Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/02/2016

L'Europe se désintègre ?

L'éditorial du journal "Le Monde" d'aujourd'hui explique que nous sommes à un moment historique, et que l'Histoire racontera que l'Europe s'est désintégrée à cause de la crise des migrants.

La triste réalité est que la "communauté" européenne, devenue "union", est d'abord un marché "commun", devenu "unique", dont la monnaie commune n'est qu'un des instruments. Marché au sein duquel la concurrence sera faussée tant que les politiques fiscales ne seront pas convergentes et que certains pays pourront continuer leur dumping, en particulier dans la fiscalité des entreprises. Ce grand marché survivra à bien des crises, y compris celle des migrants. Il est supposé favoriser la croissance et l'emploi. Je le crois, et je ne serais pas partisan de faire le pari inverse. Dans l'histoire, le protectionnisme n'a jamais été facteur de développement et de prospérité.

La libre circulation des personnes est venue, et vient encore, bien après la libre circulation des marchandises et des capitaux. Les pays qui n'ont pas adhéré à Schengen, ou qui aujourd'hui refusent d'en appliquer les règles, montrent clairement leur conception de "l'Union". Les concessions faites à Mr Cameron vont également dans ce sens.

Il ne faut pas être injuste. L'Union européenne n'est pas seulement un marché unique. C'est également un guichet de distribution de subventions. La crise agricole actuelle en est une nouvelle preuve : pour que nos paysans puissent vivre de leur travail, il faut payer leurs productions au dessus du prix du marché. Qui doit payer ? L'Europe ! Mais comme l'Union européenne n'a pas de ressources budgétaires propres...Et les pays membres contributeurs veulent, selon la célèbre formule de madame Tatcher, leur "money back".

Que peut faire l'Union européenne face à la crise des migrants ? Ce qu'elle fait toujours dans les affaires du monde : de l'humanitaire ! Avec une très faible visibilité puisque cette action humanitaire passe par les agences onusiennes et les ONG. C'est ce qu'elle fait pour les réfugiés syriens en Jordanie, au Liban, en Turquie. C'est ce qu'elle a commencé à faire en Grèce et en Italie. Demain à Calais ?

 

 

08:01 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, migrants

30/12/2015

"Bruxelles"

Une nouvelle fois agacé. Un quotidien de grande diffusion (Le Parisien/ Aujourd'hui en France) parle en première page d'une "nouvelle règle venue de Bruxelles", et, en page deux "c'est comme toujours avec Bruxelles, on découvre les mesures au moment où elles s'appliquent."

Mais qui est donc ce monstre qui serait anonyme s'il n'était pas nommé "Bruxelles"  ? Et qui prendrait ainsi des décisions qui s'appliquent à tous, sans explications, ni annonce préalable ?

Pourquoi ne pas dire clairement que les décisions sont prises par le Conseil de l'Union européenne qui réunit les ministres des Etats membres, dont la France, bien entendu ? Il siège souvent à Bruxelles, parfois ailleurs...

Pourquoi ne pas dire que ces décisions sont débattues, éventuellement amendées,  au sein du Parlement européen, dont les membres sont nos représentants élus ? Et qui a, dans la plupart des cas, un pouvoir de co-décision avec les ministres...Et il siège à Strasbourg en session plénière !

Les trois premières pages du quotidien sont consacrées à ce dossier sans jamais indiquer quand la décision a été prise, et quelle a été la position du ministre représentant la France, ni des parlementaires français au Parlement européen.

Reste une décision de "Bruxelles" ...

   

10:06 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe

17/12/2015

L'Union européenne en voie de disparition

Conférence d'un politologue américain devant un public majoritairement britannique :

La Communauté européenne a eu le mérite d'assurer une paix de longue durée entre les pays européens et a contribué à la prospérité économique, mais l'Union européenne pourrait disparaitre. La preuve par le score du Front National en France, pays habituellement moteur de la construction européenne. Sans parler de la montée des forces politiques anti-européennes dans de nombreux pays membres.

Selon lui, l'Union européenne est actuellement en grandes difficultés pour cinq raisons :

1) Son incapacité à faire face à la crise économique et à prouver qu'elle contribue à faire baisser le chômage. Je pense que c'est malheureusement vrai, et qu'une autre politique aurait été possible, mais il me semble évident que chaque pays individuellement ne peut pas s'en sortir mieux.

2) Elle n'a pas vu venir l'afflux massif de réfugiés et est incapable d'y faire face, et encore moins de trouver des solutions. Je note que la Commission européenne multiplie les propositions...refusées par les Etats membres , qui, majoritairement,  se replient sur eux-mêmes.

3) Le déficit démocratique. Le Parlement européen n'a aucun poids politique (ce qui est faux), fait des dépenses insensées (ce qui n'est que partiellement vrai, cf le "siège" à Strasbourg,  mais infime dans le budget européen). Cet Américain trouve insensé qu'il y ait 24 langues au Parlement européen. Mais pourrait-on exiger d'élus du peuple d'être multilingues ? La comparaison avec l'ONU (5 langues de travail) ne tient pas, car ce sont des diplomates qui siègent dans cette instance.

4) "L'énorme bureaucratie" de la Commission européenne qui multiplie les réglementations tatillonnes et parfois ridicules.

Cela a beaucoup plu au public, majoritairement britannique. Sauf qu'il n'y a pas plus de fonctionnaires à la Commission européenne qu'à la ville d'Amsterdam, moitié moins qu'à la ville de Paris. La réalité est que l'Union européenne est sous administrée. Volontairement de la part des Etats membres, de façon à ne pas gêner les administrations nationales.

Concernant les réglementations : j'aurais aimé rappeler que la Commission fait des propositions, parfois inacceptables, mais que ce sont le Parlement et le Conseil qui décident. Des réglementations communes sont indispensables pour que le marché "commun", ou "unique" existe réellement, pour que les produits de chaque pays puissent être vendus dans tous les pays de l'Union, tout en assurant la protection des consommateurs.

5) Le Brexit : le départ de la Grande-Bretagne porterait un coup fatal à l'Union européenne. Ce que je ne crois pas du tout. Cela montrerait le chemin de la sortie aux pays qui ne se sentent pas à l'aise avec les valeurs de l'Union. La Grande-Bretagne est entrée dans la Communauté européenne pour influencer de l'intérieur les réglementations auxquelles sont soumis ses produits qui se vendent sur le marché européen, et a toujours tout fait pour bloquer le fonctionnement et les progrès de l'Europe. Elle a toujours eu un pied dehors autant qu'un pied dedans. Les choses seraient plus clairs. La City considère que cela serait une catastrophe économique. Mais la démagogie des tabloïds est la plus forte.

 

18:43 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe

27/07/2015

La poudre est-elle la solution ?

A part en Corée du Nord, le monde vit dans une économie de marché.

Dans beaucoup de pays, dont la France, cette économie de marché est pondérée : les gains sont privatisés et les pertes collectivisées. Le sauvetage des banques en a été le plus bel exemple.

Selon la loi du marché, le prix du lait s'effondre en raison de la surproduction. Ce n'est pas nouveau. C'est pour cela que des "prix d'intervention" (prix minimum) européens ont été prévus. Toujours trop bas pour les producteurs.

La "dernière" proposition est, pour "soutenir" le marché,  de faire racheter,  par la Communauté européenne ,  les excédents laitiers pour les transformer en poudre de lait...comme il y a plus de trente ans !

A l'époque nous faisions cadeau de cette poudre de lait aux Africains. Sauf que cette poudre était mélangée à de l'eau qui, en Afrique est loin d'être toujours potable . Quel usage l'Union européenne va-t-elle faire de cette poudre de lait ?

Il faut donc consommer plus de lait en Europe.

Deux pistes :

- En 1954, l'inoubliable Pierre Mendes-France, alors "Président du Conseil" des ministres, faisait distribuer gratuitement du lait aux écoliers.

- En France, il y a des centaines de milliers de personnes qui, en vieillissant, deviennent intolérants au lactose, et ne peuvent donc plus consommer de lait, de yaourts, de fromage blanc, etc.

La Finlande a trouvé le procédé pour produire du lait à 0% de lactose, et tous les produits laitiers qui vont avec. En France, il est possible de trouver du lait à 0,5% de lactose, ce qui est un bon début, mais impossible de trouver yaourts et autres produits laitiers sans lactose. Ce que la petite Finlande peut faire, notre puissante industrie laitière française ne le peut pas ?

 

09:32 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, crise agricole

16/07/2015

un parlement de la zone Euro ?

Le Président de la République a évoqué, lors de son entretien du 14 juillet, lacération éventuelle d'"un Parlement de la zone euro", reprenant une idée qui circule depuis quelque temps.

Faut-il rappeler qu'il existe un Parlement européen ? Quand les ministres, ou les Chefs d'Etats et de gouvernements de la zone euro se réunissent, ce sont les mêmes que ceux du Conseil européen. Et ils se réunissent dans les locaux du Conseil, sous la présidence du Président du Conseil de l'Union européenne. Sans leurs collègues des pays qui n'ont pas l'euro pour monnaie. Pourquoi ne pas faire la même chose pour les parlementaires ? Il serait facile de réunir les parlementaires européens des pays de la zone euro, au Parlement européen, sans leurs collègues des autres pays, chaque fois qu'il est question de l'Euro.

Il ne me semble pas opportun de créer une nouvelle assemblée composée de représentants des parlements des Etats membres, comme l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe...et comme le Parlement européen avant 1979. Cela plairait probablement aux parlementaires nationaux, mais aurait l'énorme inconvénient de donner l'impression que les pays de la zone euro constitue une autre entité que l'Union européenne, alors qu'ils sont l'Union européenne. Ceux qui sont dans l'Union européenne sans être dans l'Euro ne font que bénéficier de dérogations. Et le Parlement de l'Union européenne, c'est le Parlement européen, élu au suffrage universel direct ! Tout autre "parlement de la zone euro" ne ferait que créer de la confusion.

 

16:09 Publié dans EUROPE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, euro, hollande