Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2020

Berlin, avril, mai, juin 1945

Derniers jours à Berlin

Harald Gilbers

10/18 n°5416 "Grands détectives"

 

L'ex commissaire Oppenheimer a été radié de la police parce que Juif, mais il garde ses capacités à enquêter, surtout quand il cherche celui qui a profité du chaos de la fin de la guerre pour violer son épouse.

Comme beaucoup de Berlinois, Oppenheimer se réjouit de la chute du régime nazi, avec une crainte à l'égard des soldats russes. Les troupes occidentales sont encore trop loin pour contester les Russes.

Lors de son enquête, Oppenheimer réalise que les Russes comme les Américains cherchent à mettre la main sur les documents concernant les recherches allemandes sur l'arme atomique. Des deux côtés les services spécialisés cherchent à attirer les chercheurs.

 

15:37 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar, histoire

01/09/2020

De 60 000 avant JC à la Renaissance

Montpellier

de la Préhistoire à Rabelais

Scénario et dialogues : Dobbs

Documentaire et textes historiques : Béatrice Merdrignac

éditions "petit à petit"

 

Bonne idée que cette histoire de Montpellier en bandes dessinées. Découpée en neuf séquences avec un dessinateur différent pour chacune d'entre elles, et pourtant une grande unité de style, et deux pages d'explications historiques pour remettre dans le contexte ce qui est montré en BD.

Je vois que dans la même collection de nombreuses autres villes ont leur histoire en BD. Malheureusement, ce n'est pas encore le cas de Nîmes. Je suppose qu'il y aura une suite car l'histoire de Montpellier ne se termine pas avec Rabelais.

 

15:55 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire

19/08/2020

Le point de vue occitan

Histoire de l'Occitanie

Philippe Martel

éditions Yoran

 

"Occitanie" est la dénomination choisie par le Conseil régional résultant de la fusion du "Languedoc-Roussillon" et de la région "Midi-Pyrénées". Il est clair que cette région administrative est loin de couvrir l'espace autrefois occupé par l'usage de la langue occitane. Cette région à la langue commune va de Bordeaux à Nice en passant par Limoges. Richard Coeur de Lion, Duc d'Aquitaine et Roi d'Angleterre,  écrivait des poèmes en occitan.

Contrairement à la Bretagne,  cette Occitanie là, espace d'une langue,  n'a jamais été une province identifiable.

Ce livre se donne pour but de raconter l'histoire de cet espace et de ses habitants. Malheureusement, ses 400 pages le condamnent à un survol de chaque période.

L'épisode le plus marquant est la croisade menée par des seigneurs venus du nord, tels Simon de Montfort, pour accaparer les fiefs de sudistes présumés hérétiques. "Elle aboutit à une inversion complète des tropismes géopolitiques de l'espace occitan : jusque là tourné vers l'Espagne et l'Italie. Il sera désormais rattaché au centre septentrional."

Le XXe siècle a vu quasiment disparaître la langue commune des Occitans, d'abord du fait de la scolarisation. L'auteur aurait pu rajouter la première guerre mondiale pendant laquelle la seule langue commune possible était le français. La télévision a également joué un rôle important dans ce sens, même si les télévisions régionales diffusent une émission hebdomadaire en occitan.

J'ai pu constater l'évolution dans ma famille limousine. La génération de mes grands  parents parlaient patois, surtout ceux restés au pays. Mais comprenaient le français, même s'ils ne l'écrivaient pas facilement. La génération suivante, ayant presque toujours été jusqu'au "certificat d'études" était parfaitement bilingue et passait sans problème d'une langue à l'autre. Les cousins, cousines de ma génération répondent en français aux questions posées en patois...

 

 

18:33 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : occitanie, histoire

06/07/2020

L'épuration en France

Expier Vichy

Jean-Paul Cointet

éditions Perrin

 

"Sauf un nombre infime de malheureux qui ont consciemment préféré le triomphe de l'ennemi à la victoire de la France, la masse immense de Français n'a jamais voulu autre chose que le bien de la patrie." Par cette phrase, le général de Gaulle entretenait la fiction d'une France majoritairement résistante. "De Gaulle a assigné à l'épuration la fonction de contribuer à redonner à la France son "rang". C'était sous estimer les haines accumulées qui explosent à la Libération, avec un désir de vengeance ou de règlements de comptes politiques ou personnels. La première difficulté a été de faire cesser l'épuration "sauvage", hors d'un cadre légal. L'auteur cherche à démêler, au milieu de chiffres contradictoires, la réalité de l'épuration qu'il estime à un demi-million de Français(e) concernés, jusqu'en 1958 ! A cette date, plus de 3.000 détenus se trouvent encore dans les centres de détention. Les 62 derniers seront libérés dans les années 80. Un rebondissement spectaculaire interviendra en 92 avec le procès de Paul Touvier et en 98 avec celui de Maurice Papon.

"Le plus grand nombre d'affaires a été jugée après 1945. Les peines les plus sévères ont été prononcées avant cette date." Peu de peines de mort ont été mises à exécution. "Le ministère de la guerre n'a fourni aucun bilan".

"Toutes les nuances ont existé entre 1940 et 1944, entre les résistants 100% et les collaborateurs 100%."

L'auteur, professeur émérite des Universités,  note également la diversité des couches sociales et professionnelles concernées.

 

08:49 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire

20/05/2020

Salomon, maître des djinns

Soliman le Magnifique

scénario : Clothilde Bruneau, Esteban Mathieu

historien : Julien Loiseau (maître de conférences en histoire de l'islam)

dessin : Cristi Pacurariu

couleurs : Andrea Meloni, Mad5 Factory

Le Monde / Glénat / Fayard

 

Il n'y a qu'un seul Dieu, il ne peut donc y avoir qu'un seul Empereur. Soliman n'a jamais reconnu Charles Quint comme empereur romano-germanique. Soliman a bénéficié de la faveur des armes, en particulier de l'artillerie la plus puissante de son temps, grâce aux innovations de ses artilleurs francs,   et donc de la main de Dieu.

A la tête d'un Empire allant de Buda à La Mecque ainsi que le Yémen, et de Tunis à Bagdad, il avait pour concurrents les Habsbourg, ainsi que le Shah d'Iran.

Il conduisit en personne dix expéditions en Europe et trois en Asie. Avec deux échecs : Vienne et Malte.

A la tête de ses troupes à plus de 70 ans, afin d'éviter d'être évincé par son fils le plus populaire au sein de l'armée, il n'a pas hésité à le faire exécuter, ainsi que les jeunes enfants de ce dernier.

Les Balkans ne cessèrent de former le coeur de l'Empire ottoman.

 

"Le canon de la loi doit toujours succéder au fracas des armes."

 

08:05 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire