Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2021

une enquête pendant la Commune de Paris

Rouges estampes

Jean-Louis Robert, professeur d'histoire à la Sorbonne

Carole Trébor, Docteur en histoire, scénariste

Nicola Gobbi, dessinateur

éditions Steinkis

 

Paris, 1871. Après des mois de siège, et donc de sacrifices énormes, les Parisiens n'acceptent pas l'armistice signé entre le gouvernement "capitulard" et les Prussiens. Ils n'acceptent surtout pas que des troupes françaises viennent confisquer les canons qu'ils ont payé par souscription, et qui se trouvent sur la butte Montmartre, prêts à défendre Paris.

C'est dans ce contexte que sont découverts d'atroces meurtres de jeunes femmes. Raoul, artiste graveur, est nommé commissaire du XIVe arrondissement, et chargé de l'enquête. Comment se polariser sur quelques assassinats, certes atroces, alors que la "semaine sanglante" va faire presque 20.000 morts ?

L'enquête va surtout permettre aux lecteurs de voir Paris, et sa vie politique dans un moment important de notre histoire.

La présence d'idéogrammes japonais sur les corps martyrisés justifie le titre.

Entre autres décisions, la Commune décrète la séparation de l'Eglise et de l'Etat, plus de trente ans avant la IIIe République.

 

"La République pleurant avec ceux qui pleurent...c'est beau ! Il n'y a pas de drapeaux pour les veuves ! La République a du pain pour toutes les misères et des baisers pour tous les orphelins !"

"La révolution, de républicaine et patriote, devint sociale, voire socialiste."

 

 

07:58 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.