Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2022

Steve Mc Curry chez Maillol

Le monde de Steve McCurry

Musée Maillol Paris

jusqu'au 31.07

 

Tout le monde connait le portrait de la jeune afghane aux yeux bleus/verts. Probablement la photo la plus connue de Steve McCurry. Le musée Maillol expose plus de 150 photos imprimées en grand format, réalisées au cours d'une carrière de 40 ans, de l'Afghanistan à l'Inde, de l'Asie du Sud-Est (Birmanie, Vietnam, entre autres), à l'Afrique, de Cuba aux Etats-Unis, du Brésil à l'Italie. En noir et blanc ou en couleurs magnifiques.

Une splendeur !

Bien entendu, j'ai profité de l'occasion pour visiter la collection permanente des oeuvres d'Aristide Maillol. "Je ne sculpte pas des femmes mais des volumes." En particulier les formes de Dina Vierny : "je suis venue pour poser une heure, je suis restée dix ans..." Les dix dernières années de la vie de l'artiste. C'est elle qui décide, à la mort de l'artiste,  de lui consacrer un musée, à deux pas du Boulevard Saint-Germain.

Le parcours de la visite présente un panorama de sa création : sculpture, peintures, dessins, sanguines, terres cuites et même tapisseries.

 

 

 

15:05 Publié dans expo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photos, expos

01/12/2018

Photographies de luttes

I am a Man

Photographies et luttes pour les droits civiques

dans le sud des Etats-Unis, 1960/1970

Sélectionnées par William Ferris

Exposées au "Pavillon populaire" de Montpellier

jusqu'au 6 janvier

Catalogue éditions Hazan (25 euros)

 

Il n'y a pas qu'en Afrique du Sud que l'apartheid sévissait. Aux USA, dans les années 60/70, les Afro-Américains intensifiaient leurs luttes pour l'égalité de leurs droits.

Cela commence par la lutte pour la fin de la ségrégation dans les transports.

En 62, l'entrée du premier Afro-Américain à l'université du Mississippi.

1963 : la marche sur Washington , avec le fameux discours de Matin Luther King "I have a dream".

A partir de 64, les rassemblements du Ku Klux Klan en Caroline du Nord.

En 65 : Selma. Un film a été fait sur cette marche qi est restée dans les mémoires. Tout était bon pour empêcher les Afro-Américains de s'inscrire sur les listes électorales. Un film a été fait, il y a peu, sur ces évènements. La problématique reste actuelle. Un mouvement significatif de "désinscriptions", de la part d'administrations locales,  a été remarqué à l'occasion des récentes élections de mid-term.  

68 : marche des pauvres du Mississippi à Washington,  grève des éboueurs de Memphis, Tennessee, assassinat de Martin Luther King, également à Memphis

Les éditions Hazan ont publié le catalogue de l'exposition.

08:06 Publié dans expo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expos, photos, ségragation

17/09/2017

40 expositions de photographie

Les rencontres de la photographie

Arles

Jusqu'au 24 septembre

 

L'avantage d'aller en Arles en septembre, pour des expositions qui commencent début juillet, c'est qu'il y a moins de monde, et surtout qu'il y fait moins chaud.

L'inconvénient, c'est que plusieurs expositions sont déjà closes.

Je préfère "Visa pour l'image", à Perpignan, car le photojournalisme me "parle" beaucoup plus. Mais certaines expositions d'Arles auraient tout à fait leur place à Perpignan, comme "la poétique de l'humain", "Monsanto", "Iran année 38"...

Indépendamment des photos, il y a les lieux où elles sont exposées. Les anciens ateliers de la SNCF qui constituaient un large espace d'expositions sont maintenant largement démolis. Il faudra que les "rencontres" exploitent plus les autres espaces. Certains sont agréables, comme l'espace Van Gogh et le musée Réattu, d'autres sont absolument magnifiques comme le cloître Saint-Trophine et l'abbaye de Montmajour. Bel endroit qui pourrait accueillir beaucoup plus de deux expositions. Celle d'Audrey Tautou y est sympathique.

21:29 Publié dans expo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expos, photos

10/09/2014

Visa pour l'image

26ème éditiondu "festival international du photojournalisme" de Perpignan. Une première pour moi. J'ai beaucoup aimé. 25 expositions, assez bien concentrées + les expos "off", malheureusement non répertoriées, mais généralement bien signalées et que l'on découvre au fil des promenades dans la ville.

A l'honneur : l'Ukraine, actualité oblige. Deux expositions sont consacrées au typhon qui a touché les Philippines en 2013.

Mais aussi l'Afrique, en particulier la République centrafricaine, avec trois expositions. Plus le livre de photos de Camille Lepage, tuée, à 26 ans, en Centrafrique alors qu'elle réalisait un reportage sur les conditions des enfants exploités par les "Balakas" dans les mines de diamant.

Un livre, et une exposition justement intitulés "Testament" pour Chris Hondros, tué en avril 2011 en Libye.

Une exposition, peut-être celle qui m'a le plus touché, mais malheureusement pas (pas encore ?) de livre pour Anja Niedringhaus, tuée par un policier afghan en avril de cette année. Ses photos en noir et blanc de ce pays ne laissent pas indifférent.

La presse a beaucoup parlé de l'expo de photos de la guerre du Vietnam, prises côtés nord-vietnamien. Très intéressantes, à condition de garder à l'esprit que ce sont des photos de propagande !

Heureusement, le photojournalisme ce n'est pas que la guerre. Par exemple ce train médical qui parcourt les 4.000km les plus à l'est de la Russie.

Visa pour l'image se termine le 14 septembre. Ne vous privez pas du catalogue de l'exposition, une incitation à la sensibilisation et à la réflexion.

 

 

15:43 Publié dans expo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expos, photos

03/09/2014

Rencontres d'Arles

45ème "rencontres" d'Arles consacrées à la photo. Une première pour moi. La retraite a quelques avantages.

Impossible de voir les cinquante expos. Même en marchant vite entre les différents lieux, dont certains méritent la visite à eux seuls.

Surtout que pour l'abbaye de Montmajour il faut prendre la voiture...et trouver cette abbaye, car la signalétique est lacunaire, et pas seulement pour l'abbaye. J'y suis arrivé un peu avant 18 heures...et je me suis vu refuser l'entrée. A 18 heures 20 le personnel avait fermé les portes. Donc , surtout ne pas croire le dépliant offert quand vous achetez votre pass pour la journée et qui indique "jusqu'à 19h30".

Comme dans toutes les expos, il y a des choses  que l'on aime, et d'autres moins. Certaines photos que l'on regarde avec admiration et d'autres avec surprise ou indifférence.

Je n'ai pas du tout accroché au concept proposé au "bureau des Lices" : quatre étages d'expos dans le noir, avec une torche électrique à la main. Dommage, car les images de propagande chinoises et albanaises ne manquaient pas d'intérêt, ainsi que les "bons baisers des colonies".

Ce que j'ai préféré : les photos de l'Arlésien Lucien Clergue, 80 ans, présentées à la fois dans un ancien atelier de la SNCF et au musée Réattu qui les présente dans une collection permanente. Cela tombe bien car Arles est une ville qui mérite une promenade à elle seule, comme le musée Réattu.

 

16:36 Publié dans expo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expos, photo