Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2021

"Quand on ne bouge pas, on ne sent pas ses chaines"

Les 2 Alfred

de et avec Bruno Podalydès

avec Denis Podalydès, Sandrine Kimberlain

Sélection Cannes 2020

 

Les deux Alfred sont le doudou du fils d'Alexandre, quinquagénaire au chômage et séparé de sa femme (surprenante Vanessa Paradis en uniforme de la Marine nationale) à qui il doit prouver qu'il est capable de s'occuper de leurs deux enfants. Sauf que l'entreprise qui le recrute à l'essai a pour principe de ne pas engager des employés avec enfant(s) afin qu'ils soient disponibles 24/24. Alexandre doit donc jongler entre son travail et ses enfants dont il doit cacher l'existence. Je suppose que beaucoup de femmes, surtout femmes seules,  se reconnaitront dans ces difficultés à concilier travail et enfants. Quand c'est un homme les situations deviennent comiques...

Le film a été tourné avant la pandémie : pas de masques et des embrassades . Mais déjà le télé-travail ! Pas de bureau fixe, sous prétexte de co-working, des conférences sur internet, déjà un management infantilisant et la multiplication des boulots "uberisés", avec cerise sur le gâteau un sabir anglo-français.

Un film plaisant, avec trois bons acteurs, et avec du fond qui donne à réfléchir sur les formes modernes du travail.

 

21:02 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

16/06/2021

Sibérie de tous les extrêmes

Lëd

Caryl Férey

éditions Les arènes / Equinoxe

 

L'action de Lëd, "glace" en russe, se déroule à Norilsk, la ville de plus de 100 000 habitants la plus septentrionale du monde, au delà du cercle polaire (300 kilomètres). C'est le nickel qui justifie la présence de cette population alors que les températures peuvent descendre sous les -60°. Mais qui dit nickel dit pollution et corruption au profit des responsables locaux, y compris la police.

Boris est un flic intègre. C'est pour cette raison qu'il a été nommé dans cet enfer glacé.

Un sombre tableau de la Russie de Poutine, héritée de Staline.

 

"Au motif de punir la Russie pour l'annexion de la Crimée et son soutien à Assad, les sanctions économiques de l'Occident avaient uni le pays autour de Vladimir Poutine ; mieux-ou pire- la rétention de marchandises étrangères avait propulsé les produits russes, d'ordinaire risée du peuple, sur le marché intérieur."

"Les apparatchiks n'étaient en moyenne que six fois plus riches qu'un ouvrier, contre trois cent mille fois aujourd'hui."

"L'espérance de vie avait chuté de sept années dans ces maudites années 1990, le nombre d'hommes alcooliques doublé, la Russie avait le plus haut taux de suicides et d'homicides d'Europe, la natalité la plus faible au monde. Personne ne croyait plus en rien."

"J'ai choisi ce thème (l'homosexualité) comme un appel à la tolérance qui manque au monde, pas seulement en Russie."

 

 

17:19 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, thriller, russie

12/06/2021

Fille de Cléopâtre

L'homme de Césarée

Françoise Chandernagor

éditions Albin Michel

 

L'homme de Césarée, c'est Juba II, roi de Maurétanie, pays formé de ce qui deviendra L'Algérie et le Maroc. Césarée s'appelle aujourd'hui Cherchell, en Algérie. 

Séléné, fille de Cléopâtre et Antoine,  épouse le roi Juba sur ordre d'Octave Auguste.

Ils ont beaucoup de différences culturelles à surmonter, mais Séléné le trouve beau, intelligent, cultivé. Ils finiront par s'apprivoiser.

Pour ce roman historique, Françoise Chandernagor a volontairement pris des personnages historiques peu connus, ce qui permet à la romancière de lâcher la bride à son imagination.

 

"L'Histoire est faite de hasards auxquels les historiens trouvent après coup de la nécessité."

"Le mariage est à la femme ce que la guerre est à l'homme- tout sauf une partie de plaisir"

"On ne peut pas bâillonner tous les imbéciles."

 

 

08:29 Publié dans histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, histoire

10/06/2021

10% : une histoire du cinéma français

ARTMEDIA

Dominique Besnehard et Nedjma van Egmond

éditions L'Observatoire

 

Comme des dizaines de milliers de télé-spectateurs, j'ai beaucoup aimé la série "10%". Ce livre nous présente les trois patrons successifs de cette agence qui a révolutionné le rôle des "agents" s'occupant des "talents". Tous les noms célèbres du cinéma français défilent, à un moment ou un autre.

Il y est, bien entendu, question d'argent puisque l'agence touche 10%, mais pas les agents.

Le livre est beaucoup moins distrayant et drôle que la série. Peut-être plus informatif?

 

"L'humilité est l'antichambre de toutes les perfections." (Marcel Aymé)

"Quand on est un bon agent, il faut savoir remettre au lendemain ce qu'on peut faire le jour même" (Yvette Etiévant)

"Au moment de prendre une décision, pense à ce que tu en penseras dans un an" (Louis Jouvet)

"Si on ne doute plus on ne progresse plus. Si on doute trop on ne fait plus rien" (Jean-Louis Livi, deuxième patron d'Artmedia)

"Agent, au pire c'est un métier qui n'existe pas. Au mieux, c'est un métier qui ne sert à rien." (Céline Kamina, Agent(e)

 

 

 

 

08:12 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma

08/06/2021

Le contingent en Algérie

Des hommes

de Lucas Belvaux

d'après le roman de Laurent Mauvignier

avec Gérard Depardieu, Catherine Frot, Jean-Pierre Daroussin

 

1962 : cessez-le-feu en Algérie. J'ai 13 ans, donc aucun risque d'y faire mon service militaire, mais assez vieux pour être informé, de voir les manifestation, d'entendre le bruit de certaines bombes qui explosent à Paris, d'être évacué d'un cinéma à cause d'une alerte. A l'époque on ne parlait pas de "guerre", et pourtant ! Assez vieux pour écouter un mien cousin revenant d'Algérie où il a fait son service militaire, et me parlant des morts.

Peut-être fallait-il être Belge, comme Lucas Belvaux pour montrer ces jeunes gens revenus avec ce que l'on appelait pas encore "les symptômes du stress post-traumatique". Ravagés d'avoir vu ce que des hommes étaient capables de faire à d'autres hommes. Comme les nazis à Oradour ! Avec de la barbarie des deux côtés...

Le film est monté par "flash-back", ce qu'ils sont aujourd'hui s'expliquant, au moins en partie, par ce qu'ils ont vécu à vingt ans.

 

07:56 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, algérie