Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2020

Holodomor

L'ombre de Staline

d'Agnieszka Holland

avec James Norton et Vanessa Kinby

 

1933 : Gareth Jones, conseiller diplomatique du Premier ministre Lloyd George, devient célèbre par un entretien avec Hitler, réalisé par l'entremise de son patron. Il voudrait récidiver en allant à Moscou rencontrer Staline en personne. Il a des questions à lui poser parce que les chiffres donnés par la propagande soviétique ne peuvent pas être réels.

Bien entendu, les journalistes occidentaux doivent s'en tenir à la version officielle : la merveilleuse réussite du communisme sous la conduite de Staline.

Il décide de s'échapper pour découvrir la réalité ukrainienne. Et il découvre l'horreur. L'Holodomor, c'est 4 millions de morts en Ukraine, de faim et de froid, de 31 à 33. La météo n'y est pour rien. La faute repose sur la collectivisation à marche forcée, au détriment des paysans. Aujourd'hui, on parlerait de "crime contre l'humanité".

Ce film, monté comme un "thriller", est une leçon d'histoire sur le totalitarisme.

En second plan se trouve également le débat sur le rôle des journalistes face à la propagande. Ont-ils le droit de taire la réalité, par lâcheté, face à la propagande que certains appellent aujourd'hui les "réalités alternatives" ou les "fake news" ?

Le héros est un lanceur d'alerte avant l'heure. Mais qui se soucie du sort de l'Ukraine quand le danger nazi est à nos portes ? Gareth Jones sera assassiné deux ans plus tard...

 

19:07 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

15/07/2020

Mientras dure la guerra

Lettre à Franco

de Alejandro Amenabar

avec Karra Elejade

en VOD

 

Le film est sorti en France en mars de cette année. Aucune chance en salles,  en raison du Covid 19 ! La VOD nous donne la possibilité de le voir dès à présent.

L'action se passe pendant l'été 36. Le célèbre écrivain Miguel de Unamuno est recteur de l'université de Salamanque. Républicain, il supporte mal l'instabilité de la IIe République espagnole et  soutient  la rébellion militaire, avec la conviction que celle-ci va rétablir l'ordre. La République le destitue de son poste de recteur. Il devient, malgré lui, une "prise de guerre" des insurgés qui lui restitue son poste de recteur de l'université.

Il est déstabilisé quand Franco devient monarchiste et ultra catholique. Comme d'autres  sont tout autant perturbés au sein de la junte militaire. C'est que Franco a besoin d'alliés pour s'imposer comme chef de la junte, comme "caudillo", sur le modèle allemand. Des Allemands qui organisent un pont aérien pour amener sur le sol espagnol les troupes marocaines de Franco.

Quand ses amis les plus proches sont arrêtés, et éliminés, il est en plein désarroi face à la barbarie, en plein conflit intérieur. Il se rend compte qu'il est impossible d'opposer la force de l'esprit à la la force brute.

Il tente de démontrer aux fascistes le paradoxe de leur slogan "Viva la muerte" qui signifie en fait "mort à la vie", pour conclure, sous les huées : "vous vaincrez, mais vous ne convaincrez pas". 

 

 

 

08:04 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

10/07/2020

Calcutta, 1919

L'attaque du Calcutta-Darjeeling

Abir Mukherjee

éditions Liana Levi

 

Attaque du train de nuit Calcutta/Darjeeling. Meurtre d'un haut fonctionnaire colonial dans une ruelle du centre. Pour les autorités coloniales anglaises, les coupables ne peuvent être que des terroristes indépendantistes.

L'enquête est menée, en toute honnêteté par un ancien de Scotland-Yard, tout juste débarqué à Calcutta, après avoir fait la Grande guerre dans les tranchées.

Le lecteur ne connaîtra les vrais coupables qu'à la toute fin du roman. Mais l'essentiel n'est pas là, mais dans la description de l'ambiance moite et fin de règne du Bengale avant l'indépendance, avec un système au summum de l'inégalitaire, mais que l'indépendance n'a pas vraiment changé, sauf que ce ne sont plus les Britanniques qui en profitent !

 

08:27 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar

08/07/2020

Une femme d'exception, vibrante et passsionnée

Radioactive

de Marjane Satrapi

avec Rosamund Pike

 

Une femme de sciences, deux fois prix Nobel (physique et chimie), mais une femme amoureuse de son mari. Elle ne veut pas être sienne, mais veut partager sa vie avec lui. Jusqu'à l'accident qui sera fatal à Pierre Curie.

Un film féministe, mais sans excès.

Une femme de laboratoires mais qui mettra ses découvertes au service des blessés de la Première guerre mondiale, avec des voiturettes capables d'utiliser les rayons X. Et Marie Curie présente au Front.

Je suis plus interrogatif concernant les avancées vers le futur : Hiroshima et Tchernobyl. Marie Curie est-elle responsable de ces drames ?

Au total, un film qui se regarde avec plaisir. Sorti le 11 mars, mauvaise date, juste avant le confinement. Le cinéma de Sommières a eu la bonne idée de le reprogrammer.

 

 

11:53 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

06/07/2020

L'épuration en France

Expier Vichy

Jean-Paul Cointet

éditions Perrin

 

"Sauf un nombre infime de malheureux qui ont consciemment préféré le triomphe de l'ennemi à la victoire de la France, la masse immense de Français n'a jamais voulu autre chose que le bien de la patrie." Par cette phrase, le général de Gaulle entretenait la fiction d'une France majoritairement résistante. "De Gaulle a assigné à l'épuration la fonction de contribuer à redonner à la France son "rang". C'était sous estimer les haines accumulées qui explosent à la Libération, avec un désir de vengeance ou de règlements de comptes politiques ou personnels. La première difficulté a été de faire cesser l'épuration "sauvage", hors d'un cadre légal. L'auteur cherche à démêler, au milieu de chiffres contradictoires, la réalité de l'épuration qu'il estime à un demi-million de Français(e) concernés, jusqu'en 1958 ! A cette date, plus de 3.000 détenus se trouvent encore dans les centres de détention. Les 62 derniers seront libérés dans les années 80. Un rebondissement spectaculaire interviendra en 92 avec le procès de Paul Touvier et en 98 avec celui de Maurice Papon.

"Le plus grand nombre d'affaires a été jugée après 1945. Les peines les plus sévères ont été prononcées avant cette date." Peu de peines de mort ont été mises à exécution. "Le ministère de la guerre n'a fourni aucun bilan".

"Toutes les nuances ont existé entre 1940 et 1944, entre les résistants 100% et les collaborateurs 100%."

L'auteur, professeur émérite des Universités,  note également la diversité des couches sociales et professionnelles concernées.

 

08:49 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire