Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2021

le coeur du pouvoir depuis 1789

Maîtresses et femmes d'influence

Robert Schneider

éditions Perrin

 

Après avoir écrit un livre sur les "premières dames", le journaliste Robert Schneider nous propose le portrait de dix femmes ayant eu des relations étroites avec des hommes de pouvoir, les ayant parfois influencés.

Marie Walewska a-t-elle eu la moindre influence sur Napoléon ?

Quelles ont été les relations de Talleyrand avec sa nièce, duchesse de Dino ?

Qui avait le plus d'influence sur Adolphe Thiers : son épouse, ou la mère de celle-ci, sans parler de sa soeur ?

La comtesse de Castiglione a été la favorite de Napoléon III, mais cela a-t-il joué un rôle dans l'unité de l'Italie ?

La princesse Jeanne Bibesco, carmélite, a eu de nombreux dialogues avec "le petit père" Combes. Leurs échanges ont été essentiellement épistolaires, et rien n'indique qu'ils aient commis le "péché" de chair.

Gambetta, Clémenceau et Aristide Briand ont également eu leur "dame de l'ombre".

Léon Blum, devenu veuf s'est marié avec sa maîtresse.

Paul Reynaud laissait sa maîtresse , Hélène de Portes,  prendre beaucoup de décisions. Elle était "au coeur du pouvoir". Tous les historiens s'accordent pour lui faire porter une grande responsabilité dans l'appel de Reynaud à Pétain.

 

 

 

17:07 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire

30/10/2021

Roman vrai d'un Coup d'Etat

La nuit des aventuriers

Nicolas Chaudun

éditions Plon

 

2 décembre 1851 : le Prince- Président ne veut pas quitter le pouvoir. Il refuse la disposition constitutionnelle qui ne lui permet pas de se représenter à la présidence de la République.

Nicolas Chaudun considère que ce Coup "scellait la faillite manifeste des élites". N'est-ce pas parce que les travailleurs se sont sentis trahis en 1848 qu'ils se sont peu mobilisés ? "Hugo l'humaniste avait appuyé de son talent la suppression des ateliers nationaux" ; "5500 morts parmi les insurgés, sans compter les détentions ni les déportations à Cayenne ou en Algérie".

Ou parce que, face à l'armée ils ne pensaient pas pouvoir bloquer le succès de l'opération ?

"Ce fut bien le républicain Cavaignac qui culbuta comme des Bédouins les émeutiers de juin 48."

En 51 : "-Croyez-vous qu'on va se faire tuer pour vous conserver vos 25 francs ?"

- le député Alphonse Baudin ainsi interpellé au pied d'une barricade:"Voyez comment on meurt pour 25 francs"

Je trouve que son action est la plus belle réponse que l'on puisse faire à l'anti-parlementarisme, et j'y pense chaque fois que je passe dans la petite rue qui porte le nom de Baudin. Mais combien de Français s'en souviennent ?

Bilan de la répression contre les opposants au Coup : 1000 morts, 30 000 arrestations, 10 000 déportés en Algérie ou en Guyane.

"La captation du pouvoir s'est opérée par la poigne d'aventuriers, d'affairistes, d'ambitieux, de renégats."

"L'exercice du pouvoir, c'est de mentir à bon escient ; l'idéalisme au pouvoir, c'est de croire à ces mensonges"

"La dictature était inéluctable. Les Français la préféraient à l'anarchie"

"Il faisait rire ; tout à coup il fit trembler" (Victor Hugo)

17:12 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire

27/10/2021

Astérix chez les Sarmates

Astérix et le Griffon

Texte : Jean-Yves Ferri

Dessins : Didier Conrad

Mise en couleurs : Thierry Mébarki

Tout y est pour être complètement dans l'esprit de Goscinny et Uderzo : à commencer par les dessins,  les jeux de mots, en particulier  sur les noms propres des personnages, les allusions à l'époque actuelle (par exemple, les Scythes sont "de rencontres"), le féminisme (les "amazones"), un voyage et des aventures, l'ébauche d'une histoire d'amour (pour Obélix, c'est plus drôle), les fake news avec Fakenius,  et les complotistes ("on ne le dit pas, comme par hasard").

Pour celles et ceux qui , comme moi, ont la flemme de chercher sur Internet, les Sarmates formaient un peuple iranien ayant beaucoup bougé en Asie centrale. A l'époque d'Astérix, 50 ans avant notre ère, les Sarmates se sont frottés aux légions romaines en Dacie, l'actuelle Roumanie. Dans les siècles suivants, il semble que les Sarmates aient été éliminés par les Goths puis les Huns.

Un Astérix très plaisant, comme d'habitude, à lire avec un sourire en coin.

 

15:23 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd

25/10/2021

Comédie humaine

Illusions perdues

d'Honoré de Balzac

adaptation et réalisation : Xavier Giannoli

avec Benjamin Voisin

Salomé Dewaels, Cécile de France, Vincent Lacoste, Gérard Depardieu, Jeanne Balibar, Xavier Dolan, JF Stevenin

 

Formidable comme Balzac est contemporain. Il décrit la France du XIXe siècle, la morgue des nobles remis au pouvoir, la suffisance des riches, la dépendance des jpurneaux à la publicité, leur rachat par la finance. J'avais bien aimé le lire quand j'étais lycéen, me rêvant plus Rastignac de Rubempré...

Les "illusions perdues" sont celles de Lucien de Rubempré, jeune provincial plein de talent, cigale dépensière pour qui "plus dure sera la chute" après avoir été trahi.

Benjamin Voisin est le héros de l'histoire, mais les seconds rôles sont de grande classe. En particulier Cécile de France et Gérard Depardieu qui incarne un éditeur ne sachant pas lire mais sachant compter.

 

18:48 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

22/10/2021

No time to die

Mourir peut attendre

de Cary Joji Fukanuga

avec Daniel Craig, Léa Seydoux

 

Un film de James Bond, avec des courses poursuites, de l'action, des corps à corps, parfois en smoking,  des jolies femmes, pas trop dénudées, de la musique qui colle à l'action, et des voyages dans de beaux paysages : Norvège, Italie, Jamaïque (où Bond jouissait d'une retraite méritée), Londres, les îles Féroé...et l'aide du numérique.

Le film dure 2 heures 43. J'avoue m'être assoupi un moment, mais à mon réveil je n'ai pas eu l'impression d'avoir manqué des choses essentielles...

 

 

16:29 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma