Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2020

Je présume...

Livingstone

Scénario : Rodolphe

Dessin : Paul Teng

Couleur : Céline Labriet

Dossier historique : Christian Clot

Les grands personnages de l'histoire en bandes dessinées

Le Monde / Glénat / Fayard

 

Fin du XIXe siècle : le docteur évangélisateur David Livingstone est un des Anglais les plus célèbres de son temps, avec Darwin et Dickens. Il a été le premier Européen a traverser l'Afrique d'Ouest en Est, découvrant le désert du Kalahari, le fleuve Zambèze et d'immenses chutes auxquelles il donnera le nom de la Reine Victoria.

Son but premier est l'évangélisation, mais il liste les matières premières et les éventuelles voies commerciales. Explorant les fleuves, en particulier le Zambèze pour voir s'ils sont navigables.

Il ne cache pas son dégoût pour les trafiquants d'esclaves arabes. Un jour, impuissant,  il les voit massacrer des centaines de villageois, y compris femmes et enfants.

Cherchant obstinément la source du Nil, il repart en exploration vers le lac Tanganyika. Et il disparait !

Le "New York Herald", journal à sensations,  finance l'expédition de deux cent hommes de son journaliste Stanley pour le retrouver, ce qu'il fait, afin de relancer les ventes du journal.

Des retours en arrière permettent de mieux comprendre Livingstone, au travail à 9 ans dans une filature, mais assoiffé de connaissances et donc acharné dans ses études du soir, jusqu'à ses diplômes de médecin et de pasteur, et son ordination de missionnaire.

A 60 ans, il succombe de la dysenterie. Son corps, embaumé, est ramené vers la cote Est. Le périple dure 7 mois. Il est inhumé, lors de funérailles nationales,  dans la nef centrale de Westminster, aux côtés des rois de son pays.

 

 

16:00 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, afrique, histoire

12/06/2020

Il y a bien des manières de truquer une élection

Feu pour feu

Leye Adenle

éditions Métailié / Noir

 

Un polar qui change des polars polaires glaçants. Un auteur nigérian prometteur.

Il y a une élection, au poste de Gouverneur de Lagos, la plus grande ville du Nigeria. Il y a de l'argent, du sexe, donc de la violence et de la corruption. Avec des rebondissements. Parfois tellement surprenants que l'on préfère penser que c'est exagéré. Une belle femme courageuse qui va faire changer le cours des choses en osant s'opposer à la volonté du "Lion du pays yoruba". Un polar féministe !

La brigade "Fire-for-Fire", "Feu pour Feu" est spécialisée dans la lutte contre les braqueurs. Le titre du roman, mais pas du tout le sujet...

 

"Vois-tu, manipuler les élections est une nécessité. Si on ne le fait pas, l'adversaire, lui, le fera quand même. Il faut tricher un peu pour contrer leur propre tricherie."

"Quand nous bourrerons les urnes, nous ne pourrons pas nous attribuer tous ces votes. "

"Aucun esprit n'est plus puissant que l'argent. L'argent, c'est le pouvoir."

"Grâce aux allocations publiques de terrains, j'ai bâti ma fortune. Mais il suffit qu'un petit gars se pointe et révoque mes allocations de terrains et, d'un coup, je perdrais tout."

 

16:03 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar, afrique

18/09/2018

Congo Brazzaville , 1977

Les cigognes sont immortelles

Alain Mabanckou

éditions du Seuil

 

1977, à Brazaville le Président Marien Ngouabi est assassiné, et immédiatement remplacé par ceux qui étaient censés être ses proches compagnons d'armes...qui en font un héros.

Tous ces évènements nous sont racontés à travers un collégien, qui nous raconte également la vie quotidienne à Pointe-Noire, la capitale pétrolière du pays.

Toutes les impasses du continent africain nous sont exposées.

Un moment de l'histoire qui n'est pas anecdotique, puisque Sassou N'Guesso est toujours Président, et que sa famille continue à s'enrichir au mépris des Congolais.

 

08:27 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afrique, littérature

24/07/2018

Congo 1905

Le Rapport Brazza

Le premier secret d'Etat de la "Françafrique"

Vincent Bailly & Tristan Thil

éditions Futuropolis

 

En ce début de XXe siècle, la presse se fait l'écho des atrocités, et mêmes des crimes commis à l'encontre des populations africaines, de Brazzaville à Bangui.

Sous la pression parlementaire, une mission d'enquête est envoyée sur place, sous la direction du fameux explorateur Pierre Savorgnan de Brazza, réputé pour son honnêteté.

Atteint de paludisme Brazza mourra sur le bateau du retour, mais les autres membres de l'expédition dresseront un tableau effrayant...qui ne sera jamais publié, mais provoquera un débat de trois jours à l'Assemblée nationale.

"Dans le Congo français, on a dépassé toutes les atrocités tant reprochées à nos voisins belges." (sur ce thème, lire "Le rêve du Celte" de Vargas Llosa.

Les femmes et les enfants sont pris en otages, dans des conditions épouvantables, afin d'obliger les hommes à ramener toujours plus de caoutchouc.

Les fonctionnaires coloniaux sont complices ou complaisants avec les société concessionnaires  d'exploitation du caoutchouc.

"J'ai compris trop tard qu'il n'y aurait rien à attendre des compagnies, sinon leur rapacité et le pillage des ressources."

La Droite n'est pas colonialiste, à l'époque, car elle craint que le colonialisme éloigne de la volonté de reconquête de l'Alsace et la Lorraine.

 

08:38 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, afrique

24/09/2014

Le roman vrai des "Premières dames" africaines

Reines d'Afrique

Vincent Hugueux

éditions Perrin

 

Vincent Hugueux est journaliste à l'Express. Il a reçu l'année dernière le "Grand prix international de l'Association de la presse étrangère".

Il dresse le portrait de dix épouses de chefs d'Etat africains, essentiellement de l'Afrique de l'Ouest francophone. Quatre d'entre elles sont "blanches" ou métisse ("ethnie toubab"). Elles sont souvent beaucoup plus jeunes que leur président de mari, parfois plus de quarante ans. Elles président toutes des Fondations caritatives, "glissement d'une politique classiques des œuvres de bienfaisance à des politiques internationales de la compassion",  mais se révèlent de redoutables prédatrices, "aux confins des affaires et du charity-business". Elles résument bien des maux de la mauvaise gouvernance africaine et des "biens mal acquis".

La plupart des qualificatifs et des commentaires s'appliquent à plusieurs d'entre elles, au risque de la répétition.  "A croire que les Françaises promises à un destin de First Lady africaine ont en commun d'aimer la pierre, précieuse ou pas".

"On a plus de chances de croiser la Première Dame dans le hall d'un palace parisien ou suisse que dans les couloirs du palais présidentiel." "La confusion des caisses relève de l'affection chronique". "Tombée dans tous les travers du clanisme et du népotisme." ("touche pas à mon népote !") "Sa frénésie consumériste est proverbiale". "Cupide", "Gloutonne", "vorace", "pratiques kleptocratiques", "virago", "arriviste", affairiste", "goût pour le clinquant et l'ostentation" ; "elle aime tout ce qui brille et vit dans sa bulle, déconnectée des réalités" ; "toujours plus : telle pourrait être la devise de la tribu", par "un terrifiant système prébendier, dispositif de captation de la richesse nationale."

 

08:03 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afrique