Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2013

Critères de convergence

Le rôle de la Commission européenne

 

 

 

Tant de bêtises ont été dites ces derniers jours, par des gens qui savaient pourtant parfaitement de quoi ils parlaient, qu'un peu de pédagogie semble indispensable.

 

1) Tous les pays qui ont adhéré à l'EURO ont accepté des critères de convergence, en particulier en matière de déficit.

Ces critères ne sont peut-être pas bons, mais ils ont été décidé au plus haut niveau (chefs d'Etats et de gouvernements), et n'ont pas été changé depuis leur mise en place, même si même l'Allemagne, à un certain moment, ne les a pas respectés.

 

2) La Commission européenne est la "gardienne" des décisions prises. C'est son rôle d'envoyer des "rappels à l'ordre" aux pays qui ne respectent pas leurs engagements. Sur ce sujet, comme sur d'autres. Des reproches lui ont été faits pour ne pas avoir tiré plus tôt le signal d'alarme sur les déficits de la Grèce.

A l'égard des pays qui ne respectent pas leurs engagements, des sanctions sont prévues, possibles, pas prises au sérieux.

 

3) La différence entre la France et la Grèce, Chypre, l'Espagne, le Portugal, l'Irlande, c'est que la France n'a pas besoin de l'argent de l'UE ni du FMI pour couvrir son déficit.

Elle n'a jamais pu emprunter à un taux aussi bas, signe de confiance des prêteurs.  Elle n'a donc pas d'ordres à recevoir sur la façon dont elle ramène son déficit, creusé sous le quinquennat précédent, aux critères prévus pour la création de l'Euro.

C'est pour cela que la Commission européenne s'est bornée à faire des "recommandations", bien dans sa ligne ultralibérale, donc inacceptables pour le gouvernement français.

 

Conclusions :

 

A) Le jour où la France respectera de nouveaux les critères de convergence prévus lors de la création de l'Euro, et sur lesquels elle s'est engagée, la Commission n'aura aucune remarque à lui faire.

 

B) Des élections au Parlement européen auront lieu l'année prochaine. Il est important d'avoir une majorité progressiste de sorte que la  Commission européenne, tout en veillant au respect des engagements des Etats membres,  prenne, enfin,  une autre orientation économique.

 

10:44 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe

21/05/2013

Evasion fiscale : rapport sur ce que cela coute

L'évasion fiscale et l'évitement fiscal pourraient coûter 1000 milliards d'euros aux gouvernements des Etats membres de l'Union Européenne.

 

Dans un nombre significatif de pays, la perte de revenus fiscaux résultant de l'économie souterraine pourrait s'élever à plus de 20% des dépenses totales du gouvernement, et dans certains cas cette somme excède les 30%  des revenus totaux des gouvernements.

 

En moyenne, la perte de revenus fiscaux résultant de l'économie souterraine en Europe équivaut à 105,8% du montant total des dépenses de santé dans les pays de l'UE.

 

le montant de la perte de revenus fiscaux est en moyenne plus de quatre fois plus élevé que le montant consacré à l'enseignement.

 

S'il pouvait être mis un terme à l'évasion fiscale, la dette publique totale de l'UE pourrait être remboursée en seulement 8,8 ans.

 

 

 il n'y a pas de rapport évident entre le niveau de taxation et l'évasion fiscale dans les Etats membres de l'Union Européenne.

 

 

17:09 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe

09/05/2013

9 mai : journée de l'Europe

Peu d'Européens le savent, mais le 9 mai est la journée de l'Europe, dans tous les pays de l'Union

Relancer l'Europe,  pour un avenir meilleur

Il est temps de se souvenir des avantages que l'Europe apporte aux citoyens, tant en matière de paix que d'économie. L'Union européenne a tellement été décriée ces dernières années que le projet européen même se trouve en danger. L'Histoire nous a démontré où peut mener une Europe fragmentée. Toute division nord-sud ou est-ouest, ou même un éclatement de la zone euro, doivent être évités à tout prix.

La politique d'austérité imposée par les gouvernements conservateurs et les Troïkas ces dernières années a conduit notre continent à la récession et doit être stoppée immédiatement. 


Il faut  des objectifs contraignants pour lutter contre le chômage, réduire la pauvreté et l'exclusion sociale.  

Il faut que les gouvernements des Etats membres s'engagent à investir au moins 6% de leur PIB dans l'éducation et 3% dans la recherche et le développement, pour investir dans l'avenir.  

Avec un taux de chômage de 23, 6% dans l'UE dont 7.5 millions et demi de jeunes,  ces derniers sont les plus durement touchés par la crise. Nous devons nous assurer que les Etats membres  mettent pleinement en œuvre la garantie européenne pour la jeunesse.

Il est temps de revisiter le projet européen.  Une Europe avec 26, 5 millions de chômeurs est inacceptable.  
Nous avons besoin de plus d'Europe mais d'une  Europe différente et plus sociale.

 

08:00 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : europe

06/05/2013

poursuivre dans la bonne direction

LA FRANCE DOIT POURSUIVRE LE CHANGEMENT POUR LA CROISSANCE EN EUROPE

 

 

 

En dépit des critiques, François Hollande a initié le changement. Il a dit "non" à la politique d'austérité prônée par la Commission européenne et les gouvernements conservateurs. Il a raison. Dans les pays où elle a été appliquée, l'austérité a conduit à la récession, au chômage de masse  et au désespoir.

 

Nous soutenons l'approche qui consiste à concilier une gestion sérieuse des finances publiques et croissance. L'Europe ne sortira pas de la crise sans croissance et sans investissements. Un an, c'est peu pour juger une politique. Les résultats ne peuvent pas se faire sentir du jour au lendemain. Comme le reste de l'Union européenne, la France a besoin de temps.

 

Les défis sont immenses. Ce ne sont pas les discours simplistes et démagogiques de ce dimanche qui sortiront le pays de la crise. Il est crucial de poursuivre les réformes avec la coopération des partenaires sociaux.

 

Il est tout aussi primordial qu'elles s'inscrivent dans une stratégie européenne.

 

 

 

14:51 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe

01/05/2013

1er mai

Besoin d'une Europe du travail et des travailleurs

 

 

L'Union européenne est impopulaire comme jamais elle ne l'avait été.

L'absence d'une Union européenne du travail et des travailleurs y est probablement pour quelque chose.

Les Européens ont accepté le "grand marché", avec une "concurrence libre et non faussée",  une monnaie commune, des disciplines budgétaires,  parce qu'ils espéraient que tout cela serait gage de prospérité.

Actuellement, il n'en est rien.

L'Union européenne est en récession, avec des chiffres record de chômage et une augmentation de la pauvreté.

Difficile d'expliquer que la situation serait,  probablement, pire sans l'Union européenne.

 

26 millions de chômeurs officiels !

Que vont-ils célébrer en ce 1er mai ? Le travail ? L'espoir d'en avoir un ?

 

Il est urgent de renforcer la dimension sociale de l'Union européenne, à commencer par la zone euro.

De même que des objectifs sont fixés dans le domaine budgétaire, il faut fixer des objectifs, avec calendrier, pour la convergence sociale et pour l'emploi.

3% du PNB pour la recherche et le développement, afin de créer des emplois d'avenir.

6% du PNB pour l'éducation et la formation afin de préparer ceux qui occuperont ces emplois.

 

Le pacte pour la croissance doit s'accompagner d'une reconnaissance des droits sociaux, avec des normes sociales élevées,  établies dans le cadre d'une négociation entre partenaires sociaux européens.

 

 

07:59 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1er mai, europe