Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2020

Le sommet de la féodalité française

Philippe Auguste

scénario : Mathieu Gabella

historiens : Etienne Anheim (EHESS) et Valérie Theis (Normale Sup)

dessin : Mickael Malatini

couleurs : Arancia Studio

Les grands personnages de l'histoire en bandes dessinées

Le Monde / Glénat / Fayard

 

Auguste Philippe II ? Parce qu'il était né en août ? parce que,  vainqueur à Bouvines,  il a doublé la superficie de ce territoire qui allait devenir la France ?

Pas parce qu'il a été le premier à expulser les Juifs, en confisquant leurs biens,  parce qu'il avait besoin d'argent pour financer la guerre.

Il a institué les baillis (sénéchaux dans le Midi), nommés et payés par le trésor royal, pour contrôler les prévôts qui avaient acheté leur charge.

Son principal rival sera le fameux Richard "Coeur de Lion", puis le frère de celui-ci, Jean "Sans terre", bien connu grâce à Robin des Bois.

Les Capétiens sortiront vainqueurs de leur rivalité face aux Plantagenêt, leur reprenant l'essentiel de leurs fiefs "français" après la chute de Château-Gaillard.

Faut-il rappeler (l'album ne le fait pas) que les Plantagenêts sont une famille angevine. Richard "Coeur de Lion", fils d'Aliénor d'Aquitaine,  a été élevé à Saumur et est mort dans le Limousin. Son frère Jean "Sans terre" ne parle pas plus anglais qu'aucun roi de ce pays avant le XVe siècle. Comme tous les nobles anglais ils parlent la langue de leurs aïeux ayant fait le voyage avec Guillaume "le Conquérant".

Les conséquences seront opposées pour les deux pays : une monarchie tempérée par la "Grande Charte" côté anglais, le renforcement du pouvoir royal autoritaire côté français.

L'album nous le montre chauve, ce qui est une vérité historique mais nous épargne la taie sur son oeil qui le rendait borgne. Son caractère querelleur , obstiné, imprudent n'a rien d'"Auguste" dans notre conception de ce mot.

Philippe Auguste est également resté dans l'histoire pour ses démélés avec le Pape Innocent III qui refusait d'entériner la répudiation de l'infortuné princesse danoise Ingeburge, le lendemain de la nuit de noce. Enfermée, non pas dans un prieuré comme le dit l'album mais dans le château de Guinette à Etampes. C'est pour réconcilier la papauté et la royauté française que Louis deviendra "Saint". Mais ceci est une autre histoire...

 

19:08 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire

22/03/2020

Qui sème la mort ?

Sème la mort

Laurent Malot

éditions Bragelonne

 

Une famille massacrée. Puis une petite fille. Le lieutenant de police Mathieu Gange enquête, y compris sur une personne puissante de la ville, ce qui aggrave ses relations avec son commissaire.

L'action se passe à Etampes, petite ville royale au pied de la Beauce. "La Beauce est considérée comme le grenier à blé de la France, ça se compte en milliers d'hectares. On y cultive aussi le maïs, colza et orge. Maïs, ça veut dire irrigation intensive, et l'irrigation conduit tout droit à la pollution des nappes phréatiques."

"Le ministère de l'Agriculture ne pouvait rien faire : les accords se signaient à Bruxelles, dans ces bâtiments ultra-modernes où, chaque mois éclatait une nouvelle affaire de corruption." Remarque personnelle : c'est bien connu : "c'est la faute à l'Europe", sauf que dans ce cas c'est du délire complet !

"Le monde était sordide. Il fallait avoir les nerfs solides pour l'affronter chaque jour et tenter de le rendre meilleur."

"La justice française n'avait reconnu que neuf erreurs judiciaires en soixante-dix ans."

 

08:32 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar

20/03/2020

Abus sur petite fille

Les fantômes de Rykjavik

Arnaldur Indridason

éditions Matailié noir

 

Une jeune fille a disparu. Les grands-parents, amis d'une connaissance de Konrad, policier à la retraite, demandent à celui-ci de les aider à retrouver leur petite fille.

Mais Konrad ne souhaite pas s'occuper de cette affaire qu'il voudrait laisser à ses anciens collègues. Il est obsédé par une fillette retrouvée noyée dans le lac du centre ville. Il s'est toujours demandé si cette noyade était vraiment accidentelle.

Bien entendu, comme souvent de ce type de roman, les deux affaires finissent par se rejoindre.

Roman malheureusement d'actualité puisqu'il y est question d'adultes abusant de leur position d'autorité pour abuser d'enfants.

 

16:54 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar

18/03/2020

L'album RSF

Philippe Halsman

Reporters sans frontières pour la liberté de la presse

 

Comme toujours, l'album s'ouvre sur la situation mondiale de la liberté de la presse et des journalistes emprisonnés.

Puis, viennent les photos de Philippe Halsman dont plus de cent photos ont fait la couverture du célèbre magazine américain Life. Halsman, "l'homme qui aimait les visages" devenu naturellement "expert en visages". Et inventeur de la "Jumpology" qui consiste à faire sauter ses modèles car, à ce moment là, "derrière les masques officiels", "seules comptent l'excitation, la joie, l'énergie". "Le masque tombe, révélant la vraie personnalité".

Photographies des années 40 et 50, beaucoup en noir et blanc.

Des actrices dont BB à 21 ans, Marilyn, Audrey Hepburn, des acteurs, dont Fernandel, des écrivains, dont Malraux et Sartre,  des hommes politiques, dont Nixon. Deux modèles fétiches, complices : Hichkock et Dali avec qui li partage le goût de l'absurde.

.De belles photos...

 

18:55 Publié dans photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photos

15/03/2020

De la protestation au protestantisme

Luther

scénario : Olivier Jouvray

historien : Matthieu Arnold (professeur à la faculté de théologie de Strasbourg)

dessin : Fillippo Cenni

couleur : Alessia Nocera

Les grands personnages de l'histoire en bandes dessinées

Le Monde / Glénat / Fayard

 

"C'est une période qui voit l'expansion rapide des villes et un fort développement des universités et de l'enseignement en général".

Le jeune Luther, à la suite d'un voeu se fait moine chez les Augustins, un ordre particulièrement rigoureux.

Son grand combat est contre les "indulgences" permettant aux pêcheurs d'être dispensé du purgatoire, contre monnaie sonnante.Il résume ses critiques contre l'Eglise dans 96 thèses immédiatement condamnées par la hiérarchie écclesiastique qui considère que "seule la médiation de l'Eglise peut assurer le salut aux fidèles."

Il a quelques amis, dont le philosophe humaniste Mélanchton. Il persiste dans ses idées car il considère qu'il tient sa doctrine du ciel et non des hommes.

L'album, bien que favorable à Luther, n'occulte pas son soutien sans réserve à la répression organisée par les princes protestants contre les mouvements de révoltes paysannes,  en rappelant que la religion réformée prêchait la soumission totale. "Ce qu'ils font n'est que l'oeuvre du diable. Ils ne méritent rien d'autre que d'être durement châtiés." "Souffrir, souffrir, voilà les droits des chrétiens et il n'y en a pas d'autres". Des milliers de paysans furent massacrés. "La liberté qu'il revendiquait n'était que spirituelle."

Luther, se basant sur le principe "cujus regio, ejus religio" cherchait à convaincre les princes, pas le peuple...

 

18:07 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire