Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2021

Comment influencer les élections

L'enjeu des indécis

Eric Bonjean

éditions Anovi

 

Ceux qui font pencher le résultat d'une élection, ce ne sont pas ceux qui votent toujours pour le même parti, au fil des scrutins. Ce sont les indécis qui restent parfois tellement indécis qu'ils ne vont pas voter.

Pour décider les indécis, les tracts dans les boites à lettres et les affiches sur les murs, que j'ai pratiqué largement depuis ma première candidature sur une liste municipale en 71, ne sont pas d'une grande efficacité. Surtout à l'heure d'Internet qui permet de cibler les indécis après étude de leurs préférences et de leurs peurs, parfois très éloignées de la politique. L'exemple le plus célèbre est sans doute la campagne de Trump contre Hillary Clinton, avec l'utilisation des données recueillies par Facebook, et analysées par des ordinateurs super puissants.

Ce roman se présentait dans cette veine. Malheureusement l'auteur s'est dispersé dans de multiples directions, y compris familiales, en passant par le trafic de drogue et la prostitution.

Les promenades dans Lyon et Marseille restent plaisantes.

 

"Il en ressortait que les données personnelles de millions d'électeurs avaient été collectées puis utilisées afin de déterminer, grâce aux algorithmes quelles modifications personnelles dans la vie des électeurs les feraient voter pour le candidat d'un courant d'extrême droite."

"Les algorithmes, basés sur l'intelligence artificielle et du "machine learning" avaient la capacité d'analyser toutes les consultations, toutes les lectures faites sur Internet. après quelques analyses, il était simple, non seulement de connaître les centres d'intérêt  des indécis, mais également d'en déterminer les profils. A partir de là, les articles bien ciblées, mêlées à quelques Fake News, allaient orienter les réflexions et les choix des électeurs."

 

17:37 Publié dans vie politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar, élections

07/12/2015

Terrorisme et démagogie

La dernière fusillade de San Bernadino, comme les massacres de Paris, ont permis à Donald Trump de faire un nouveau bond dans les sondages.

Les mesures qu'ils proposent sont démagogiques et impossibles à mettre en oeuvre : expulsion de tous les réfugiés vers leur pays d'origine et punition des familles de terroristes.

Un des principes de base des droits de la personne est la responsabilité individuelle et non collective.

Malgré ces énormités, de plus en plus d'Américains se disent disposés à voter pour lui.

Les Français sont-ils capables de réponses plus rationnelles ?

 

14/02/2011

Journée d' élections au Tchad

Ouverture théorique des bureaux : 6 heures. Un peu avant nous sommes devant la porte de l'école Bololo, qui va servir de bureau. Seul le gardien, avec la clé est présent. 6 heures 30 : toujours personne. A côté des femmes et des enfants sont assis en cercle pour apprendre le Coran. A 7 heures, avant de prendre l'avion vers le sud, fief de l'opposition , tous les observateurs européens joints par téléphone confirme : impossible de trouver un bureau de vote ouvert.
Arrivée dans le sud : piste toute neuve construite par les Chinois. Accueil par les autorités locales. Premier bureau, à l'ombre au centre d'un village. Les opérations n'ont toujours pas commencé : pas de nouvelle du secrétaire !
Centre ville : un centre scolaire : 9 bureaux de vote ; 4 sont fermés : pas de listes électorales ! Les électeurs, sous un soleil qui commence à taper dur se pressent dans les 5 bureaux ouverts, même ceux des bureaux fermés, qui ne sont donc pas sur les listes, mais que l'on ajoute à la main.
Le responsable de la commission électorale avoue son impuissance.
Retour à N'Djamena. Il se confirme que la désorganisation est générale. Frauduleuse ? Il faudrait être un génie de l'improvisation dans une telle pagaille !
Tournée des bureaux :beaucoup d'électeurs, analphabètes, cherchent leur bureau.
Dans la capitale moins de la moitié des électeurs ont voté.
Retour à l'école Bololo : trois bureaux dans trois salles de classe. Au tableau les effectifs : entre 65 et 100 élèves. Ouverts avec deux heures de retard, les bureaux fermeront donc deux heures plus tard, après la tombée de la nuit. Pas d' électricité, des lampes, mais pas de piles...
Inquiétant pour les capacités logistiques et administratives du pays...

12/02/2011

Tchad : veille d'élections

En étant positif, il est possible de dire que la campagne électorale a été pacifique, qu'elle s'est faite au porte à porte. Il est également possible de dire qu'elle a été de "faible intensité",qu'elle a provoqué peu d'engouement. Probablement à cause d'un niveau de communication proche du zéro pour ce que j'ai vu d'afficher et de "spots" télé.
L'opposition est éclatée, incapable de faire les listes communes ou un programme commun.
Le financement de chaque parti repose sur les moyens d'un chef tout puissant. D'où le succès de la mouvance présidentielles qui, en plus, ne se prive pas d'utiliser les moyens de l'Etat.
A la veille de l'ouverture du scrutin, je risque un pronostic : autour de 60% pour les candidats du Président !
Le niveau de participation sera interressant, en particulier dans le Sud, traditionnellement frondeur à l'égard de ce Président venu du nord est, mais largement démobilisé. Départ demain matin à 5 heures...