Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2010

Somalie : que faire ?

Laisser faire ?

 

Lors de la réunion de la commission politique de l'assemblée parlementaire ACCP/UE,  le représentant de l'Erythrée a demandé que l'on laisse les Somaliens régler leurs problèmes entre eux.

La représentante de l'Ouganda a répondu que cette affirmation était une insulte à tous les Africains.

 

Est-il possible de laisser faire alors que les insurgés islamistes ont amené le Programme Alimentaire Mondial à suspendre ses distributions de nourriture dans une grande partie du pays ? Les islamistes pratiquent le racket à l'égard du PAM et des ONG (minimum 20.000 euros par semestre),  et leur interdisent d'avoir des employées femmes.

 

De graves critiques, justifiées, sont faites, par le "groupe de contrôle" de l'ONU à l'égard des forces armées gouvernementales. L'Union européenne a lancé un programme de formation des officiers et des sous-officiers de ces forces : espérons que cela les rendra effectives.

 

Les pays de l'Union européenne ont également décidé de veiller plus strictement à l'embargo sur les armes à destination de la Somalie. Espérons que les pays de l'Union africaine puissent faire de même.

 

C'est sur les épaules de l'Union africaine, et de sa mission de maintien de la paix AMISOM que repose l'essentiel de l'effort sécuritaire sur le terrain. Il est souhaitable que d'autres pays d'Afrique, mais aussi des Caraïbes et du Pacifique se joignent à cet effort, supporté essentiellement par l'Ouganda.

 

Enfin, sur la mission européenne ATALANTA, de lutte contre les pirates : de nombreux pays, non membres de l'Union européenne, se sont joints à cette mission pour faire face à ce problème essentiel, mais

- il faut que d'autres pays que le Kenya acceptent de juger les pirates, dont certains ont été relâché simplement parce que le Kenya n'a pas les capacités de les juger tous, les frais de justice étant pris en charge par la communauté internationale ;

- il faut garder à l'esprit que la solution durable n'est pas sur mer, mais sur terre,  en Somalie même, avec l'aide, prioritairement,  de l'Union européenne et de l'Union africaine.

 

13:10 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afrique

24/03/2010

des élections démocratiques au Soudan ?

Soudan

 

Thabo M'Beki au Parlement européen : les élections auront lieu à la date prévue (11 avril).

 

L'ancien Président sud-africain était présent en sa qualité de président du "panel" de l'Union africaine en charge du Soudan.

 

Ce sont les premières élections libres depuis 25 ans.

Certains, au Darfour, demandent le report des élections, afin d'organiser le vote des déplacés et des réfugiés.

Mais reporter les élections reviendrait à reporter la mise en place du gouvernement démocratique qui sera chargé d'organiser  le référendum d'autodétermination du Sud, prévu pour le 9 janvier 2001. Ce qui explique pourquoi les "Sudistes" sont contre tout retard.

 

Le "panel" de l'Union africaine est chargé d'assister le gouvernement du Soudan à mettre en application aussi bien l'accord Nord/Sud de 2005 que le récent accord de Doha sur le Darfour.

La stabilité du Soudan est essentielle pour toute la région. La Ligue arabe soutient les efforts de l'Union africaine.

 

Le gouvernement et tous les partis soudanais se sont engagés sur un "code de conduite" dont l'application sera suivie par des "moniteurs" de l'Union africaine qui serviront d'intermédiaires entre le gouvernement, la Commission électorale et les partis.

Il y aura de nombreux observateurs nationaux, généralement regroupés au sein d'ONG.

Le "code de conduite" prévoit le respect des résultats.

Personne ne veut une nouvelle guerre.

 

Le gouvernement issu des élections aura à mener deux négociations essentielles :

- sur le Darfour ;

- les différentes options proposées au référendum d'autodétermination du Sud.

 

La "Cour Pénale Internationale" n'est qu'un dernier recours,  en cas de défaillance du système judiciaire national. L'important est donc d'améliorer celui-ci, afin de rétablir un climat de confiance.

 

L'aide de l'Union européenne est sollicitée :

- pour améliorer les capacités du "panel" ;

- pour contribuer à la reconstruction ;

- pour participer à la coordination de l'action internationale.

15:32 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afrique

25/02/2010

violence et politique

Niger :

 

L'année dernière le Président Tandja avait dissous le Parlement et le Conseil constitutionnel qui voulaient l'empêcher de se maintenir au pouvoir, et changé la Constitution. Il avait ainsi perdu toute légitimité démocratique.

 

Il vient d'être renversé par un coup d'Etat militaire.

 

L'Union Africaine a condamné "l'usage de la violence pour tout changement de pouvoir politique". La CEDEAO a "condamné une fois de plus tous les actes destinés à parvenir, ou à se maintenir, au pouvoir par des moyens non constitutionnels".

L'Union européenne a exprimé "sa profonde préoccupation" et appelé au "retour à l'ordre constitutionnel" par "la mise en œuvre rapide d'un processus démocratique", soutenant "la médiation de la CEDEAO et de l'Union Africaine".

Le Secrétaire général de l'ONU "désapprouve tout changement anticonstitutionnel et toute tentative pour rester au pouvoir par des voies anticonstitutionnelles".

 

Mais toutes ces instances n'étaient pas parvenues à faire bouger le Président Tandja et à lui faire renoncer au pouvoir.

Il n'est pas surprenant que le coup d'Etat ait eu lieu 48 heures après l'échec de la dernière tentative de la CEDEAO.

 

Quand la voie diplomatique ne donne aucun résultat, est-il condamnable d'utiliser la force ?

 

Les syndicats et les défenseurs des droits de l'Homme demandent aux putschistes de tenir leurs promesses et de rétablir au plus vite la démocratie.

Le retour à la liberté d'expression serait un premier signe.

 

Dans l'attente d'une légitimité démocratique retrouvée, le régime de sanctions prévu par l'Accord de Cotonou signé entre l'Union européenne et les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique,  doit se poursuivre.

 

10:31 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afrique, politique

03/02/2010

au bout de combien de temps une élection est-elle légitime ?

Des élections légitimes ?

 

 

L'Union européenne vient de décider de reprendre des relations normalisées avec la Mauritanie, considérant que les dernières élections sont "légitimes".

On ne parle plus de "Coup d'Etat" mais de "changement politique non conforme à la Constitution", ce qui est beaucoup plus élégant.

 

Je me suis rendu deux fois en Mauritanie pour y observer les élections : rien à redire !

Et deux fois en cinq ans les présidents élus,  sous le contrôle de la communauté internationale, ont été renversés par des coups d'Etat militaires.

La première fois,  le chef de la junte militaire a respecté son engagement de ne pas être candidat.

Ce n'est pas le cas pour l'actuel chef de l'Etat : il a pris le pouvoir  en tant que chef de l'armée, il a attendu que l'indignation de l'Union européenne et de l'Union africaine s'estompe, que le Président français cesse de soutenir le Président renversé,  et quand il a eu la situation bien en main, il a organisé des élections qu'il a gagné, sans surprise !

 

Quel exemple pour les apprentis putschistes d'Afrique et d'ailleurs ?

 

Il suffit donc, après avoir pris le pouvoir par la force, de se faire légitimer par une élection gagnée d'avance ?

 

Le seul exemple d'un militaire, ayant pris le pouvoir par un putsch,  battu à une élection organisée par lui,  est la Côte d'Ivoire en octobre 2000. Le vainqueur l'a payé d'une tentative de Coup d'Etat deux ans plus tard, coupant le pays en deux.

 

Combien de mois, de semaines, avant de considérer comme "légitimes" l'élection présidentielle au Honduras  qui a suivi le coup d'Etat chassant le Président élu ?

Pendant combien de temps l'Union européenne va-t-elle maintenir sa position de ne pas considérer comme "légitimes" les élections au Niger ?

Et si le putschiste malgache, qui vient de faire un tour à Paris pour chercher le soutien de la France, organise des élections, comme il l'a annoncé,  l'Union européenne va-t-elle les considérer comme "légitimes" ?

La même question aurait pu se poser pour le putschiste guinéen s'il n'avait pas été victime de son garde du corps !

 

La Mauritanie est une pièce essentielle du dispositif de lutte contre le terrorisme et contre tous les trafics illégaux qui prospèrent dans un Sahara impossible à contrôler, ses eaux sont poissonneuses. L'Union européenne, et les USA, ne pouvaient bouder trop longtemps le général-président. Il était donc temps de le considérer comme "légitime".

 

11:38 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, afrique

11/01/2010

Cabinda : un peu d'Histoire

Cabinda

 

La tragique agression contre le car de l'équipe nationale togolaise de foot ("les éperviers") vient de remettre en lumière la revendication indépendantiste de ce territoire.

Pourquoi Cabinda fait-il partie de l'Angola alors qu'il n'y a pas de continuité territoriale ?

Comme partout en Afrique la réponse est : héritage colonial et accord entre puissances européennes !

 

En 1884 le Portugal et la Grande-Bretagne signent un Traité reconnaissant, entre autres points, la souveraineté portugaise sur les deux rives de l'estuaire du Congo, alors considéré comme "le Danube de l'Afrique".

Motivation britannique ? Comme souvent en Afrique à cette époque : contrecarrer l'influence française, qui se développe de Pointe-Noire à Brazzaville.

C'est un des 249 traités signés par le Portugal et la Grande-Bretagne entre 1882 et 1905.

La même année 1884 se réunit la Conférence de Berlin ayant pour but essentiel la reconnaissance internationale de "l'Association Internationale du Congo", propriété du Roi des Belges, Léopold, qui obtint le soutien de Bismarck.

La Grande-Bretagne laisse tomber son appui au Portugal en échange de la promesse de la liberté commerciale sur le territoire congolais.

Léopold, qui tient à ce que "son" Congo ait un débouché maritime propose au Portugal d'échanger  l'estuaire du fleuve contre d'autres territoires...qui s'avèreront diamantifères !

Début 1885, la Conférence de Berlin s'éternisait. Les puissances en avaient assez des atermoiements du Portugal, et elles l'obligèrent à abandonner la rive droite du Congo...à l'exception de Cabinda, coupé du reste de l'Angola par l'embouchure du fleuve, sous contrôle belge.

 

Depuis 50 ans le principe absolu en Afrique a été de ne pas remettre en cause les frontières héritées de la colonisation, car cela présenterait le risque d'une explosion générale (Casamance, Katanga, Biafra,  etc.).

 

Comme l'a prouvé le règlement du contentieux entre le Nigéria et la Cameroun sur la péninsule de Bakassi, les Africains préfèrent s'en remettent à la cour internationale de justice de La Haye, et celle-ci base ses jugements sur les traités coloniaux.

 

Le "Front pour la  Libération de l'Enclave de Cabinda" (F.L.E.C.) a été très actif dans les années 90, aidé et armé, plus ou moins ouvertement, comme l'Unita de Sawimbi, contre le gouvernement "socialiste" angolais, multipliant les incursions sanglantes depuis le Zaïre, parfois enlevant des étrangers contre rançon.

Aujourd'hui la "guerre froide" est terminée. Les compagnies pétrolières, y compris américaines, souhaite la paix et la stabilité de la région. 60% du pétrole angolais sont exploiter off-shore dans les eaux territoriales angolaises, au large de Cabinda, et le FLEC semblait en sommeil.

 

L'essentiel du territoire de Cabinda est couvert par la forêt équatoriale de Mayombe.

Il est possible de comprendre que les 200.000 Cabindais puissent souhaiter être les seuls bénéficiaires de la manne pétrolière. Et tout aussi facile de comprendre que le gouvernement angolais n'est pas prêt d'y renoncer.

Depuis plusieurs années celui-ci a accordé une large autonomie aux élus de Cabinda et a fait de réels efforts d'investissements, en particulier dans les infrastructures et le secteur social.

La Coupe d'Afrique des Nations, et le stade, flambant neuf,  construit par les Chinois, sont des symboles forts, voulus par le gouvernement angolais. Il n'est pas étonnant qu'une des nombreuses branches dissidentes du FLEC s'y soit attaquée.

Comme l'a dit leur porte-parole après l'attaque meurtrière : "Nous nous battons pour la terre que Dieu nous a donnée"...

15:24 Publié dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afrique, can