Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2018

L'échange de princesses au cinéma

L'échange de princesses

Marc Dugain

avec Anamaria Vartolomei  Juliane Lepoureau

Lambert Wilson, Olivier Gourmet

 

Très belle reconstitution en costumes d'époque, avec de bons acteurs.

Un film ne peut jamais être la reconstitution complète d'un livre, lui même inspiré par des documents d'époque (mémoires du Duc de Saint-Simon et correspondance entre les cours de France et d'Espagne).

Le seul problème est que, si Juliane Lepoureau est parfaitement dans le rôle de l'Infante destinée à Louis XV à l'âge de quatre ans,  la ravissante Anamaria Vartolomei, qui a passé les 18 ans, n'a pas l'âge de la fille du Régent, mariée à l'héritier du trône d'Espagne à l'âge de 12 ans. Dans le livre elle découvre qu'elle saigne alors qu'elle est déjà en Espagne. Personne ne lui a expliqué ce que c'était que d'avoir ses règles. Malgré l'âge supérieure de l'actrice,  le film ne présente que des scènes très sages alors que Chantal Thomas écrit : "elle est à moitié folle". La future Reine d'Espagne se met nue à la fenêtre, elle se promène très dévêtue dans le parc. Son très bigot beau-père est outrée d'apercevoir sa toison pubienne. Elle copule avec domestiques et palefreniers. Tout ça dans le livre, pas dans le film. L'intérêt de ces scènes était de montrer la dégénérescence des Bourbons. Lambert Wilson surjoue un peu le rôle de Philippe V d'Espagne pour souligner à quelle point le système monarchique est atteint.

L'avantage du cinéma est de montrer de façon très crue ce que la littérature évoque : l'omni-présence de la mort, avec la rougeole et la variole qui déciment les familles en l'absence de vaccins et d'une compétence médicale, les médecins n'ayant pas beaucoup évolué depuis Molière.

Malgré ces réserves, un bon film.

 

08:29 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

06/01/2018

Raison d'Etats

L'échange des princesses

Chantal Thomas

éditions du Seuil

 

L'inconvénient de la vie de princes et de princesses, et de quelques autres,  au XVIIIe siècle,  était de ne pas pouvoir choisir son conjoint, celle ou celui-ci étant choisi(e) pour des raisons d'alliances. Louis XIV aurait bien aimé se marier avec la nièce de Mazarin, mais celui-ci pensait à la France ! La Duchesse de Ventadour qui a élevé l'enfant Louis XV puis la Reine-Infante était mariée à "un nabot difforme et pervers."

"L'échange des princesses" raconte l'échange, pensé et organisé par le Régent Philippe d'Orléans, de sa fille, destinée à être mariée au Prince des Asturies, dauphin d'Espagne, avec (ou contre) l'infante d'Espagne destinée à se marier avec Louis XV.

Tous ces enfants sont cousins, trois sont descendants, arrière-petits enfants de Louis XIV, ou d'Henri IV pour la fille d'Orléans,  mais le Pape donnera sans difficulté sa dispense.

Inconvénient : l'Infante à cinq ans ! Mais c'est un avantage pour le Régent, car cela lui donne la garantie que le Roi n'aura pas d'héritier avant une dizaine d'années. "Le Roi peut vivre comme si elle n'existait pas.""Plus il grandit, plus il lui échappe."

La Princesse d'Orléans à onze ans et n'est pas encore apte à enfanter.

L'échange se fait sur "l'île aux faisans", au milieu de la Bidassoa, rivière séparant les deux royaumes.

Malheureusement, les choses ne se passeront pas très bien, pour aucune des deux princesses.

 

"En mourant, la Duchesse de Bourgogne avait emporté avec elle le goût de vivre. Elle n'avait pas eu le temps d'en pourvoir son fils." (Louis XV) "Sa conviction de mélancolique est qu'agir ne sert à rien." "Il n'a aucune notion de la valeur de l'argent."

"Louis 1er a pour principale vertu l'obéissance, et ce n'est pas ce qu'il y a de mieux pour gouverner"

"Le vin, la chasse et les belles, voilà le refrain de Bourbon"

 

 

08:16 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : histoire

05/01/2018

Prix du quai des orfèvres 2018

Tension extrême

Sylvain Forge

éditions Fayard

 

Glaçant, même s'il n'y a pas beaucoup de morts, mais une intrigue qui nous concerne tous, nous les utilisateurs d'objets connectés à la Wi-Fi et au Bluetooth.

La criminalité et les guerres se jouent déjà aujourd'hui en utilisant l'intelligence artificielle, contre ceux qui peuvent entrer sans réelle difficultés dans nos systèmes électroniques.

La police et l'armée recrutent des spécialistes des nouvelles technologies. Indispensable quand on voit que chaque objet connecté peut représenter un danger ! 

08:59 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar, littérature

04/01/2018

Chacun à sa place

Le Rouge et le Noir (2)

Stendhal

Adaptation : Djian

Dessins : Toni Fezjula

Couleurs : Jocelyne Charrance

Le Monde et éditions Glénat

Les grands classiques de la littérature en Bande Dessinée

 

Cette deuxième partie commence avec l'arrivée à Paris ("centre de l'intrigue et de l'hypocrisie") de Julien qui vient prendre le poste de secrétaire d'un riche noble dont il devient l'homme de confiance...et dont il met la fille enceinte. Pour se débarrasser de Julien, dont il ne veut pas pour gendre, il le fait nommer lieutenant de Hussard à Strasbourg. Après le noir du séminaire, le rouge de l'armée. Le roman aurait donc pu s'intituler le Noir et le Rouge.

Cela ne se termine pas bien pour le jeune ambitieux qui a osé frayer au dessus de son rang. Il faut dissuader ceux des classes inférieures parvenus à un certain niveau d'éducation de rêver de sortir de leur rang social pour concurrencer les classes supérieures.

 

"L'idée la plus utile aux tyrans est celle de Dieu"

 

08:56 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, littérature

03/01/2018

de Louis XIII à Louis XV

Le Roi-Soleil

L'histoire de France pour les nuls, en BD, tome 7

D'après L'histoire de France pour les nuls de Jean-Joseph Julaud

Adaptation : Laurent Queyssi

Storyboard : Dan Popescu

Dessinateur : Gabriele Parma

Couleurs : Silvia Fabris et Gabriele Parma

Lettrage : Novy

éditions First

 

Raconter en moins de cinquante pages de bandes dessinées les règnes de Louis XIII, XIV et XV, plus le Régent, relève de la gageure. L'auteur va donc à l'essentiel. Les raccourcis ne font pas toujours dans la complexité et la nuance...

Mais c'est à lire avec plaisir, avec de belles couleurs ! Et même un dessin coquin pour la nuit de noces de Louis XIV qui ne reflète probablement pas la vérité historique.

Beaucoup de batailles, dans le détail desquelles il n'est pas question d'entrer.

Pour Louis XIII,  la prise de La Rochelle, la guerre de Trente ans, Rocroi.

Pour Louis XIV,  la guerre de Hollande, la guerre de succession d'Espagne

Pour Louis XV, la guerre de Sept ans.

Le récit des débuts difficiles du règne de Louis XIV (les Frondes) est bien réussi. Malheureusement il n'y a rien sur la misère du peuple. J'ai été irrité de lire que Louis XIV avait "chassé les Protestants". S'il est vrai que les pasteurs ont eu le choix entre la conversion et l'exil, celui-ci n'était pas autorisé pour les simples fidèles, sous peine de prison pour les femmes et de galères pour les hommes, contrairement aux règles internationales alors en vigueur, où la possibilité de l'émigration était la contrepartie du droit du Prince à imposer sa religion . A leurs risques et péril entre 150 000 et 200 000 Protestants partirent tout de même. Les archives départementales du Gard et de l'Hérault, entre autres, gardent la trace des peines prononcées contre celles et ceux qui s'étaient fait prendre.

 

08:55 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire