Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2022

Brassaï de la nuit, cueilleur de vie

Brassaï

100 photo pour la liberté de la presse

 

Gyula Halàsz devient Brasssaï en hommage à sa ville natale, Brasso,  pour signer ses premières images.

Il arrive à Paris en 1924 et Montparnasse devient son quartier général. Il y rencontre de nombreux artistes, en particulier Salvador Dali et Picasso.

En 1949, après son mariage avec une Tarbaise, il devient Français.

"Si on associe la pratique de la photographie à la lumière et donc au jour, Brassaï relève un défi technique majeur, en l'absence de luminosité, en travaillant sur des temps de pose longs.Les éclairages et les enseignes lumineuses de la ville sont ses meilleurs alliés." "Dans la nuit, Brassaï traque les enseignes lumineuses qui dessinent son sujet".

Pour lui, la nuit révèle plus qu'elle ne dissimule. "La nuit suggère, elle ne montre pas".

On a associé à Brassaï les mots "surréalisme", "fantastique social", réalisme poétique", "réalisme magique".

"Tout peut devenir banal, tout peut devenir merveilleux ! Qu'est-ce que le banal sinon le merveilleux déchu par l'habitude ?"

Bercé par Goethe et nourri par Proust, il est attiré par "une humanité souvent considéré comme déclassée". Il trouve dans le Paris interlope des années 30, "une poésie visuelle". "On ne nait pas prostituée, on le devient".

En 1957, à Nex-Yorl, Brassaï s'essaie pour la première fois à la couleur.

 

07:53 Publié dans photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photos

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.