d'Orléans offrait un compromis possible pour une France éprise de liberté mais fatiguée des convulsion historiques."

"La Chaussée d'Antin ne voulait pas davantage de la République que le Faubourg Saint-Germain"

"La popularité est à la politique ce que l'encens est au culte des dieux."

"Les rues misérables qui lapaient depuis des siècles les murs du vieux Louvre."

"Ces privations qui assombrissent une vieillesse et déplaisent souverainement aux femmes jeunes."

 

 

08:01 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : littérature, histoire

Commentaires

Lu ! Et j'ai bien apprécié cet ouvrage !

Écrit par : Frédéric Dubuisson | 26/01/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.