Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2011

Bedos quitte la scène

RIDEAU

 

Guy Bedos

 

 

Seulement un an et demi de moins que Jacques Chirac. "S'il joue la comédie, il faut lui donner un César !".

Guy Bedos démontre que lui, il est en pleine forme. En commençant, avec humour,  par son bilan de santé.

 

Séquence émotion pour ses adieux, après 50 ans de carrière.

Dans la salle, des spectateurs qui le suivent depuis des décennies, mais aussi des jeunes.

 

Reprises de quelques sketches anciens, un peu modifiés pour tenir compte de l'actualité.

Une actualité commentée, bien entendue, avec sa célèbre "revue de presse". Peut-être moins drôle que dans le passé. "Anti-sarkozysme primaire". Mais "y-a-t-il un sarkozysme   qui ne soit pas primaire ?". Grande sévérité, mais à un degré moindre, pour Martine. Expectative pour François Hollande que, manifestement, il connaît moins. Fillon, et les autres,  n'existent pas

 

Quelques sketches nouveaux, dont une charge contre la psychanalyse, probablement inspirée par son ami Michel Onfray, philosophe auteur d'un livre critique à l'égard de Freud.

 

Au total, une soirée agréable, comme avec un ami de longue date que l'on a plaisir à revoir, pour évoquer de vieux souvenirs de grands éclats de rire du passé.

 

Bedos sera à Paris, au Rond point des Champs Elysées, au moment des fêtes de fin d'année.

 

 

08:00 Publié dans Téâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : spectacle

06/11/2011

Superbe tango

Tanguera

Théâtre du Chatelet

 

Une « tanguera », c’est une danseuse de Tango.

Compréhensible,  malgré l’absence de parole, comme dans le cinéma muet, ce spectacle,  de 30 danseuses et danseurs,  nous raconte l’histoire d’une petite française débarquée à Buenos Aires,  pour connaître une vie plus douce, sur fond de lutte de classes entre les « casquettes » et les « chapeaux ».

Difficile de ne pas être pris par cette musique faite de passion, de sensualité, et de violence à peine contenues.

A noter particulièrement la prestation de Maria Nieves, 73 ans qui déclare justement : « nul besoin d’acrobaties. Il suffit de suivre les battements de son cœur. » Le chorégraphe aurait peut-être du s’inspirer un peu plus de ces fortes paroles pour proposer un tango moins spectaculaire, plus proche de celui que j’ai vu danser, par les Argentins, le dimanche après-midi, dans un dancing populaire. Mais il ne faut pas bouder son plaisir, car le spectacle est superbe.

Après 18 mois de succès à Buenos Aires, Tanguera  est en tournée en Europe.

 

 

08:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : spectacle