Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2012

Bakou : la vitrine

Bakou prépare le grand prix de l'Eurovision, émission que je ne regarde jamais. L'Azerbaidjan serait donc en Europe, et ne devrait pas être confondu avec le Rajastan...
Tout devrait être prêt pour la fin mai. A commencer par l'aéroport , encore dans les travaux, ainsi que le bâtiment, aux formes futuristes, construit pour le concours.
De l'aeroport au centre ville, les huit voies sont éclairées, ainsi que les immeubles neufs qui les bordent.
En centre ville les boutiques de luxe se succèdent : Bentley, Dior, Yves Saint Laurent, Versace, etc.
Les rues piétonnes sont seulement un peu plus larges, un peu mieux achalandées, un peu mieux éclairées, un peu plus animées que chez nous.
Le long du bord de mer, une large promenade piétonne .
La vieille ville médiévale a été rénovée, son caravansérail transformé en restaurant au décor onirique.
En haut de la ville, trois immeubles de verre et d'acier veulent évoquer une flamme. Ils font penser aux Emirats pétroliers.
Tout est d'une propreté irréprochable, malgré le vent qui apporte la poussière.

L'Azerbaïdjan est un pays musulman, majoritairement chiite ( souvenir de l'occupation iranienne), mais les femmes se distinguent plus par la hauteur de leurs talons, et leurs pantalons serrés que par leur ferveur religieuse. Les tchadors sont totalement absents. Héritage pré islamique et/ ou du communisme ?
Il y a de l'argent à Bakou, et à voir le nombre de voitures de luxe, toute une catégorie de la population en profite.
La femme du President Aliev vient de recevoir les insignes d'officier de la Légion d'Honneur du President Sarkozy lui même. Pourquoi l'épouse ? Parce qu'Aliev l'avait déjà ?
Le President Aliev a hérité du pouvoir de son père, ancien responsable local du KGB, qui, au moment de l'éclatement de l'URSS, s'est emparé des rênes de cet Etat pétrolier , rendu plus riche encore grâce à de nouvelles techniques de forage "off shore".
Pays de rêve ?
Sauf qu'il est un des plus mal classé dans l'indice de corruption et pour le respect des Droits de l'Homme.
Les opposants croupissent en prison, et les médias sont muselés.
L'argent ne fait pas toujours le bonheur, même avec la Légion d'Honneur...

11:26 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage

26/05/2011

Petit futé Uruguay

Uruguay

 

Le Petit Futé

 

 

A ma connaissance le seul guide en français sur ce pays dans lequel, il est vrai, peu de touristes français se rendent.

Principale attraction : Punta del Este, station balnéaire où se retrouve le gratin argentin. Au mois de mai, c'est l'automne, donc la saison morte. Pendant l'été, l'hiver chez nous, cela vaut peut-être la peine d'aller y voir ?

Autre attraction touristique : Colonia del Sacramento, également pour les Argentins. J'ai déjà fait part de ma déception.

Il y a également des thermes, sur la côte et à l'intérieur, mais nous avons Ballaruc et quelques autres endroits où prendre les eaux...

Très développé également : le tourisme à la ferme, dans les "fincas" et autres "haciendas". Si vous avez toujours rêvé de jouer les cow-boys !

 

Les adresses proposées pour le shopping, ainsi que de quelques restaurants,  sont d'autant plus introuvables qu'elles ne sont pas localisées sur les plans du livre.

 

Les chapitres consacrés à l'histoire, à la politique et à l'économie sont beaucoup plus succincts que dans le livre homologue sur la Colombie. La lutte, puis le partage du pouvoir,  entre le parti "blanco" et le "colorado" (laïc), pendant un siècle, n'est pourtant pas sans intérêt.

 

Sur la couverture, le guitariste inamovible du café "Fun-Fun", temple du tango, qui n'est pas qu'argentin, et donc du bandonéon.

Les Uruguayens affirment que Carlos Gardel était des leurs. J'étais persuadé qu'il était de Toulouse...

 

13:58 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage

22/05/2011

Colonia del Sacramento

Classée au patrimoine mondial par l'UNESCO. Fondée par les Portugais au confluent du Rio de la plata et du Parana, plus de 40 ans avant que les Espagnols ne fondent Montevideo. 55 kilomètres face à Buenos Aires, ce qui sera pratique, par la suite, pour faire de la contrebande, et aujourd'hui pour les touristes argentins qui prennent un bateau rapide pour venir passer un week-end sur les plages. Avec un tour dans la vieille ville qui a séduit l'Unesco. Il reste un bout de muraille,quelques vieilles rues mal pavées, mais rien de comparable à Catagena de Indias en Colombie, d'où une certaine déception ... La rue des soupirs, favorite des cartes postales, est parcourue en cinq minutes.
La promenade au bord du fleuve, qui donne l'impression d'être au bord de la mer, n'est malheureusement aménagée que sur quelques portions. Ce qui laisse le temps d'aller visiter le grand parc d'Anchorena, de monter en haut de la tour qui offre une vue magnifique sur les environs. Bambi, son papa et sa maman prolifèrent en troupeaux dans le parc. Un des endroits le plus intéressant de Colonia.
2 heures et demie de bus à partir de Montevideo, 1 heure seulement de bateau de Buenos Aires.

28/04/2011

Cartagenas de Indias

En arrivant : la chaleur moite qui fait penser à l'Asie. Rien à voir avec la fraicheur de Bogota.
Port de départ des galions espagnols, guettés par les pirates anglais...et français. Puis port ayant l'exclusivité de l'importation des esclaves venus d'Afrique pour les exploitants espagnols.
Ville qui a gardé son charme ancien, donc ville pour les touristes, d'autant plus qu'il y a la mer, des plages, et des hôtels avec piscine.
Ville où il va être un peu compliqué de travailler : il est bientôt 22 heures, heure locale, et dehors la fête bat son plein.
Hotel Sofitel splendide : un ancien couvent ! Je me contente de ma chambre sous les combles...

11/03/2010

et maintenant, la Jordanie

Pas de hammam à Amman

 

 

Ne dites pas à ma mère que je descends au Grand Hyatt Hotel, je lui ai promis que j'allais dans un endroit tranquille. Elle ne lit pas ce blog, et avec un peu de chance elle ne se souvient pas qu'en novembre 2005, des kamikazes (des martyrs ?) ont tué 60 personnes et blessé 115 autres,  lors d'attaques simultanées contre le Hyatt et le Radisson.

 

Très franchement ma préoccupation, après le travail qui m'amène à Amman, n'est pas le risque terroriste, mais de savoir si je pourrai dégager le temps d'aller à Pétra, sur les traces des Nabatéens (du Ve au IIe siècle avant JC),  avec une pensée pour Cécilia qui y avait fait une escapade avec son amant (son mari aujourd'hui), à la grande fureur de celui qui allait devenir Président de la République... 

 

Pour m'y préparer les "carnets de route Marcus", petit guide très pratique par son format, et dans lequel il y a l'essentiel, le guide "Lonely planete", avec plus de choses que je ne pourrai en voir, et, parce que je n'y vais pas pour rigoler : "Géopolitique de la Jordanie", d'Alain Renon, aux éditions "complexe", "Amman de pierre et de paix" de Myriam Ababsa, aux éditions "Autrement", et le "Que sais-je ?" (n°1823) de Louis-Jean Duclos.

 

Je reparlerai de tout cela dans ce blog (Inch Allah !).

 

09:05 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : voyage