Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2008

mort d'une héroïne rouge

Mort d'une héroïne rouge

 

Qiu Xiaolong

 

Points policiers n°1060

 

 

Cet été, pendant les Jeux Olympiques de Pékin, la parution, en feuilleton, dans Le Monde, d'un des romans de Qiu Xiaolong m'a incité à relire le livre qui l'a rendu célèbre.

 

Pour l'auteur, qui a émigré après les tragiques évènements de la place Tienanmen, le roman policier est prétexte pour montrer la vie quotidienne à Shanghai et Canton, "ville spéciale au sens où la plupart des codes socialistes orthodoxes ne s'y appliquaient pas". "A Canton, il n'existait aucun animal que les habitants n'aient pas trouvé le moyen de transformer en mets délicat". "La cuisine fait partie intégrante de la civilisation chinoise"(voir ma note sur "l'affaire du cuisinier chinois).

 

Les évènements se déroulent il y a bientôt vingt ans,  et les choses ont bien évoluées depuis, en particulier les habitations et la circulation. La pollution n'a fait qu'augmenter.

Dans cette Chine capitaliste, "les scientifiques gagnent moins que les marchands ambulants". Mais peut-être qu'ici aussi les scientifiques gagnent moins que certains commerçants ?

 

L'énigme se déroule un an après la répression de Tienanmen,  et la résolution du mystère criminel ne peut être que politique. Quelle est la ligne politique juste, à un moment où la "stabilité politique" est le mot d'ordre impératif de la direction ? Alors qu'en réaction à la "révolution culturelle", le nouveau mot d'ordre est : "regardez vers l'argent".

Faut-il porter "un coup symbolique aux tenants de la ligne dure, pour qu'ils cessent de se mettre en travers des réformes", "démontrer la détermination du Parti à combattre la corruption ?"

De la réponse dépend la poursuite de l'enquête, puisque la victime est une "travailleuse modèle de la Nation", une "héroïne rouge".

"Nous avons été élevés dans ces mythes communistes du modèle. En fait, cette notion trouve ses racines dans le confucianisme."

Confucianisme que l'on retrouve dans la sagesse populaire citée dans le livre :

"On n'étreint les jambes de Bouddha que dans le désespoir".

"L'homme n'est jamais que ce qu'il a décidé de faire, ou de ne pas faire".

"Ce n'est jamais une bonne idée d'effrayer un serpent en remuant les herbes".

"Ce ne sont pas les individus qui font les interprétations, mais les interprétations qui font les individus".

 

Inventant un personnage de flic poète, l'auteur imprègne son livre de poésie :

"Que m'importent les jours qui m'attendent,

Si, ce soir, ton plaisir avec moi est complet"

"C'est donc ça, l'hypnose de l'amour. Sa métamorphose. Être envouté. Sans défense. Sans poids, sans substance."

"Qui dit que la splendeur d'un brin d'herbe récompense

L'amour du printemps qui revient toujours ?"

31/07/2008

Bon chat chinois prend la souris

Bon chat chinois prend la souris Chroniques de la vie ordinaire Eric Meyer Editions du Seuil "Peu importe que le chat soit blanc ou noir : le bon chat, c'est celui qui attrape la souris" Cette phrase, très célèbre, du "petit timonier" Deng Xiaoping marque, au début des années 80, la mort de l'idéologie communiste en Chine,  où Eric Meyer est journaliste depuis 20 ans. Pour nous faire comprendre l'état actuel de la Chine, et sa diversité, Eric Meyer nous présente cent chroniques choisies de la vie ordinaire dans ce pays. "La vaste forêt abrite bien des oiseaux bizarres" comme  le dit l'un des proverbes qui marquent chaque chapitre. Avec "une constante dans la vie quotidienne locale : un copieux ennui", à cause d'"un vieux démon, celui de toute la Chine : l'absence d'échange avec autrui, l'indifférence autiste, une enfance dépressive, comme un jeune Chinois sur trois", "qui trouvent dans le jeu en ligne des émotions par procuration", en raison de "l'interdit de l'expression publique des émotions". "Le marché et le jeu, confondus", sont le cœur de la vie" car "qui n'ose semer par peur des crickets,  perd sa moisson". Il montre des Chinois dont la vie devient plus facile, plus aisée, plus confortable,  mais aussi "plus précaire, déprimée, polluée et vidée du passé". "La Chine socialiste a une vieille tradition de décisions abruptes et hostiles aux citoyens", en raison de "l'absence en Chine d'Etat de droit". Mais "le parti a besoin de gens ayant confiance dans la protection de la "maison mère".  Les autres, il les écarte, il en va de sa survie". Deux petits proverbes, tirés du livre,  pour terminer : "Chien acculé saute le mur" "A nid renversé, pas d'œuf intact"

07:46 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : livre, chine

24/07/2008

L'éveil de la Chine

L ' éveil de la Chine Chen Yan Editions de l ' Aube Historien en Chine, Chen Yan est réfugié en France depuis 25 ans, enseignant et journaliste (RFI et maintenant Courrier international). Son livre, essentiel pour comprendre le régime chinois, se divise en deux parties : - de la mort de Mao (1976) au drame de Tienanmen (1989) : la déconstruction de l ' idéologie communiste ("derrière l ' idéologie, le pouvoir est toujours soutenu par les fusils"), parfois même au nom d ' un communisme "originel" et idéal, en réaction aux drames de la "révolution culturelle" ; la réforme économique, la montée des idées libérales économiques...et politiques, inspirées de l ' Occident, avec toutefois des racines chinoises ; - la disparition de toute idéologie (depuis 1989), dans un système cynique de dictature,  autrefois basée sur une idéologie égalitaire, aujourd ' hui "dépossédé de toute légitimité idéologique et politique" ; "l ' archaïsme politique face à la libéralisation de l ' économie", "l ' absence de critères éthiques pour la société". "Le fondement de l ' Etat n ' est plus l ' idéologie, mais la croissance" (le nombre de millionnaires en "équivalent $" a augmenté de 20% l'année dernière). "L'effondrement du système communiste en Europe de l ' Et a enlevé toute crédibilité à l ' idéologie communiste". "Reste un pays totalitaire, maintenu par la force policière", où le véritable pouvoir n ' est pas détenu par le Secrétaire général du Parti communiste mais par le Président de la commission centrale militaire. Pour remplacer cette disparition de l ' idéologie communiste, la montée du nationalisme qui explique les évènements du Tibet et les menaces sur Taiwan : "le nationalisme tient lieu de réflexion politique" ; "le nationalisme ethnique est le frein majeur qui empêche le pouvoir actuel de jouer davantage la carte du nationalisme à l ' intérieur des frontières". Extraits "Apprendre à vivre en société est avoir le réflexe de se méfier de tout le monde"  "La pratique est l ' unique critère de vérification de la vérité" "Le communisme chinois n ' est que l ' amalgame de la vieille tradition féodale despotique de la Chine et de la nouvelle tradition du stalinisme" "La société traditionnelle confucéenne exerce culturellement une pression sur ceux qui se comportent différemment" "La "Révolution culturelle" a détruit la croyance des masses en une "vérité absolue". Le "Printemps de Pékin" est le fruit hérétique de la "Révolution culturelle". "Tous les moyens sont bons pour sortir la Chine de son arriération, à condition que le Parti soit aux commandes. La modernisation du pays n ' a de sens que si le Parti en garde la maîtrise complète." "Le nouvel horizon du développement économique tient lieu de défoulement et d ' espoir. Il n ' y a plus de dessein politique ni de justification idéologique" "Corollaire de la fièvre d ' enrichissement personnel : la chute des tabous sexuels" "La société marche vers une sorte de latino-américanisation : inégalité sociale, corruption généralisée, marginalisation des masses populaires" "Le marché chinois est un marché dénaturé en faveur de la bureaucratie corrompue"

08:24 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre, chine