Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2022

Trouve-le !

Rattrape-le

Jake Hinkson

éditions Gallmeister

 

Lilly a 18 ans. Elle est en dernière année du lycée. Lily est enceinte. Elle est la fille d'un pasteur pentecôtiste, secte rigoriste. Certain(e)s membres de la communauté demande la démission du pasteur qui n'est pas capable d'empêcher sa fille de forniquer sans être mariée.

Lilly devait se marier avec le père de son enfant, afin de régulariser la situation. Mais, soudainement, le jeune homme disparait, juste avant le mariage. Il faut le trouver. D'où le titre original du roman "Find him !"

Pour la police et les mauvaises langues le futur père a simplement fui ses responsabilités.

Lily est une jeune fille volontaire qui n'a pas peur. Elle cherche et elle va aller de surprise en surprise, y compris de mauvaises rencontres.

L'action se passe en Arkansas, l'Etat dont Bill Clinton fut le gouverneur, mais où le racisme n'est pas absent.

L'auteur, Jake Hinkson, est le fils d'un prêcheur baptiste de l'Arkansas. Il fait bien la distinction entre les Baptistes et les Pentecôtistes unitariens et il souligne l'hypocrisie des bigots.

Un roman à suspens qui nous aide à comprendre les dérives des Républicains américains.

 

"ils ont appris à leur fille à considérer avec une méfiance viscérale tout écrit autre que la bible"

"Sa copine Fiona considère la science comme une propagande d'athées et pense que la littérature n'est rien d'autre que le charabia sans intérêt d'ivrognes et de pervers."

"la santé, c'est juste la façon la plus lente de mourir"

 

 

07:45 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, polar, usa

09/12/2021

Photographier les hommes face à la nature hostile

Jours de sable

Aimée de Jongh

éditions Dargaud

 

1937, Etats-Unis, un jeune photographe est engagé par une agence fédérale pour mettre en images la situation dramatique des agriculteurs  de l'Oklahoma frappés par la sécheresse qui favorise de terribles tempêtes de sable et plongent les habitants dans la misère, poussant bon nombre d'entre eux à migrer, en particulier vers la Californie.

Ces violentes tempêtes de poussière sont la conséquence de techniques agricoles inappropriées. A l'époque, nombreux sont ceux qui voient dans ces "raz-de-marée" de poussière noire une punition divine".

Quelques photos seulement, peu de texte mais surtout de superbes dessins aux couleurs exceptionnelles et d'une grande humanité.

 

"Ceux qui ont assisté à ces tempêtes appellent ce phénomène "minuit sans les étoiles"

"Qu'est-ce qui fait une bonne photo ? On s'attache généralement à l'éclairage, à la composition, au sujet...Mais ne faudrait-il pas aussi prendre en compte ce qui est en dehors du cadre ? Tout ce que le photographe n'a pas su saisir"

 

08:47 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire, usa

22/01/2021

Transition présidentielle

D'un président à l'autre

Homeland, Saison 6

 

Je n'ai jamais parlé dans ce blog des séries, majoritairement américaines, que je regarde tout en pédalant sur mon vélo d'appartement.

Je ne résiste pas à la tentation de parler de la saison 6 de Homeland. Les 5 premières saisons ne m'ont pas laissé de souvenirs impérissables.  Il n'est pas indispensable de les voir pour comprendre cette saison 6. Mais la la saison 6, se passe entre l'élection d'un nouvelle présidente (une femme présidente !) en novembre et sa prise de fonction en janvier. Nous venons de vivre cela, donc nous avons une idée de a procédure. Et, "Madame la Présidente élue", puisque c'est la dénomination officielle, n' a pas du tout l'intention de suivre les traces de son prédécesseur. Comme c'est étrange !

En particulier dans les domaines de lutte contre le terrorisme (elle souhaite cesser que l'on prenne les immigrés pour des boucs-émissaires),  dans ses relations avec l'Irak et ...l'Iran ! Au moment où il est question d'un accord pour que l'Iran renonce à l'arme nucléaire...

Ce que montre cette saison 6, ce sont tous les mauvais coups tordus des "faucons" qui ne parlent que de sanctions et de frappes "préventives". Ils ne lésinent ni sur les provocations, pouvant aller jusqu'aux meurtres,  ni sur les mensonges, ni sur les "fake news".

Avec une prestation de serment sans public par crainte d'un attentat.

Que doit croire la "présidente élue" ? Sur qui placer sa confiance parmi ces responsables de la CIA chargés de l'informer  ?

Mais la série américaine la plus pertinente pour connaître les rouages de la politique américaine reste "A la maison blanche" (West Wing", aile Ouest, celle dans laquelle se trouve le bureau ovale).

 

 

19/11/2015

L'internationale de la xénophobie et du populisme

Aux Etats-Unis, où je me trouve actuellement, les attentats de Paris hystérient le débat sur les réfugiés.

3/5e des Gouverneurs refusent l'arrivée de réfugiés syriens dans "leur" Etat. Avec un argument autant imparable que populiste et absurde : "pouvez-vous nous garantir qu'aucun terroriste potentiel ne peut se cacher parmi les réfugiés ?" Non, il n'y a aucune garantie, ni parmi les réfugiés, ni parmi les touristes...ni même  parmi les Américains.

Un Sénateur, "Républicain" poursuit la logique en proposant que les USA interdisent l'accès de leur territoire aux touristes français. Et pourquoi par les Belges ? Mon petit-fils dont l'adresse, sur son passeport français, indique qu'il est domicilié à Molenbeek pourra-t-il poursuivre ses études aux USA ?

Puisqu'il y a libre circulation entre les Etats américains , il est impossible d'empêcher qui que ce soit de déménager d'un Etat à un autre. Les Gouverneurs peuvent décider de n'apporter aucune aide aux réfugiés, mais ils ne peuvent pas les empêcher de venir. Je suppose que cette posture a pour but de plaire à leur électorat dans le contexte actuel de peur, malheureusement justifiée.

 

17/11/2015

Guerre civile

La guerre de sécession

John Keegan

éditions Perrin, avec le concours du Centre national du livre

 

A Raleigh, capitale de la Caroline du Nord, il y a en centre ville un mémorial en souvenir des morts de la guerre de sécession, qu'ici on appelle la guerre "civile". Uniquement des morts Sudistes. 150 ans après la victoire de Grant sur Lee, la réconciliation ne passe pas par les monuments aux morts.

Les Etats du Sud, à commencer par la Caroline du Sud ont fait sécession, et engagé les hostilités, après l'élection de Lincoln. Ils défendaient l'indépendance des Etats face au pouvoir central de Washington. Il en reste encore quelque chose dans la politique américaine d'aujourd'hui. Il est de bon ton de critiquer les autorités centrales de la capitale fédérale. Un peu comme, en Europe,  de rendre "Bruxelles" responsable de tous les maux. Cet "égoïsme des Etats" sera une des causes de la défaite du Sud où "les impôts ne fonctionnèrent jamais."

Contrairement à l'image que nous avons du Sud, à travers "La case de l'oncle Tom" et "Autant en emporte le vent", "la plupart des Sudistes étaient des petits fermiers,  vivaient au jour le jour sur des exploitations de subsistance,  et n'avaient aucun esclave." "La culture dominante n'était pas celle du coton mais celle du maïs", base du régime alimentaire. Ils sont entrés en guerre, solidaires des grands propriétaires en raison de leurs "espérances muettes mais constantes d'ascension sociale par la propriété d'esclaves."

Le Sud rural n'avait aucune chance face au Nord industriel : mieux armés par des fusils se chargeant par la culasse, bientôt à répétition, mieux habillés grâce à l'invention de la machine à coudre, mieux chaussés, grâce aux machines à coudre les semelles, mieux nourris grâce à l'invention de la conserve de viande avec une organisation parfaite du ravitaillement basée sur un réseau ferré développé. Et comme "la guerre fut plutôt une affaire de fantassins."...

La guerre civile américaine a été "l'une des plus cruelles jamais menées. Le personnel militaire ennemi, en l'absence d'objectifs géographiques manifestes, était la seule cible à frapper." Sherman avait conclu que "la manière la plus rapide de briser la Confédération était de faire souffrir ses simples citoyens." "La guerre c'est la cruauté et rien ne peut l'adoucir" (Sherman)"Le viol a été l'un des rares actes de barbarie dont les soldats maraudeurs de l'Union ne se soient pas rendus coupables."

"Le désir de se retrancher s'était enraciné dans l'esprit des simples soldats, partagé par les officiers." Prémices de la Première guerre mondiale et ses tranchées...

"Lee aspirait à livrer une bataille décisive et à achever la guerre par une seule action écrasante, comme Napoléon."

La guerre causa environ 620.000 morts dont 360.000 unionistes et 260.000 confédérés (un quart des hommes blancs valides  du Sud). Ces pertes excèdent les pertes américaines pendant la Seconde guerre mondiale." "Un soldat de l'Union sur dix fut blessé, un sur soixante-cinq tué, un sur treize mourut de maladie." "Les régiments de l'Union subissaient des pertes de 30% dans chaque affrontement.""Les morts par maladie furent deux fois plus nombreuses que celles par blessure." "Comme cela serait encore le cas jusqu'à la Première guerre mondiale."" L'Union enregistra plus d'un million de malades de dysenterie, dont 57 000 entraînèrent la mort. "Une remarquable capacité des deux côtés à accepter de lourds sacrifices ." " La bataille d'Antietam Creek/ Sharpsburg a été le jour le plus sanglant de toutes les guerres américaines. Plus sanglant que le 6 juin 44 ou que Iwo Jima." "Les hommes ne portaient pas de plaques d'identité, ce qui rendait la reconnaissance des cadavres hasardeuse."

"Le blocus fut l'un des instruments de la ruine de la Confédération." "La résurrection ne viendrait que des transferts de capitaux du Nord en quête de possibilités d'investissement." 

"La guerre projeta le Nord vers la domination de l'économie mondiale. Un essor créé par la demande liée à la guerre."

En 1866, le 14e amendement à la Constitution garantissait à tous les citoyens l'égalité politique et juridique. En 1869, le 15e amendement déclarait que "les droits des citoyens ne pouvaient être déniés ou restreint "en raison de la race, de la couleur, ou de la condition antérieure de servitude." Comme Lincoln l'avait déclaré "la guerre concernait d'une certaine façon l'esclavage." 

"Karl Marx, qui s'intéressât  fort à la guerre de Sécession, croyait et soutint qu'elle inaugurerait un nouvel ordre social."

 

 

01:13 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : histoire, usa