Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2020

De la protestation au protestantisme

Luther

scénario : Olivier Jouvray

historien : Matthieu Arnold (professeur à la faculté de théologie de Strasbourg)

dessin : Fillippo Cenni

couleur : Alessia Nocera

Les grands personnages de l'histoire en bandes dessinées

Le Monde / Glénat / Fayard

 

"C'est une période qui voit l'expansion rapide des villes et un fort développement des universités et de l'enseignement en général".

Le jeune Luther, à la suite d'un voeu se fait moine chez les Augustins, un ordre particulièrement rigoureux.

Son grand combat est contre les "indulgences" permettant aux pêcheurs d'être dispensé du purgatoire, contre monnaie sonnante.Il résume ses critiques contre l'Eglise dans 96 thèses immédiatement condamnées par la hiérarchie écclesiastique qui considère que "seule la médiation de l'Eglise peut assurer le salut aux fidèles."

Il a quelques amis, dont le philosophe humaniste Mélanchton. Il persiste dans ses idées car il considère qu'il tient sa doctrine du ciel et non des hommes.

L'album, bien que favorable à Luther, n'occulte pas son soutien sans réserve à la répression organisée par les princes protestants contre les mouvements de révoltes paysannes,  en rappelant que la religion réformée prêchait la soumission totale. "Ce qu'ils font n'est que l'oeuvre du diable. Ils ne méritent rien d'autre que d'être durement châtiés." "Souffrir, souffrir, voilà les droits des chrétiens et il n'y en a pas d'autres". Des milliers de paysans furent massacrés. "La liberté qu'il revendiquait n'était que spirituelle."

Luther, se basant sur le principe "cujus regio, ejus religio" cherchait à convaincre les princes, pas le peuple...

 

18:07 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire

10/03/2020

Godefroy de Bouillon et la chevalerie

Les premières croisades

Histoire de France en Bande Dessinée

Le Monde et Hachette

 

Jérusalem en 1078 : les Turcs prennent la ville, massacrent une grande partie de la population et réduisent en esclavage les chrétiens.

En réaction, le Pape Urbain II promet l'indulgence plénière (le pardon de tous les péchés passés et à venir) à ceux qui partiront en croisade pour libérer Jérusalem.

Pierre l'Ermite prêche une croisade populaire mais ne contrôle pas sa troupe. Les Juifs de Mayence sont massacrés, ainsi que 4000 Hongrois, Belgrade est pillée et détruite. Leur tour d'être massacrés ne tardera pas.

Les barons prennent la tête d'une véritable croisade. Godefroy de Bouillon (en Belgique) hypothèque ses châteaux pour financer son expédition. Le frère du roi de France et le fils de Guillaume le Conquérant prennent la tête des chevaliers du Nord.

En 1099 Jérusalem est libérée, au prix d'un incroyable massacre dont sont victimes également les civils, y compris les femmes et les enfants. Deux jours de violences sanguinaires contre les Juifs et les Musulmans.

Pour protéger les routes est créée la milice "des pauvres chevaliers du Christ et du Temple de Salomon" qui resteront dans l'histoire comme "Templiers".

Une chaîne de forteresses est construite dans le désert.

La mer devient le seul moyen  de communication avec l'Occident.

La seconde croisade, prêchée par Bernard de Clairvaux,  est conduite par le roi Louis VII accompagné par son épouse Aliénor d'Aquitaine, et l'empereur germanique Conrad III. Pas vraiment une lune de miel... Un échec sur bien des plans. Elle a vidé le trésor royal. De nombreux chevaliers y sont morts. La situation des royaumes chrétiens d'Orient est fragilisée.

 

16:29 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire

26/02/2020

Au nom du Roi de France

Jacques Cartier

scénario : Denis-Pierre Filippi

dessin : Patrick Boutin-Gagné

dossier historique : Christian Clot

Les grands personnages de l'histoire de France en Bandes Dessinées

Le Monde / Glénat / Fayard

 

Jacques Cartier est nommé "explorateur officiel de la Couronne française" par François 1er. Il est de Saint-Malo, et les pêcheurs de Saint-Malo ont l'habitude d'aller pêcher la morue dans les eaux poissonneuses de Terre Neuve. Il n'y a pas trop loin de Terre Neuve à l'embouchure du fleuve qui sera dénommé le "Saint Laurent".

La particularité de Jacques Cartier est sa volonté d'avoir de bonnes relations avec les Iroquois, les natifs de la région. Il découvre une société bien organisée, loin de l'image de "sauvages".

En remontant le fleuve il baptise une colline "Mont realis", qui deviendra Montréal.

Il reviendra à Champlain de découvrir ce qui deviendra le Canada.

Jacques Cartier était un aventurier, et la BD raconte quelques unes de ses aventures.

 

 

19:17 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire

24/02/2020

D'Aliénor à Saint Louis

Croisades et cathédrales

Fanny Madelin (maîtresse de conférence en histoire médiévale)

Daniel Casanave, diplômé des Beaux-Arts de Reims

Mise en couleur : Cécily de Villepoix

Histoire dessinée de la France

éditions "La découverte" et "La revue dessinée"

 

Philippe Auguste parvient à démanteler l'empire Plantagenêt en quelques années". "Le roi d'Angleterre ne conserve plus que la Gascogne". "Tout se joue un dimanche à Bouvines en 1214."

"Les empereurs allemands font canoniser Charlemagne pour affirmer l'ancestralité de sa dynastie."

"Les taxes prélevées en argent contribuent à la monétarisation des échanges et à leur extension."

"Acre, c'est l'ultime bastion des croisés en Orient. Conquise par Richard "Coeur de Lion" elle tombera un siècle plus tard, marquant la fin des Etats latins d'Orient."

"Le sac de Constantinople et la croisade de Simon de Montfort en Occitanie contre les Cathares, alors que notre midi était une terre de tolérance et de libre conscience,  ont mis un coup à l'esprit de croisade."

"Les voluptés de l'amour que nous avons goûtées ensemble m'ont été si douces que je ne puis m'empêcher d'en aimer le souvenir, ni l'effacer de ma mémoire" (lettre d'Abelard à Héloïse)

"Ce que j'aime dans le Moyen-Âge, c'est qu'il a des héros et des merveilles."

"C'est le début des universités et de l'expansion d'un savoir renouvelé , le tout soutenu par une forte croissance économique, et des transformations politiques, avec la mutation des royaumes féodaux et Etats modernes."

Seul bémol : les auteurs se jouent de la chronologie et il est parfois difficile de "recadrer" les évènements.

 

18:18 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bd, histoire

22/02/2020

à table...au Moyen-Âge

à table au Moyen-Âge

Tour Jean sans peur

jusqu'au 10 mai

 

Si vous ne connaissez pas la tour Jean sans peur, ne manquez pas d'aller la visiter, en plein coeur de Paris (rue Etienne Marcel, à côté du Forum des Halles.) Ce qui reste de la demeure parisienne des Ducs de Bourgogne.

Des expositions y sont régulièrement organisées. En ce moment l'exposition porte sur la table au Moyen-Âge, avec les différences selon les classes sociales.

J'y ai appris plein de choses. Par exemple que le verre à boire s'est diffusé à la fin du Moyen-Âge.

"Dans tous les milieux sociaux, le dîneur apprécie la proximité immédiate du feu"

"Il est obligatoire de se montrer gai et aimable."

"L'échanson (service du vin) et le panetier ont la préséance sur les autres"

"Le Moyen-Âge ne connait pas d'interdit alimentaire"

"Environ le tiers des jours de l'année sont jeûnés."

Les heures des repas : dès le lever du soleil : un bol de soupe et un verre de vin ;

-petit déjeuner vers 9 heures

- entre 10 et 11 heures : "dîner"

- entre 16 et 19 heures : "souper", après le coucher du soleil

entre les deux, surtout l'été car le soleil se couche tard : un goûter.

"vin léger mais bu en abondance, jusqu'à trois litres par jour"

"le mets principal est le rôt"

la "desserte" : un fruit puis un formage

"le pain, en général non salé car le sel coûte cher ; 1 à 1,5 kilo par jour et par personne ; il représente 70% du régime alimentaire pour les salariés agricoles."

"La cannelle et le gingembre sont emblématiques de la cuisine française."

"Dans le milieu bourgeois, la tentation est grande d'égaler les puissants lors des festivités familiales"

 

07:51 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, exposition